Chroniques terriennes 2.

the-invaders-gold-key

Une guerre nucléaire sur Mars ?

« Un physicien américain affirme qu’il y aurait bien eu de la vie sur Mars par le passé mais que celle-ci aurait été éradiquée par une guerre nucléaire entre les différentes civilisations vivant à la surface de la planète rouge, rapporte le site spécialisé maxisciences.com. La planète Mars suscite depuis longtemps de nombreux fantasmes, en particulier lorsqu’il s’agit de la potentielle vie qu’elle a pu un jour abriter. Si des internautes révèlent régulièrement avoir découvert des objets suspects à la surface de la planète rouge, un scientifique va plus loin. Le Dr John Brandenburg, un physicien américain suggère que Mars a bien abrité des civilisations mais que celles-ci ont disparu aujourd’hui à cause d’une… guerre nucléaire. Si la théorie peut faire sourire, le scientifique affirme avoir des preuves de ce qu’il avance et s’apprête à les publier dans une étude au sein de la revue Journal of Cosmology and Astroparticle Physics. D’ailleurs, le Dr Brandenburg n’en est pas à sa première théorie de ce genre. Cela fait plus de 20 ans maintenant qu’il soutient l’ »Hypothèse cydonienne » suggérant que Mars a été dans son passé, aussi habitable que la Terre et qu’elle a abrité des civilisations intelligentes. Concrètement, le physicien auteur d’un livre intitulé « Dead Mars, Dying Earth » (littéralement « Mars morte, Terre mourante »), pense que la planète rouge aurait connu au moins deux civilisations humanoïdes : Cydonia et Utopia. Et ces dernières auraient été anéanties en très peu de temps par des événements nucléaires majeurs, déclenchés par une autre civilisation. Des événements qui auraient laissé des traces, affirme-t-il. Des taux d’isotopes révélateurs ? En effet, le physicien évoque notamment la proportion élevée de xénon-129 découverte dans l’atmosphère de Mars. Elle est plus élevée que celle trouvée sur Terre ou au niveau du Soleil. Or, cet isotope est produit par la désintégration d’éléments radioactifs. De même, le Dr Brandenburg souligne la présence élevée d’uranium et de thorium à la surface de Mars détectée par la sonde Mars Odyssey. « La concentration élevée de xénon-129 dans l’atmosphère, la preuve de kypton-80 et l’abondance en excès d’uranium et de thorium à la surface de Mars, signifie que la surface a été apparemment le site Evènement radiologiques majeurs, qui ont conduit à de grandes quantités d’isotopes et couvert la surface d’une fine couche de débris radioactifs », explique le scientifique repris par Vice. « Ce type de phénomène peut être expliqué par la survenue passée de deux explosions nucléaires anormales à la surface de Mars », poursuit-il, relevant que le nombre d’isotopes dans l’atmosphère de Mars serait similaire à celui enregistré suite aux cataclysmes nucléaires sur Terre. Ajouté à cela, le physicien a depuis longtemps repéré sur des photos prises sur Mars, des éléments suspects qui seraient des traces restant des civilisations disparues. « Une analyse des nouvelles images d’Odyssey, de Mars Reconnaissance Orbiter et de Mars Express montre aujourd’hui des preuves solides d’objets archéologiques érodés », écrit-il repris par le Daily Mail. Une théorie qui peine à convaincre « Assemblées, ces données exigent que l’hypothèse suggérant que Mars ait été le site d’un ancien massacre nucléaire planétaire, doit maintenant être considérée », assure-t-il. Néanmoins, si les preuves évoquées tendent à convaincre quelques personnes, de nombreux scientifiques ont largement démenti l’hypothèse du physicien qui avaient d’ailleurs, déjà vu ses arguments être démontés par le passé. Bien que les données concernant les éléments découverts soient vrais, les spécialistes soulignent qu’elles ne sont pas surprenantes, sachant que les éléments en question, notamment le xénon-129 est très fréquent. Quant aux formes observées sur la planète rouge, elles seraient plutôt l’objet du hasard, de phénomène naturel et de l’imagination de ceux qui les ont scrutées. Toutefois, alors que le Dr Brandenburg s’apprête à présenter ses conclusions à un meeting aux États-Unis, sa théorie pourrait encore faire parler d’elle. Certains convaincus eux, pensent que l’une des civilisations survivantes aurait pu voyager jusqu’à la Terre et la coloniser, d’après Vice. D’autres encore pensent que la destruction pourrait être dû à quelque chose d’encore plus puissant qu’une arme nucléaire. » (Source : IGFM)

100422-une-femme-sur-quatre-naime-pas-son-reflet-dans-le-miroir-600x315-1

Se pourrait-il que des Martiens aient colonisés la Terre dans un lointain passé ? Et si le visage que l’on apercevait dans le miroir, le matin, dans sa salle de bain, était celui d’un martien ?

Nibiru enfin découverte ?

« Et s’il y avait 9 planètes au lieu de 8 dans le système solaire ? Il faudrait corriger fissa tous nos livres d’astronomie. Et d’après l’étude publiée ce 20 janvier 2016 dans l’Astronomical Journal, cela fait peu de doutes. Surtout que l’équipe d’astronomes de Caltech à l’origine de cette étude n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle est déjà à l’origine de la découverte de la planète naine Eris en 2005. Déjà sous la direction de Mike Brown, cette précédente étude avait conduit à la déclassification de Pluton en tant que planète et à revoir ainsi nos livres d’astronomie : le système solaire était alors passé de 9 à 8 planètes. Et aujourd’hui, on pourrait de nouveau avoir une nouvelle planète à la fête. à 9 planètes.  « PlutoKiller », puisque c’est l’identifiant qu’a pris Mike Brown sur Twitter, a rassemblé de nombreuses preuves validant l’existence d’une neuvième planète dans le système solaire. Baptisée « Planète 9 », elle serait 10 fois plus massive que la Terre. Cette neuvième planète n’a pas été observée directement. Sa présence a été déduite par un modèle mathématique. L’équipe a découvert « une signature gravitationnelle » qui s’explique par la présence d’une planète géante très éloignée dans le système solaire. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de l’observer en utilisant les télescopes les plus puissants de la planète. Et même, elle pourrait déjà se cacher dans certaines images prises par ceux-ci. Pour rassembler les preuves de l’existence de Planète 9, ils ont observé les mouvements des objets situés dans la ceinture de Kuiper, une zone peuplée de comètes située au-delà de l’orbite de Pluton. D’après ces observations, cette planète 9 a une orbite très elliptique autour du Soleil. Elle mettrait entre 10 000 et 20 000 ans pour effectuer une orbite complète (En comparaison, Pluton met 248 ans). Et elle ne s’approcherait pas à moins de 200 fois la distance Terre-Soleil. (Pluton est à 40 fois cette distance) Bien sûr, le scepticisme est de mise avec ce genre d’annonce. Certains cercles complotistes ou astronomiques  parlent de la fameuse Planète X et de la mythique Nibiru depuis des années. Et comme la Planète 9 n’a pas encore été directement observé, il est trop tôt pour corriger les livres. Dans leur article, Brown et Batygin (l’autre signataire de cette étude) déclarent qu’il y a seulement 0,007% de possibilités que les mouvements des objets observés dans la ceinture de Kuiper soient « dû à la chance », ce qui suggère une autre origine. La présence d’une planète d’une masse de plus de 10 fois la Terre expliquerait les alignements orbitaux observés ainsi que les orbites elliptiques des planètes naines comme Sedna. Cette planète aurait été éjectée au début de la formation du système solaire, ce qui d’après une récente étude ne serait pas rare dans les systèmes planétaires. Il n’y a que 2 planètes qui ont été découvertes dans notre système solaire depuis l’antiquité. Si c’est planète 9 existe, c’est une révolution ! Maintenant que l’on connaît l’orbite de cette planète, les astronomes savent où pointer leur télescope mais ils ne savent pas à quel endroit se trouve aujourd’hui la planète 9 le long de son orbite. » (Source : article de Norédine Benazdia sur le site Ubergizmo, espérons qu’il n’y ait pas de gremlins dans le texte) Une découverte qui validerait les recherches de Zacharia Sitchin, bien qu’il faut garder à l’esprit qu’il peut y avoir une forme de confusion entre des événements issus de Nibiru et des événements issus de notre planète (Nibiru pouvant être, à la fois, la Planète 9, de type gazeuse, et la notre, notre bonne vieille Terre).
conscience5
Et si le martien que l’on voyait se refléter, le matin, dans le miroir de notre salle de bain, venait en fait de Nibiru ? Si l’homme est une création des extra-terrestres alors : qui a créé les extra-terrestres ? Et si les habitants de Nibiru venaient de l’Anti-Monde ? De quoi voir double !
fort-boyard-les-freres-bogdanoff-se-prennent-pour-la-reine-des-neiges-video
Scoop humoristique (quoi que) : contrairement à ce que l’on pensait, les Bogdanoff ne sont pas jumeaux mais sont en fait une seule personne, l’une issue de notre futur qui, ayant découvert le principe du voyage dans le temps, rendit visite à son équivalent actuel afin de lui annoncer sa découverte. Les deux versions se découvrant des passions communes décidèrent de rester ensemble, ce qui explique pourquoi le Bogdanoff du futur est capable de finir les phrases du Bogdanoff du présent. Le fait d’avoir deux personnes similaires issues de deux continuums espace-temps différents se côtoyant expliquant les déformations physiques. Question : qui est le vrai Bogdanoff, Igor ou Grichka ? Son histoire inspira J.J. Abrams lorsqu’il réalisa son premier Star Trek.

Archives pour la catégorie Chroniques terriennes.

Chroniques terriennes.

Il y a certaines « vérités » qui ont la vie dure. Imaginons que les extraterrestres débarquent un jour. Il est entendu que cela mettrait un terme aux religions qui ne s’en relèveraient pas. Je pense, au contraire, que les religions en sortiraient plus fortes qu’avant : après tout, les religions relatent des tas d’histoires ou des êtres venus des étoiles viennent sur Terre et, donc, on s’apercevrait que celles-ci ont toujours dit la vérité. Le milieu scientifique aurait, en comparaison, plus de problèmes. Quant aux politiques, ils n’ont pas besoins d’extraterrestres pour se mettre dans la panade : ils sont assez tordu pour ça.

Prenons une autre vérité : les ovni et leur explication non-humaine. Cela est-il si simple ? Et si tout n’était qu’une vaste plaisanterie ? En feuilletant le livre de Guy Breton « Curieuses Histoires de l’Histoire », au chapitre intitulé « Histoire de la Publicité » on peut lire le passage suivant :

« Un soir de 1952 les parisiens éberlués virent des lettres gigantesques s’inscrire sur les nuages et former le nom d’une célèbre firme d’aviation.

Le lendemain, les journaux enthousiastes annonçaient que le ciel de la capitale « pour peu que le temps fut couvert, allait bientôt ressembler, dés la tombée de la nuit, à un immense panneau d’affichage ou brilleraient des noms de vedettes de cinéma, des marques de fromages, et des slogans rappelant la qualité d’un purgatif »…

Des techniciens de la publicité venaient, en effet, de mettre au point un appareil permettant d’utiliser les nuages comme écran pour la projection d’annonces lumineuses en couleur.

Le conseil municipal de Paris, ému à juste titre par cet extravagant progrès, s’empressa d’interdire aux publicitaires d’utiliser le ciel léger de l’Ile-de-France à des fins mercantiles, et les gens de bons sens respirèrent. »

1952 ? Cette année n’a t’il pas une correspondance en matière de « lumières survolant une grande ville » ? Washington, « Le 19 juillet 1952 dans la soirée, cinq lueurs sont vues au-dessus de la ville par de nombreux habitants. Les contrôleurs aériens de l’aéroport national de Washington repèrent à 23h40 sept à dix échos radar sur leurs écrans. Le radar de la base d’Andrew a été incapable de détecter les fameuses lumières sur leurs écran radar. Le 20 juillet 1952, un pilote de Capital Airlines, ayant décollé de l’aéroport national, rapporte avoir vu plusieurs lumières entre Washington D.C. et Martinburg (Virginie de l’Ouest) » (Wiki). N’avons nous pas un phénomène de projection similaire ? Rappelons que, deux ans plus tard, une célébre vague d’observation d’OVNI fera parler d’elle, vague dont la particularité est son absurdité. Un peu comme de la pub finalement, un peu comme si on avait fait une étude de marché pour déterminé quel « soucoupe volante » et quel « martien » marchait le plus chez le bon peuple. J’imagine des petits malins haut placés, voulant surfer devant le succès du crash présumé de Roswell, mettre au point un point com’ ayant pour thème les extraterrestres et rigoler devant les réactions du pauvre paysan sortant la nuit pour satisfaire des besoins naturels et voyant des images survolant son champs et les auteurs de l’expérience s’amusant à mettre des masques grotesques pour passer inaperçu (« Tiens, pour rigoler, j’vais me grimer en bibendum Michelin »). D’ailleurs, les pilotes d’essai n’ont-ils pas de droit de s’amuser aussi en décorant leur casque aux gros yeux pour qu’il ressemble à un E.T. ? Et l’on ferait moult théories prenant pour base une blague ridicule. La réponse serait aussi évidente que le fait que la Pyramide de Khéops possède huit faces.

carrousel%20washington

« Si les extraterrestres existent pourquoi qu’y s’posent pas sur la p’louse d’la Maison Blanche ? » (expression usitée)

Maintenant, parlons de la trilogie Tekeli-li. Vous allez me dire : c’est quoi un Tekeli-li ? Tout commença par le roman « Les Aventures d’Arthur Gordon Pym » écrit par Edgar Allan Poe publié en 1858. Dans ce premier roman, Poe décrit les aventures d’un jeune marin en route pour le Pole Sud, aventures mi-réalistes, mi-fantastiques dignes de Jack Sparrow, et se termine par la découverte d’une étrange forme blanche en Antartique. Découverte qui laissera sans voix l’auteur car le roman s’achèvera brusquement. Cette découverte, liée à l’énigme des Pôles et au mythe de la Terre Creuse, s’accompagne de cris d’oiseaux blancs (pingouins ?) hurlants « Tekeli-li », reprenant les cris de terreur d’un peuple autochtone rencontré précédemment sur une ile voisine. Que vit Gordon Pym ? La réponse viendra en 1864 dans un récit imaginé par le Spielberg de l’époque : Jules Verne. Dans « Le Sphinx des Glaces », le bon Jules nous apprend que ce n’est pas Gordon Pym qui a vécu le récit mais Dirk Peter, ancien mutin et compagnon de voyage de Gordon Pym qui aurait raconté le récit à Poe sous pseudonyme donc. Peter aurait vu une montagne en forme de Sphinx, montagne étrange car ayant de forte propriétés d’aimantation. Montagne ou serait enterrer Gordon Pym. Inutile de dire que devant cette découverte hallucinée, Peter poussa un cri qui n’avait point été reproduit depuis les temps antiques (« Quel nez !!! » s’exclama Cléopâtre la premiere fois qu’elle vit le Sphinx du plateau de Gizeh). Quel étrange mystère renferme cette montagne hallucinante ? Il faut attendre 1936 pour avoir la réponse. Dans « Les Montagne Hallucinées », Lovecraft, le Ridley Scott de l’époque, nous raconte la découverte d’une cité prométhesque conçue par une race extraterrestre, les Anciens, créatures en formes d’étoiles et qui créèrent des esclaves, les Shoggoth, « sortes d’amas gélatineux munis de multiples yeux et de gueules aux dents acérées pouvant changer de forme et prendre des proportions phénoménales. » La cité renferme également des pingouins albinos géants pratiquement dépourvus d’yeux ainsi qu’un amas organique, semblable à la créature du film de John Carpenter, The Thing, descendant des Shoggoth, dont la terreur justifie le départ précipité des héros de l’histoire. Une chose innommable hurlant « Tekeli-li, Tekeli-li » reproduisant un son émis par ses créateurs. Ainsi, on trouve une cité ou la forme pyramidale est omniprésente (entre autres formes cubiques et étoilées), générant une énergie, gardée par un Sphinx et recelant l’histoire d’une civilisation antédiluvienne ainsi que d’étranges animaux. Espérons qu’il n’existe pas de lieu similaire sur notre planète car nul ne sait ce que pourrait renfermer cet Arche de Noé.

 

kheops-et-ses-8-faces

Si la Pyramide de Khéops vous fait perdre la face, pas de problèmes : elle en a 7 autres à proposer.

Et si la trilogie Tikeli-li se poursuivait malgré tout ? Parlons un peu de la Grande Intelligence présente dans les épisodes de la série culte : Doctor Who. Voici un résumé de son histoire :

« Elle apparaît pour la première fois dans l’épisode « The Abominable Snowmen» (L’Abominable Homme des Neiges) en 1967. L’épisode se situe dans une lamasserie au Tibet dont le chef, Padmasambhava semble être sous la menace de Yog-Sothoth, une conscience éthérée existant depuis des millénaires et se présentant finalement sous le nom de « The Great Intelligence » (La Grande Intelligence.) Celle-ci contrôle des robots-Yétis commandés grâce à des sphères.

On entend parler du personnage plus tard dans la saison, en 1968 dans l’épisode « The Web of Fear » où la Grande Intelligence envahi Londres depuis le Métro de Londres. L’épisode voit la réapparition des robots-Yétis et introduit le personnage récurrent de Lethbridge-Stewart.

En 2012 dans l’épisode spécial de noël : « La Dame de glace » le Docteur enquête sur l’apparition d’étranges bonhommes de neiges au XIXe siècle et croise un homme, le Dr Siméon (joué par Richard E. Grant.) Celui-ci est possédé depuis l’enfance par une créature extra-terrestre contenue dans un flocon de Neige. Il finit par construitre une machine à son image (dont la voix est incarnée par Ian McKellen.) Celle-ci finira par le désincarner, le transformant en pur être d’esprit. Le Docteur s’aperçoit qu’il vient d’assister à la création de la Grande Intelligence telle qu’il l’a connu par deux fois par le passé.

Dans l’épisode suivant « Enfermés dans la toile » la Grande Intelligence est à l’origine de l’enfermement d’être humains par une corruption via le Wi-fi. L’épisode prend place au XXIe siècle et se situe chronologiquement après les épisodes de la premières série.

On revoit la Grande Intelligence une 3e fois dans l’épisode final de la Saison 7 : « Le Nom du Docteur » où celle-ci tente de connaître le véritable nom du Docteur afin d’ouvrir son tombeau sur Trenzalore. Il découvre alors la ligne temporelle du Docteur une sorte de flux temporel permettant d’accéder à l’intégralité des vies du Docteur (jusqu’à sa 13e incarnation.) La Grande Intelligence s’incarne alors à l’intérieur et commence à effacer l’existence du Docteur en le menaçant dans ses différentes vies. Clara Oswin Oswald se sacrifie en incorporant la ligne temporelle, se réincarnant des centaines de fois à différents moments de l’espace-temps afin de sauver le Docteur. » (Source : Wikipédia, le site qui permet de concevoir un article en allant à l’essentiel sans avoir à se coltiner le résumé des œuvres citées.)

Notons que les scénarios de « The Abominable Snowmen » et « The web of Fear » sont dus à Henry Lincoln, auteur de « L’Enigme Sacrée » consacré à l’énigme de Rennes-Le-Château et qui servit de base à Dan Brown pour son célèbre Da Vinci Code. Qui est donc Yog-Sothoth, cette fameuse Grande Intelligence ? La Providence veut que Lovecraft en a parlé dans son œuvre : « Yog-Sothoth, «le tout en un et un en tout», demeure dans les interstices séparant les plans de l’existence composant notre univers, où il apparait comme un conglomérat de globes iridescents toujours fluctuants, s’interpénétrant et se brisant. Son diamètre peut atteindre cent mètres. Il est le maître de l’espace-temps et il est surtout le dieu des magiciens et des sorciers. Il demande en échange de ses faveurs que la voie de notre planète lui soit ouverte afin de pouvoir la piller et la ravager. Yog-Sothoth est la clé et la porte vers d’autres dimensions. »

DW_Eleventh_Hour_Atraxi_scan

Image tirée de Doctor Who épisode « Le Prisonnier Zéro ».

Pour finir sur une note plus légère, parlons un peu d’initiés. Non, je ne veux pas parler de certains délits propres à nos politiques mais des personnes ayant accès à un savoir inaccessible au commun de la population. Posons nous la question de savoir si les initiés, souvent issus de milieux aisés, voir de la noblesse, ne se dissimuleraient pas dans les endroits les plus inattendues. Prenons le cas De Funès. Combien d’œuvres à connotations fantastiques trouve t’on dans sa filmographie et pourtant personne ne pense à le placer au coté des Lee, Cushing, Karloff, Price ou Lugosi (un De Funès qui se serait spécialisé dans l’épouvante, que ce soit dit en passant) dans le rang des références du genre. Pourtant, « La Soupe aux Choux » derrière l’humour scatologique n’est-il pas plutôt bien renseigné concernant les témoignages de rencontres ufologiques ? « L’Aile ou la Cuisse » ne met-il pas en garde contre le lobby alimentaire fabriquant des matières artificielles qu’il se défendrait de manger lui-même, servant, à une population conditionnée, de la nourriture gélatineuse qui fait ressembler de la viande à un Shoggoth décongelé ? Ne trouve t’on pas une histoire de décongélation, justement, interrogeant sur le progrès de la cryogénie et ses dérives ? Ne voit-on pas se profiler les « délires » post-Envahisseurs et pré-Icke filesiens dans un de ses Gendarmes ? Et ne parlons pas du fameux Fantômas, au faciès J.K. Rowlingien, dont on suggère la nature extraterrestre dans le troisième volet de la trilogie ? D’ailleurs, le fameux Château-De-Clermont acquis par le couple De Funès n’appartenait-il pas à Emile Souvestre, grand-oncle du journaliste et écrivain Pierre Souvestre, co-créateur du légendaire Fantômas ?

images438B1MVU

Photo « authentique » d’un extraterrestre qui ressemble étrangement à un ennemi d’Harry Potter photoshoper. Conseil aux extraterrestres : lorsque l’on vous photographie évitez de faire une tronche de Voldemort, ça nous fera des vacances.

C’est tout…

A lire : Top Secret HS1 : Le Grand Secret des Pôles, Lovecraft et le Nécronomicon (F. Kircher, D. Becker), Némo : Cœur de Glace (A. Moore, K. O’Neill) ainsi que les œuvres citées dans l’article. Tekeli-li !!!

unpas2plus |
Le bogoss |
momo1775 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les hommes
| cinéma gay et lesbien
| APHRODYSIA WORLD : Ephéa