Non, non, la maison qui saigne de Saint-Quentin n’a jamais pas été détruite.

dimanche 31 octobre 2010
SAINT-QUENTIN La maison hantée reste dans les esprits

« Dans le quartier, on s’en souvient, on en parle encore, mais sans les frissons d’il y a 20 ans. La maison où des tâches de sang apparaissaient est depuis un an inhabitée. Sa façade a été refaite, coup de neuf comme pour enterrer le passé.

Pas besoin de sonner ou de frapper à la porte de cette demeure, ce soir d’Halloween, pour réclamer des bonbons ou la vie. La maison est inhabitée depuis presque un an. Les prospectus vieillis par le temps se recroquevillent sur le seuil.

« Un jour, avec ma petite voisine, on est sorti, on a vu comme une main passer par la boîte aux lettres de la maison, raconte une riveraine, Marcelle, 62 ans, en plaçant sa propre main à l’horizontale. C’était en fait un prospectus. » Rires. Une petite frayeur alimentée par l’histoire de cette maison individuelle située dans le quartier Rémicourt. « C’est la maison hantée », rit Marcelle.

Précisément, la maison dite sanglante.
« Oh, vous n’allez pas remettre ça sur le tapis, nous avons eu que des embêtements, c’était n’importe quoi. Celle qui l’occupait avait raconté n’importe quoi, d’ailleurs elle a remis ça ailleurs », déclare une habitante de la rue, présente depuis plus de quarante ans. Retour sur la légende.

Il y a plus de vingt ans, la locataire de cette maisonnée avait raconté un phénomène bizarre ayant lieu chez elle. Tous les jours, ses murs se retrouvaient tâchés de sang ainsi que certains linges comme les taies d’oreillers… Les policiers municipaux, à l’époque, avaient pris acte de ses propos.

La maison a été scellée, de la farine placée sur le sol, au pied des murs nettoyés. Le lendemain, en ouvrant la demeure, les policiers découvrent de nouvelles tâches de sang et aucune trace sur la farine éparpillée. Analysé, le sang aurait été humain. Et voilà comment une histoire paranormale en a découlé.

« On peut revoir la vidéo sur le net. On voit mes volets rouge plomb, c’était comme ça », relève presque fier l’actuel voisin d’à côté, ayant fait quelques recherches personnelles après avoir emménagé dans la rue. « On m’en a parlé quand je suis arrivé, il y a deux ans. Si je suis là, c’est que je n’avais pas trop le choix. » Pour autant, la légende ne l’a pas spécialement rebuté.

Une autre maison sanglante

« Il y a des jeunes qui viennent de temps en temps pour savoir si c’est bien la maison sanglante. Mais vous savez, il y a une autre maison sanglante à Saint-Quentin. » Ah ouais ? « Oui, toujours dans le quartier Rémicourt, près du lycée La Ramée », explique ce jeune homme friand, finalement, de ce genre d’histoires. « Ça jase encore. Cela me fait marrer. Après, on ne peut pas savoir. »

La porte se referme. Un coup de vent soulève le carnet de notes. La mini angoisse est balayée aussi vite. Marcelle soulève le rideau de son salon attirant le regard. « Moi, j’y étais rentrée dans la maison hantée. C’est une jolie petite maison, bon qui n’a pas de cour, mais elle est bien. Je connaissais un des locataires suivants. » Car depuis cette histoire, ils sont plusieurs à avoir vécu dans cette demeure.

« Je lui demandais « Alors Alain, tes fantômes ? », poursuit cette dame de 62 ans. Moi, je n’ai jamais rien vu ni entendu en y allant, bon je ne scrutais pas les murs. Je n’ai jamais été dérangée. Il n’y a pas eu de vaisselle qui s’est cassée… » Fou rire.

Aucune peur ne s’immisce dans cette conversation de jour. « Ça ne me fait ni chaud ni froid, vous savez, j’ai travaillé en gériatrie. J’en ai fait des toilettes mortuaires, confie Marcelle. On sait bien qu’il n’y a rien après. » Silence. « Enfin, on ne sait pas… Il faut plus avoir peur des vivants que des morts. » Une vérité sucrée vient de sonner.

NADIA NEJDA (Source : Le Courrier Picard) »

image

La fameuse maison après sa destruction…

Prix de vente à déterminer avec les habitants.

 

Publicité et salles de ciné... |
Ton monde à toi. |
Horreur Vhs Collector |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cinéma Algérien
| Une semaine autour des "Swi...
| CINEFIL INFO