OVNI : les gouvernements cachent-ils la vérité ?

Daniel Harran a suivi une formation scientifique qui l’a conduit à un doctorat en thermodynamique ; puis il a été, durant sa vie professionnelle, maître de conférences à l’université, en physique. L’exercice de sa profession l’a conduit peu à peu à ressentir les limites de cette science trop matérialiste, qui ne permet pas de comprendre certains phénomènes qualifiés de mystérieux, ou relégués dans la catégorie du paranormal ou du surnaturel.

Intrigué et attiré par ces phénomènes réels mais rejetés en dehors du domaine d’intérêt de la science, il s’est d’abord consacré à l’étude des agroglyphes (crop circles), qui est la manière la plus spectaculaire par laquelle le monde invisible s’adresse aux hommes. Il a pu en proposer une interprétation jusqu’alors inédite, qui passe par la réappropriation de connaissances anciennes et oubliées sur les entités qui vivent dans des plans parallèles, en particulier les êtres de la nature (ou élémentaux).

Très attaché à la rigueur du raisonnement, il s’est appliqué à suivre une démarche rationnelle, sans se laisser influencer par la vision matérialiste du monde qui est omniprésente dans la société d’aujourd’hui.

Il a ensuite élargi son domaine d’étude aux OVNIs, puis à d’autres phénomènes matériels inexpliqués par la science. Sur la base de ces connaissances, l’interprétation s’est imposée que ces phénomènes sont, le plus souvent, des manifestations des êtres de la nature. Ceux-ci représentent un monde parallèle très diversifié et, comme les hommes, habitent la Terre. Ces phénomènes sont donc des Manifestations Inter-Dimensionnelles, et peuvent être rassemblés sous l’appellation de MIDIM.

Ceci est une question qui revient souvent dans les milieux ufologiques, avec en sous-entendu, l’idée que cette rétention d’informations par les gouvernements nous empêcherait de réunir enfin toutes les pièces nécessaires à la compréhension du phénomène ovni.

 

Les gouvernements gardent-ils des informations secrètes au sujet des OVNIs ?

 

  • L’état des lieux : 70 ans après, les ovnis ne sont toujours pas identifiés :

La situation d’aujourd’hui est en effet que, 70 ans après que les hommes aient commencé à étudier sérieusement le dossier ovni (depuis 1947, aux Etats-Unis en particulier), la compréhension du sujet n’a quasiment pas progressé dans les milieux ufologiques. L’hypothèse extraterrestre reste une hypothèse et n’explique en rien le comportement des ovnis, qui transgressent les lois de la science actuelle, si bien que l’origine et la nature des ovnis sont encore complètement mystérieuses. Cet état des lieux peut être considéré comme incompréhensible, compte-tenu des moyens colossaux (financiers et humains) qui ont été investis pour étudier le sujet, en particulier aux Etats-Unis. C’est pourquoi certains pensent que les gouvernements en savent plus qu’ils ne le disent.

  • Les gouvernements muets au sujet des ovnis :

Les gouvernements gardent-ils réellement des informations secrètes ? La réponse est assurément oui. Ne serait-ce que parce qu’ils ne s’expriment jamais au sujet des ovnis dans aucun pays, alors qu’ils sont concernés en première ligne, en tant que responsables de la sécurité dans les pays. Car la réalité est bien que des objets volants d’origine inconnue sillonnent de temps à autre le ciel de tous les pays, sans respecter la réglementation aérienne et donc sans respecter les règles de sécurité.

Le simple fait que les gouvernements ne s’expriment jamais au sujet des ovnis malgré leur responsabilité, est révélateur d’une situation anormale. Mais de deux choses l’une :  soit ils savent ce qui se passe même s’ils ne s’expriment pas ; soit ils ne savent pas ce qui se passe.  En réalité, tout montre qu’ils « ne savent pas ».

  • Les lettres ouvertes restées sans réponse en France :      

En France, le rapport COMETA envoyé en 1999 au Président de la République et au Premier Ministre n’a jamais reçu de réponse, pas plus que la lettre ouverte adressée au Président de la République en 2008, alors que parmi les signataires figuraient de très haut-gradés de l’armée, concernés par les problèmes de défense nationale et de sécurité. Cette absence de réponse montre pour le moins une gêne des pouvoirs publics sur le sujet.

  • L’affaire des « drones » en France :

Autre situation très significative : le survol de quasiment toutes les centrales nucléaires en France à de multiples reprises entre fin 2014 et début 2015 par des soi-disant « drones ». Aucune arrestation n’a été faite malgré les plaintes déposées, aucune photo de ces « drones » n’a été diffusée, il est évident pour les observateurs objectifs qu’il s’agissait bien d’ovnis qui narguaient ainsi les autorités civiles et militaires. Ces survols montrent de façon spectaculaire que les autorités sont dépassées par ces évènements sur lesquels elles n’ont aucun contrôle. C’est pourquoi elles évitent de s’exprimer sur le sujet. Les centrales comme tous les autres sites sensibles sont et restent absolument vulnérables à ces intrusions mystérieuses , sans qu’aucune protection ne puisse même exister.

  • Le GEIPAN et le colloque CAIPAN :

Le GEIPAN (Groupe d’Etude et d’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés) n’a jamais réalisé d’étude du phénomène, digne de ce nom. Le colloque CAIPAN (Collecte et Analyse des Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés), qui s’est tenu en 2014, près de 40 ans après la création du GEIPAN, et était chapeauté par le CNES, n’a débouché sur aucune analyse constructive, aucune conclusion ni aucune perspective concrète. L’image de marque de ces organismes de recherche s’en trouve très altérée et cela a nécessairement un retentissement sur les pouvoirs publics. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce colloque s’est tenu très discrètement. On a là une autre preuve que les autorités n’ont à ce jour aucune compréhension de la nature et de l’origine du phénomène ovni.

  • Rien ne montre que les gouvernements possèdent des réponses secrètes :

Parmi ceux qui reprochent aux gouvernements de cacher des informations, certains pensent que, justement grâce aux informations secrètes qu’ils détiendraient, ils auraient pu parvenir à comprendre la nature réelle des ovnis et leur origine, tout en gardant leurs conclusions secrètes.

Cette pensée ne repose sur aucune preuve. Il suffit de se rappeler l’affaire des « drones » sur les centrales nucléaires, comme le survol de l’Elysée en janvier 2015 par encore un prétendu « drone », pour lequel l’enquête n’a jamais abouti … Ceci montre que les autorités n’ont aucune maitrise sur ce phénomène, et leur ignorance apparait là au grand jour.

  • Le mutisme des gouvernements est-il dommageable à la compréhension du phénomène ovni ?

En réalité, et même si cela est encore peu connu à ce jour, une interprétation cohérente du phénomène ovni a été proposée, qui démontre l’origine terrestre de ce phénomène, et sa nature interdimensionnelle. Cela signifie que, contrairement aux croyances dominantes, les informations accumulées ces dernières décennies, qui sont disponibles publiquement, sont parfaitement suffisantes pour comprendre la nature réelle et l’origine des ovnis, malgré les entraves des gouvernements par absence de soutien public. Cette étude, publiée par Daniel Harran sous le titre « OVNIs, Crop circles & MIDIM », est en réalité un prolongement d’études antérieures qui n’avaient pas reçu la reconnaissance qu’elles méritaient.

  • Une seule difficulté … :

La difficulté, la seule mais elle est de taille, est que cette étude exige de remettre en cause notre vision du monde, qui est devenue trop exclusivement matérialiste. A partir des multiples observations d’ovnis, un raisonnement logique et rationnel impose l’idée que si des phénomènes intelligents existent mais n’obéissent pas aux lois connues de la science, cela signifie que ces intelligences sont présentes dans un plan parallèle, pour lequel les lois sont différentes. Ce raisonnement simple impose le caractère interdimensionnel de ces phénomènes, et impose que, en conséquence, une vie intelligente existe dans d’autres dimensions, sans qu’il soit besoin d’évoquer une origine extraterrestre. Cela signifie un changement de paradigme qu’il n’est pas aisé d’accepter, mais qui s’imposera peu à peu à tout chercheur objectif.

  • En conclusion, chacun est responsable :

Cela signifie qu’il est inutile de rejeter la responsabilité sur les gouvernements qui sont eux-mêmes prisonniers de la vision matérialiste du monde, car les gouvernants sont bien trop préoccupés par les problèmes de pouvoir et de stabilité, et ne sont pas préparés à s’ouvrir à l’interprétation interdimensionnelle du phénomène. A partir de l’étude rappelée ci-dessus, chacun de nous a désormais les moyens de prendre conscience du caractère interdimensionnel des ovnis, et de trouver les réponses aux questions posées par ce phénomène.

La question initiale de savoir si les gouvernements nous cachent quelque chose est en réalité une façon d’éviter de regarder la situation en face ; c’est vouloir rejeter sur les autres la responsabilité de notre propre ignorance. Or chacun a, aujourd’hui, la possibilité et la responsabilité d’accéder à une compréhension plus juste du phénomène ovni. Cette compréhension exige de se libérer de l’enfermement dans la vision trop matérialiste du monde, afin de s’ouvrir à une vision plus globale et spirituelle.

286BA19C00000578-3072510-image-a-30_1431024339474

Mine de rien, on sait enfin d’où vient l’affreuse mode de l’épilation intégrale pubienne : seul un extraterrestre pouvait avoir une idée aussi stupide.

Les incohérences de l’hypothèse extraterrestre

 

Il est largement admis que les OVNIs, comme les crop circles (authentiques), sont animés ou réalisés par des êtres intelligents non-humains. Qui sont-ils ? Les inconditionnels de la science, sous l’emprise de la vision matérialiste du monde, sont persuadés que l’être humain est le seul être intelligent sur Terre. Selon eux, ces intelligences non-humaines viennent donc nécessairement de l’espace : c’est l’hypothèse extraterrestre bien connue, qui domine aujourd’hui encore parmi tous les chercheurs et passionnés de ces phénomènes.

Insuffisance de l’hypothèse extraterrestre :

Or cette hypothèse extraterrestre n’a apporté aucune réponse capable d’expliquer le comportement jugé « aberrant » des OVNIs au regard de la science. Elle n’explique pas davantage comment des crop circles peuvent être réalisés … en quelques secondes sans cause visible. Elle n’a pas permis que de nouvelles théories scientifiques soient proposées, qui puissent rendre compte de ces phénomènes, lesquels restent inexpliqués.

C’est pourquoi l’hypothèse est parfois prolongée par l’idée que les auteurs de ces phénomènes seraient présents dans une autre dimension, un autre espace-temps dans lequel les lois physiques seraient différentes. Mais bizarrement cette idée reste toujours associée à l’hypothèse extraterrestre : les êtres qui pilotent les OVNIs seraient des êtres d’origine extraterrestre présents dans une autre dimension. Il n’a pas été envisagé (en dehors du présent travail proposé par « Ecoute la Terre » …), que les auteurs puissent être présents dans une autre dimension et en même temps d’origine terrestre.

Pour qui s’efforce d’observer objectivement cela, cette idée d’une autre dimension est envisagée de façon très restrictive. On peut voir là l’influence (ou le conditionnement) imposée par la vision matérialiste de la science. Car cela signifierait implicitement que la réalité d’une vie dans une autre dimension pourrait exister ailleurs, dans d’autres systèmes stellaires, et non pas chez nous sur Terre ! Cette limitation n’est pas logique.

Incohérences de l’hypothèse extraterrestre :

De plus, l’incohérence de l’hypothèse extraterrestre vis-à-vis de certaines caractéristiques du phénomène a été relevée par un certain nombre de chercheurs. En effet parmi les caractéristiques du phénomène OVNI on peut noter :

  • le nombre très élevé de manifestations observées, qui se chiffre par millions,
  • l’ancienneté avérée du phénomène, qui remonte au moins à l’Antiquité, alors que les formes de manifestations semblent avoir peu évolué depuis cette époque,
  • le comportement souvent ostensible de ces objets, qui cherchent à attirer notre attention, mais restent toujours insaisissables et équivoques,
  • le caractère apparemment absurde de certaines manifestations (selon les critères habituels de la raison), qui a été souvent rapporté.

Quant au phénomène des crop circles, il intrigue aussi par le fait que leurs réalisations se chiffrent par milliers (tous différents) depuis trois décennies.

Ces caractéristiques ne sont pas cohérentes avec l’idée de visiteurs extraterrestres. Il est raisonnable de penser en effet que, si des êtres en provenance d’une autre planète ou d’un autre système stellaire étaient capables de venir sur Terre, (et on peut penser que c’est très probablement le cas), ils seraient nécessairement beaucoup plus évolués que les êtres humains et auraient atteint des niveaux de savoir, de savoir-faire et de savoir-être bien au-delà du niveau actuel des hommes. En conséquence :

– soit ils resteraient parfaitement discrets pour observer la Terre et les hommes, sans les perturber et sans interférer dans leur évolution, ce qui est incompatible avec le nombre très élevé et l’ancienneté des observations, incompatible également avec le caractère très souvent ostentatoire des OVNIs,

– soit ils se manifesteraient comme des « tuteurs », attentifs à l’évolution des hommes pour les aider discrètement sans interférer, ce qui n’est pas cohérent avec le comportement ostentatoire et parfois absurde des OVNIs,

– soit ils se manifesteraient ouvertement aux yeux de tous et interviendraient, de façon bienveillante ou pas, pour influencer leur évolution, ce qui n’est manifestement pas le cas.

Cette hypothèse extraterrestre, bien que parfaitement logique compte tenu des connaissances de la science d’aujourd’hui, n’est donc pas cohérente et n’a d’ailleurs jamais été validée à ce jour. Pourtant, beaucoup de personnes, considérant que c’est la seule hypothèse qui puisse être sérieusement envisagée, pensent que cela suffit pour la valider et la prennent pour une vérité, au point que le phénomène OVNI est devenu pour la plupart des gens synonyme d’origine extraterrestre.

Par contre, l’étude développée par « Ecoute la Terre » a montré que l’hypothèse d’êtres intelligents présents sur Terre dans une autre dimension, basée sur la réappropriation de connaissances anciennes et oubliées, est parfaitement cohérente avec les caractéristiques des phénomènes.

L’hypothèse extraterrestre adaptée à quelques cas exceptionnels :

Un petit nombre de rapports d’observations d’OVNIs, à l’exemple de la rencontre de Valensole en France (1965), se distinguent par le fait que des êtres d’apparence humanoïde ont été surpris en train d’observer ou de prélever des échantillons de végétaux au sol. Mais aussitôt ces êtres se sont retirés dans leur vaisseau stationné tout près et ont rapidement disparu, sans chercher à contacter les témoins.

Ces cas-là restent rares, mais il est vrai que ces récits frappent très fortement l’esprit de ceux qui les connaissent. Ils se différencient par le fait qu’il n’y a dans ces cas-là aucun comportement ostensible de la part de ces êtres, mais au  contraire une attitude d’évitement par rapport aux hommes, avec une volonté de ne pas interférer dans leurs activités. Ces comportements étant totalement opposés à ceux observés dans tous les autres cas, il semble logique de penser que l’origine de ces OVNIs et de ces êtres serait différente, et que l’origine extraterrestre serait ici justifiée. Mais ces cas restent très exceptionnels.

Source : ecoutelaterre.fr (auteur : Daniel Harran)

651nazca_yann

Les anciennes civilisations ont elles représenté des extraterrestres ou est-ce les civilisations actuelles qui se représentent des extraterrestres ?

 


Publicité et salles de ciné... |
Ton monde à toi. |
Horreur Vhs Collector |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cinéma Algérien
| Une semaine autour des "Swi...
| CINEFIL INFO