Les enlèvements extraterrestres selon la série Westworld.

Peut être connaissez vous la série Westworld, produite par l’incontournable J.J. Abrams. Cette série est basée sur une histoire de Michael Crichton qui, »après une visite au centre spatial Kennedy, où il remarque des astronautes s’entraînant à répéter inlassablement les mêmes gestes, et une autre à Disneyworld où il s’étonne de cet automate d’Abraham Lincoln débitant toutes les quinze minutes le même texte » (Source : Mad Movies 301), écrira cette histoire située dans un parc d’attraction futuriste où des androïdes jouent les cow-boys afin de satisfaire les pulsions des visiteurs, avides de sexe et de violence, répétant les mêmes gestes, jours après jours, prisonniers d’un cycle temporel (signalons que la saga Star Wars place également ses protagonistes dans une boucle temporelle si l’on en croit l’excellent essai de Mike Klimo : « Star Wars et la théorie de l’anneau : le chef d’œuvre de George Lucas », trouvable sur le site starwarstheory.fr . D’ailleurs, ce n’est pas étonnant que J.J. Abrams soit associé à Star Wars et à Westworld). Les androïdes peuplant le parc d’attraction perçoivent une présence venant les chercher la nuit dans leurs cauchemars, les « enlevant » pour les conduire dans un centre médical où ils sont dénudés et subissent un tas d’examens couchés sur une froide table médicale, afin de les mettre à jour. Une présence perçue par les « indiens » du parc qui la représente sous la forme de personnages aux gros yeux, en fait une représentation des scaphandres des techniciens, sur les parois de leurs grottes. Les techniciens deviennent des dieux pour les « habitants » de Westworld » qui, par la malice d’un programme informatique, ne peuvent comprendre la vérité, les concepteurs du parc leur ayant conférés une dualité entre l’ego, le libre arbitre et le programme les contrôlant. Dans le parc rode également un mystérieux homme en noir, qui, sans spoiler son identité réelle, veille à ses intérêts économiques. On apprend dans la séquelle du film original, intitulé « Les rescapés du futur » qu’il existe, en plus des mondes western, péplum et médiéval du film originel, un monde où est reproduit l’univers de la conquête spatiale qui, du point de vue de la logique du film, serait une simulation (pour la petite histoire, dans le film « Les diamants sont éternels », James Bond se retrouve dans un centre de recherches secret situé à coté de la ville du vice et de l’illusion, Las Vegas, où l’on simule une scène d’astronautes marchant sur la Lune. Allusion à la Zone 51, également appelée Dreamland ?). Si l’on analyse pertinemment le concept de la série en la transposant dans le monde réel, la conclusion fait froid dans le dos : nous serions des robots organiques manipulés par des « grands concepteurs », comme le dirait C-3PO, qui seraient en fait, non pas des extraterrestres, comme notre imagination le perçoit en voulant nous protéger de la vérité, mais les vrais humains manipulant notre histoire et dont nous ne serions que le reflet, conçu à leur image. On trouve d’ailleurs une histoire similaire dans la série Doctor Who, dans l’épisode « The War Games » datant de 1969 : « Le Docteur, Jamie et zoe pensent avoir atterris non loin d’un champ de bataille de la première guerre mondiale et des officiers de l’état major les évacuent. Il s’avère cependant que le Général Smythe, chargé d’étudier leur cas, les considère comme des déserteurs au cours d’un procès expéditif, dans lequel il semble avoir hypnotisé ses collaborateurs. Zoe est jugé comme une espionne, Jamie comme un déserteur et le Docteur est condamné à être fusillé (mais sera sauvé in-extremis.) De nombreux faits étranges les entoure : aucun militaire ne sait plus vraiment depuis combien de temps il est là, Smythe possède un transmetteur alien dans sa chambre, Jamie est enfermé avec un soldat anglais du xviiie siècle. Le Docteur et ses compagnons s’allient avec deux engagés, le Lieutenant Carstairs et Lady Jennifer qui prennent peu à peu conscience de ne pas être des soldats : tous se souviennent avoir traversés à un moment où à un autre, un mystérieux brouillard. S’enfuyant après avoir été repérés par le transmetteur dans la chambre de Smythe, le petit groupe retraverse le brouillard dans une ambulance et se retrouve face à face avec une cohorte de soldats romains. Faisant demi-tour, ils volent dans les quartiers d’état major du général Smythe une carte des lieux avec différentes indications temporelles : il suffit de traverser un brouillard pour se rendre d’une guerre à une autre. Tentant d’atteindre une zone volontairement laissé blanche au milieu de la carte, le Docteur et ses compagnons se retrouvent successivement en plein territoire allemand, puis derrière les lignes de la guerre de sécession. Là, ils sont témoins de l’arrivée de nouveaux soldats par un SIDRAT, un transport ressemblant fortement au TARDIS. De son côté, le chef de l’armée allemande, Von Weich prévient des commanditaires (le chef de Guerre (War Chief) et le seigneur de Guerre (War Lord)) qui sont exactement les mêmes que ceux de Smythe. Bientôt, deux groupes se séparent. Jamie et Lady Jennifer rencontrent la résistance, un groupe de soldats issus de différentes zones temporelles qui se sont rendu compte qu’ils n’étaient pas sur Terre. Le Docteur, Zoe et le Lieutenant Carstairs se retrouvent à l’intérieur du Quartier Général extra-terrestre, où ils apprennent que des soldats issue de différentes guerres sont enlevés afin de se retrouver sur un champ de bataille commun. Ces extraterrestres sont aidés par le chef de Guerre qui semble venir du même peuple que le Docteur. Tous obéissent aux ordres d’un mystérieux commanditaire, le seigneur de Guerre et ne s’entendent pas entre eux. (Source : Wikipédia). Le TARDIS est le vaisseau temporel du Docteur et celui-ci fait parti de la race des seigneur du temps. On retrouve le concept d’anneau temporel, cher à J.J. Abrams et à Tolkien (lire l’article « Star Wars, Tolkien et la réalité sinistre et déprimante des univers étendus » sur le site « contreligne.eu » pour en avoir la confirmation). Michael Crichton est aussi le créateur de la saga « Jurassic Park ». Les dinosaures, autre invention des « grands concepteurs » ?

westworld 3 9

Les extraterrestres selon Westworld, version robotique des « Petits Gris » ufologiques.

Thandie-Newton-nude-bush-and-boobs-Angela-Sarafyan-nude-and-Tessa-Thompson-butt-naked-Westworld-2016-s01e07-HD-1080p-5

Pensée dérangeante : est si les enlèvements extraterrestres étaient d’origine humaine ? (Image de l’androïde Maeve Millay dans la série Westworld)

CvPO0aEUMAEogwq

Le personnage de Dolorès évoque Alice cherchant l’entrée du souterrain permettant de rejoindre le pays des merveilles. De plus, dans Westworld, le personnage de Bernard Lowe, programmateur du parc, est montré plusieurs fois en train de lire « Alice au pays des merveilles », récit bien connu des fans de Matrix. Signe qu’il faut passer de l’autre coté du miroir ?

who253

Et si tout n’était qu’un jeu ? (Image tirée de la série Doctor Who, épisode « The War Games »). Une pyramide inversée protégeant une terre du milieu.


Archives pour la catégorie Complot

La destruction de l’Atlantide causa les dix plaies d’Egypte.

Attention : ce qui va suivre peut heurter certaines convictions.

Une fascinante théorie « démontrée », localise Atlantide dans la Méditerranée orientale, plus précisément dans l’archipel des Cyclades, dans une zone qui est occupée aujourd’hui par l’île de Santorin.

Nous savons depuis longtemps que Santorin ne constitue que les restes d’une île beaucoup plus grande, détruite par une explosion catastrophique: il est bien connu que l’ancienne Thera a éructé 18 km cubes de magma et que son explosion ne laissa qu’un bout de rocher noirci. Seulement dans les années ‘70 la méthode du radiocarbone a permis de dater avec une marge d’erreur réduite un trône qui était enterré dans la cendre volcanique : l’éruption a du se produire aux environs du 1456 av. J.-C.

Cette date ne concordais pas avec une hypothèse élaborée quelques années auparavant par un géologue grecque Angelo Galanopulos, qui après une analyse de certains épisodes de la Bible (les «trois jours de noirceur», les tremblements de terre, la division des eaux de la mer Rouge), conclut que dans cette année là une explosion volcanique devait avoir intéressé la Méditerranée Orientale. De plus, en lisant les nombreuses transcriptions des textes de Platon , le géologue affirma qu’une erreur c’était produite et qu’elle avait multiplié par dix les chiffres originairement reportées : Atlantide finissait pas s’identifier avec Thera et, lisant 900 au lieu de 9000 ans, il en conclut que la période de disparition d’Atlantide correspondait avec l’éruption qui détruit Santorini.

Après de scrupuleux études en 1973 la géologue Dorothy Vitaliano souligna le fait que la topographie d’Atlantide décrite par Platon était très proche à celle que devait avoir Thera, comme le démontre un fresque retrouvé dans les fouilles de Akrotiri à Santorin : l’hypothèse la plus convainquant est celle de la destruction de Thera, base navale de l’empire Minoen, et de successifs raz de marée qui auraient fait disparaitre graduellement cette civilisation et sa suprématie dans la Méditerranée, et qui portera à l’ascension de Mycènes. Cet événement volcanique et le Mythe de Jason et du Minotaure auraient été l’origine des récits de Platon et de la Bible.

Néanmoins la dynamique de l’éruption à Thera, comme documenté par les fouilles, exclurait la soudaineté du cataclysme transmit par Platon. Dans les maisons retrouvées à Akrotiri il n’y a pas de restes humains, aucun bijou, aucun objet précieux, comme si les habitants avaient eu tout le temps pour ramasser leurs biens et fuir. Ustensîles et provisions de vivres ont été retrouvés dans les sous-sols des maisons, peut être pour les protéger des secousses : un détail qui fait penser à une certaine familiarité des habitants avec les tremblements de terre.

Probablement l’éruption a été progressive et caractérisée par de nombreuses secousses pendant quelques semaines, en poussant la population à quitter l’île dans un premier moment, pour y retourner par la suite. En effet les fouilles montrent que la population avait commencé a réparer les dommages subis et a reprendre la vie de toujours : une route ouverte à nouveau, décombres balayées en tas ordonnés, l’encadrement d’une fenêtre agrandi pour en faire une porte, un foyer improvisé dans une maison, le bassin pour les ablutions entrainé jusqu’au toit, peut être pour recueillir l’eau pluviale … L’œuvre de reconstruction a du cependant s’interrompre, suite à la reprise de l’activité volcanique qui amena la population a quitter Thera pour toujours et se diriger vers Crète. C’est à ce moment que la phase paroxystique de l’éruption commença, avec une séquence impressionnante d’événements qui produisirent au début une pluie de ponces, puis de rocher plus rouges, et pour finir de caractéristiques ponces roses qui rendirent l’île célèbre. Ensuite le volcan explosa : un jet de matériaux comprimés et de gaz surchauffé rejoignit la stratosphère à une vitesse de 2000 km horaires et ses grondements furent audibles de l’Afrique à la Scandinavie, du Golfe Persique à Gibraltar. Les cendres furent éparpillées sur beaucoup des kilomètres, transformèrent le jour dans la nuit la plus obscure et altérèrent probablement aubes, couchés de soleils, et conditions météorologiques.

La violente explosion de magma avait vidé l’énorme bassin magmatique sous l’île, provoquant l’effondrement de l’édifice volcanique ; des milliards de mètres cubes d’eaux se précipitèrent dans l’abysse incandescent : la soudaine vaporisation de l’eau a du déclencher une série d’explosions titaniques qui ont dégondé ce qui restait de l’île, en soulevant des immenses vagues hautes jusqu’à 60 mètres qui s’abattirent sur les cotes de Crète et de l’Egypte. Fut ce la fin d’Atlantide?

Il le fut surement de Santorini et de sa civilisation. En tout les cas c’est sur que le mystère de l’existence d’une île disparue va toujours fasciner l’humanité, et toujours on essayera de l’identifier et de l’attribuer à un lieu précis.

Nous ne pouvons que concorder avec les paroles d’un célèbre écrivain:

« C’est bien qu’Atlantide reste un mystère.

C’est juste que l’homme, en regardant l’océan, s’inquiète en pensant à un lointain et impénétrable royaume englouti en un jour et une nuit par les eaux et le feu ; au rêve orgueilleux d’une éternité brisée par la Nature.

Les civilisations naissent, grandissent et pour finir meurent. Préparons-nous à ceci.

Atlantide n’a jamais existé!

Elle est dans tous les lieux.« 

Source : santoringrece.fr

8

Les jolies nageuses de l’île de Santorin sont elles à l’origine du mythe des Sirènes ?

L’Ancien Testament rapporte que dix plaies frappèrent l’Égypte alors que Pharaon refusait de libérer le peuple hébreu tenu en esclavage.
La colère divine a toujours été la théorie officielle de cet épisode biblique qui est considéré comme un mythe par les scientifiques.
Pourtant, en 2002, deux géologues ont affirmé que ces dix plaies pourraient être bien réelles. Selon eux, l’éruption du Santorin a pu engendrer une série de catastrophes naturelles dont l’ouverture de la mer qui a permis à Moïse et à son peuple de fuir l’Égypte.

Les 10 plaies d’Égypte

« ….toutes les eaux qui sont dans le fleuve se chargèrent en sang »
« …les grenouilles montèrent et recouvrirent l’Égypte »
« …toute la poussière du sol se changea en moustiques »
« …des taons en grand nombre entrèrent […] dans tout le pays d’Égypte »
« …tous les troupeaux des égyptiens moururent »
« …gens et bêtes furent couverts d’ulcères bourgeonnant en pustules »
« …Yahvé fit tomber la grêle sur le pays d’Égypte »
« …les sauterelles […] couvrirent toute la surface du pays… »
« …il y eut d’épaisses ténèbres… »
« …tous les premiers-nés mourront dans le pays d’Égypte… »

Extraits du Livre de l’Exode, chapitres 7 à 12. Bible de Jérusalem, traduction des dominicains de l’Ecole biblique. Editions Fleurus/Cerf

L’éruption du Santorin

Vers 1 500 avant notre ère, la Méditerranée connaît la plus grande catastrophe de son histoire. Le volcan de Théra, l’actuel Santorin, dans l’archipel des Cyclades, entre en éruption, provoquant une véritable catastrophe dans toute la côte méditerranéenne.

On a relié cette éruption volcanique à la disparition de la civilisation crétoise.

Dans la mer Egée, l’éruption cause de graves dommages. De nombreuses régions ont été plongées dans l’obscurité pendant des heures, voire des jours.
Enfin, les nuages volcaniques ont entraîné des changements climatiques.

Les effets secondaires possibles de cette gigantesque éruption ressemblent beaucoup aux dix plaies relatées dans la Bible.

Deux géologues curieux

Il y a quelques années, Gilles Lericolais, géologue français en poste à l’Ifremer et William Ryan, géologue américain de New York, étudiaient le faciès stratigraphique du bassin de la mer Noire. Ils ont ainsi mis en évidence le remplissage rapide de ce bassin il y a 7 500 ans.
La Méditerranée y aurait déversé son trop-plein.
Il se pourrait que cette catastrophe ait inspiré le mythe du Déluge.

Les deux hommes s’intéressèrent aux relations qui pouvaient exister entre les grands mythes fondateurs et la géologie.

C’est ainsi qu’ils en vinrent à la conclusion que l’éruption du volcan avait pu engendrer les 10 plaies.

Les conséquences de l’éruption volcanique du Santorin

L’éruption s’est produite à environ 700 km au nord-ouest des rivages méditerranéens de l’Egypte.
Le Santorin éructa une trentaine de kilomètres carrés de cendres et de lave. Des explosions aussi importantes ne se produisent que deux ou trois fois par siècle maximum.

La plus importante éruption du 20e siècle était beaucoup moins catastrophique. Elle se produisit en 1991 avec l’éruption du Pinatubo, aux Philippines.
Néanmoins, le Pinatubo envoya dans l’atmosphère des tonnes de cendres qui accomplirent plusieurs rotations autour de la Terre.
Cette éruption eut un impact sur le climat à l’échelon mondial.

Selon les calculs des scientifiques, cendres et particules s’expulsèrent du Santorin à la vitesse du son. Elles formèrent une colonne qui se dressa sur 36 km avant de s’étaler en direction du sud-est, guidée par les vents dominants vers la Crète et l’Egypte.

L’effondrement progressif du cratère permit à l’eau de mer de s’engouffrer, provoquant plusieurs explosions violentes qui sculptèrent une caldeira béante de 8 km de diamètre.

L’explosion engendra un immense tsunami qui se répandit en cercles concentriques dans une large partie du bassin méditerranéen.
Nul ne sait si ces vagues géantes atteignirent l’Egypte.

Par contre, les relevés stratigraphiques du sédimentologue Daniel Stanley ont prouvé que les cendres du Santorin avaient bien atteint le delta du Nil.
On a en effet retrouvé des téphras, particules volatiles de nature volcanique, d’âge et de composition chimique identique à celles du Santorin.

La première plaie d’Egypte

« ….toutes les eaux qui sont dans le fleuve se chargèrent en sang »

Les téphras seraient responsables de la première plaie. D’après Gilles Lericolais, on retrouve autour du Santorin bon nombre d’ignimbrites, des roches formées par l’accumulation de débris de laves acides telles que les rhyolites, qui donnent à certaines plages de l’île une teinte carmin.

L’autre hypothèse serait que la teneur élevée des particules volcaniques en acide sulfurique aurait pu oxyder les roches ferreuses du lit du fleuve et donner à l’eau des reflets de rouille.

La deuxième plaie

« …les grenouilles montèrent et recouvrirent l’Egypte »

Jean Lescure, spécialiste des anoures explique :

« Deux raisons peuvent pousser les amphibiens à se regrouper par milliers. La reproduction et l’augmentation soudaine du taux d’humidité de l’air.
Dans les pays semi-désertiques, après une longue saison sèche, les amphibiens sortent pour aller se reproduire dans les points d’eau.
Ils sortent des trous du sol dans lesquels ils s’étaient enfouis pour avoir un peu d’humidité. Invisibles quelques jours auparavant, ils envahissent villages et habitations pour rejoindre leur lieu de reproduction.

A cette époque lointaine, les amphibiens étaient beaucoup plus nombreux le long du Nil. Le phénomène aurait pu avoir une ampleur exceptionnelle aux yeux de la population.

La troisième et la quatrième plaie

« …toute la poussière du sol se changea en moustiques »
« …des taons en grand nombre entrèrent […] dans tout le pays d’Egypte »

Le troisième et quatrième fléau rentrent dans le même cadre que celui des amphibiens. Mouches et moustiques profitent également de la pluviosité pour pulluler dans les pays chauds.

Si l’éruption du Santorin a engendré des pluies exceptionnelles, certaines espèces animales en ont certainement tiré profit pour se reproduire.
On sait également qu’un changement climatique brutal peut « déranger » certaines espèces qui se regroupent pour fuir.

La cinquième et la dixième plaie

« …tous les troupeaux des égyptiens moururent »
« …tous les premiers-nés mourront dans le pays d’Egypte… »

L’augmentation soudaine d’insectes parasites comme les moustiques et les mouches est certainement lié au taux de mortalité important du bétail et des nouveau-nés.

Deux épidémiologistes américains, John Marr et Curtis Malloy, privilégient deux espèces très communes :

  • Stomoxys calcitrans pour les mouches
  • Culex antennatus pour les moustiques

La première peut inoculer au bétail diverses maladies comme le charbon. La seconde, hématophage également, se délecte de la compagnie des hommes et véhicule de nombreuses maladies virales.

La mort du bétail qui frappe à la fois chevaux, ânes, chameaux, bœufs, chèvres et moutons peut être attribuée à de nombreux parasites.
Un des coupables pourrait bien être un moucheron, Culicoïdes canithorax. Cet insecte peut transmettre deux virus vecteurs de la maladie africaine du cheval et de la maladie de la langue bleue.
Ces maladies touchent tous les animaux domestiques sauf le chameau.

D’une manière générale, la famille des cératopogonides compte de nombreuses espèces susceptibles de véhiculer d’autres maladies virales.

Les nouveau-nés sont particulièrement fragiles. Il n’est donc pas étonnant que ce furent les principales victimes, à une époque, où la mortalité infantile était déjà très importante. Il n’est nullement prouvé que seuls les enfants de sexe masculin ont été touchés par ces épidémies.

La sixième plaie

« …gens et bêtes furent couverts d’ulcères bourgeonnant en pustules »

Les ulcères qui se développèrent sur certaines personnes et animaux ont pu être provoqués par n’importe quelle myase.
Ce terme désigne toutes les maladies externes et tous les désordres des tissus causés par des larves de diptères (insectes).
Elles s’accompagnent de lésions ayant l’aspect de furoncles.

Il existe également des maladies parasitaires transmises par certains insectes comme la leishmaniose cutanée qui provoque de graves lésions de la peau.

La septième plaie

« …Yahvé fit tomber la grêle sur le pays d’Egypte »

Lors de l’éruption du mont Saint-Helens, en 1980, il y eut un orage de grêle.

En cas d’éruption, il peut arriver que les grêlons ne soient pas constitués de glace mais de lapilli (cendres acrétionnées).

La huitième plaie

« …les sauterelles […] couvrirent toute la surface du pays… »

On connaît bien aujourd’hui les invasions du criquet pèlerin. La plus importante des aires de regroupement de cette espèce se situe autour de la mer Rouge.

Une perturbation météorologique importante peut déclencher une invasion de criquets qui pourra durer 20 ans.

La neuvième plaie

« …il y eut d’épaisses ténèbres… »

Les particules volcaniques qui atteignirent la stratosphère ont formé le plus important nuage de poussières émis par un volcan dans l’est de la Méditerranée durant tout le IIe millénaire avant notre ère.
Ce nuage plongea cette région dans l’obscurité pendant plusieurs jours.

Catastrophe naturelle et épidémies

Une éruption volcanique ne provoque pas d’épidémies. Par contre, elle provoque des changements au sein d’une société.
L’hygiène se dégrade, faute d’eau propre par exemple, et des maladies comme le choléra apparaissent très vite.

Actuellement, en Egypte, de nombreuses maladies peuvent se développer à cause de la pluie et du vent et surtout d’une très mauvaise hygiène.
Citons le paludisme, la schistosomiase, la leishmaniose, la fièvre de la vallée du Rift, l’encéphalite du Nil occidental, le typhus …

Les retombées d’un volcan apportent des pluies chargées d’acide qui rendent l’eau potable toxique.

La mer s’ouvre devant le peuple hébreu

Au chapitre 14 du livre de l’Exode, les Hébreux se dirigent vers une étendue d’eau située dans le prolongement de la mer Rouge. Les Egyptiens de l’Antiquité appelaient cette étendue la Grande Noire.
Elle se situe à l’emplacement actuel des lacs Menzaleh, Timsah et Amers.

Les flots de la mer des Roseaux (et non ceux de la mer Rouge) s’ouvrent devant Moïse et son peuple et se referment sur Pharaon et son armée.

A l’aide d’un modèle reproduisant le bassin de la mer Rouge et la Grande Noire qui englobe la mer des Roseaux, Doron Nof (Floride) et Nathan Paldor (Israël) ont montré que des vents modérés pourraient avoir rendu franchissable cette étendue d’eau de faible profondeur.

En soufflant plusieurs heures durant dans le golfe de Suez, ils auraient pu repousser les eaux en un mur de 2,5 m de haut ; mur qui se serait effondré au moindre changement de direction du vent.

La religion et la science

Il existe de nombreux miracles bibliques que la science a tenté d’expliquer, parfois avec succès.

Les 10 plaies d’Egypte pourraient être donc dues, selon les scientifiques, à un enchaînement de faits assez exceptionnels dont l’origine serait l’éruption du Santorin.

Quelles que soient nos croyances, il est intéressant de constater que la science ne nie pas le bien-fondé des événements mais qu’au contraire, elle confirme qu’ils ont très bien pu exister.

Le mythe du Déluge fait partie de ces mythes bibliques, aujourd’hui reconnu par de nombreux scientifiques.

L’éruption du Santorin serait l’évènement géologique le plus ancien dont l’humanité et les trois religions du Livre auraient gardé le souvenir.

V.Battaglia (01.09.2005)

Source : dinosoria.com

10 commandments paramount

Photo tirée du film « Les dix commandements » de Cecil B. DeMille (1956) montrant Moise (Charlton Heston) conduisant le peuple hébreu hors d’Egypte, pays qui vénérait les serpents. Ironiquement, le peuple juif, descendant des hébreux, fut assimilé ultérieurement par les nazis à des serpents afin de justifier la propagande mortifère conduisant à l’emploi de chambres à gaz, donnant ainsi naissance au mythe du complot reptilien qui pollue internet en propageant une idéologie antisémite. Une autre victime des nazis fut la Franc-Maçonnerie où le symbole de la pyramide (Œil de la Providence), ironie de l’histoire, faisant penser au peuple égyptien, est omniprésent. Les rites francs-maçons et le secret les entourant donnant naissance au fantasme des Illuminati qui, si l’on y réfléchit bien, ne s’appuie sur rien de concret. Ainsi, l’Île de Santorin devient la mère de tous les mythes actuels.

L’éruption minoenne ayant eu lieu vers  - 1628 et – 1600, on peut estimer que la destruction de l’Atlantide et les dix plaies d’Egypte datent de cette période. Ce qui fait que la destruction de la civilisation atlante serait plus récente que ce que les croyances populaires ne l’imaginent.

Comment la CIA voit-elle le monde en 2035 ?

Les prévisions de la CIA pour le futur de la planète ne sont pas optimistes, loin de là. Le rapport de l’agence américaine, publié tous les quatre ans et intitulé cette année «Le monde en 2035 vu par la CIA, et le Conseil national du renseignement : Le paradoxe du progrès» est sorti jeudi aux éditions Équateurs. Ces 300 pages prospectives sont arrivées sur le bureau de Donald Trump,dès son investiture.

L’agence américaine pose le décor dès les premières lignes : «Dans les cinq prochaines années, on verra un accroissement des tensions entre Etats et à l’intérieur de ceux-ci.» En parallèle, la croissance mondiale va ralentir. La menace terroriste augmenterait sous différentes formes, et à laquelle les Etats, toujours plus divisés, peineront à répondre. «L’enjeu central des gouvernements et des sociétés sera de concilier les talents individuels, collectifs et nationaux pour apporter sécurité, prospérité et espoir.»

La CIA développe trois scénarios imaginaires de l’état du monde entre 2020 et 2035 : «îles», «orbites» et «communautés».

Scénario n°1 : un monde d’îles reclues

Le premier scénario imagine un monde subissant les dégâts d’une croissance atone et d’une mondialisation faiblissante, face auxquelles les gouvernements n’ont rien su faire. Vingt ans après la crise financière de 2008, les économistes de par le monde observent des Etats fragilisés, repliés sur eux-mêmes. «La combinaison de tous ces événements a donné naissance à un monde fragmenté et sur la défensive où des Etats inquiets cherchent métaphoriquement et physiquement à construire des murs pour se protéger des problèmes extérieurs, formant ainsi des « îles » dans un océan d’instabilité», relate le rapport.

En Europe comme en Amérique du Nord, les Etats n’ont pas su s’adapter aux bouleversements économiques et sociétaux de ce nouveau monde. En Asie, le constat est le même, le boom des émergents est retombé : «Parce qu’elles n’ont pas su générer suffisamment de demande intérieure pour stimuler leur économie quand le marché mondial s’est ralenti, la Chine et l’Inde sont restées enfermées dans le « piège du revenu moyen » et ont connu une stagnation de leur croissance, des salaires et des conditions de vie.» Les classes moyennes, ayant acquis ce statut avant la crise de 2008, sont meurtries, et une partie de cette population est retombée à des niveaux modérés de pauvreté.

Les conséquences néfastes de la mondialisation, notamment l’accroissement des inégalités et la montée des populismes, ont poussé les Etats à mettre en place toujours plus de mesures protectionnistes, au lieu de privilégier le dialogue international. Dans ce scénario, l’essor rapide des intelligences artificielles a bouleversé les sociétés plus profondément que ce que les économistes avaient prévu. Le chômage a continué à augmenter.

Après cet état des lieux démoralisant, la CIA voit, dans vingt ans, le «début d’une nouvelle ère de croissance et de prospérité». Le salut viendra de plusieurs horizons. Après avoir bouleversé le marché du travail, l’innovation technologique va créer des opportunités de relance. Dans ce monde futuriste, la créativité viendra alors de la collaboration entre hommes et machines. «Le ralentissement de la mondialisation et des échanges commerciaux a donné naissance à une nouvelle génération d’entrepreneurs et d’inventeurs au niveau local.» Leçon du futur (imaginé) pour le présent : les gouvernements qui s’en sortiront le mieux sont ceux qui miseront sur la recherche et l’innovation et qui sauront garder les talents technologiques dans leurs frontières.

An Outtake From Fritz Lang's Metropolis

« C’est comme les hommes avec les fourmis. À un endroit, les fourmis installent leurs cités et leurs galeries ; elles y vivent, elles font des guerres et des révolutions, jusqu’au moment où les hommes les trouvent sur leur chemin, et ils en débarrassent le passage. C’est ce qui se produit maintenant – nous ne sommes que des fourmis. » (H.G Wells)

Scénario n°2 : à l’aube d’une escalade militaire

Le second scénario, intitulé «Orbites», est raconté par un «conseiller national en sécurité» qui revient sur l’état du monde, à l’aube de l’an 2032, date où s’achève le second mandat d’un certain «Smith» à la tête des Etats-Unis. Le milieu des années 2020 a vu l’accroissement sans pareil des tensions entre puissances régionales. La Russie, la Chine mais aussi l’Iran ont profité d’un repli des Etats-Unis sur la scène internationale pour imposer leur «domination économique, politique et militaire» sur leur région d’influence respective. Les tensions se cantonnent dans un premier temps à des représailles économiques et diplomatiques, à une guerre de propagande et à des cyberattaques, sans impacts notables.

«La plus grande victime de ces conflits a été la « vérité » dans la mesure où la propagande de ces Etats, diffusées par plusieurs médias sociaux, commerciaux et officiels, a déformé, dénaturé et manipulé les informations sur ce qui se passait réellement», analyse le conseiller. Un constat qui évoque étrangement l’ère de post-vérités, ou de «faits alternatifs», dont se sont nourris en 2016 les Brexiters et les partisans de Donald Trump. Sous le premier mandat de ce fameux «Smith», les Etats-Unis opèrent un retour sur la scène internationale, mais entrent directement en confrontation avec la Chine, l’Iran et la Russie, donnant à la fin des années 2020 un faux air de guerre froide. L’étincelle ? Une crise entre l’Inde et le Pakistan en 2028 qui aboutit à l’explosion de la première bombe nucléaire depuis 1945. La crise est finalement désamorcée par les Etats-Unis, avec l’aide de la Chine (ouf). L’escalade militaire et nucléaire est évitée. Comme lors de l’après Seconde Guerre mondiale, les grandes puissances rétablissent une relation de confiance et reprennent leur coopération sur les questions de sécurité.

Scénario n°3 : les communautés dirigent le monde

Le troisième et dernier scénario s’intéresse aux «Communautés», via le regard d’une future maire d’une grande ville canadienne qui réfléchit en 2035 aux transformations des deux dernières décennies. Dans ce monde, les groupes locaux ont pris le pas sur les gouvernements nationaux. En cause : le manque de confiance grandissant des populations envers leurs dirigeants nationaux. Si la politique étrangère, les opérations militaires et la défense nationale restent le fait des entités nationales, l’éducation, l’économie ou encore la santé reviennent à la charge des autorités locales. L’implication des entreprises dans la vie de leurs employés est telle qu’elles se chargent désormais de l’éducation, de la santé et du logement. L’expérience n’est pas égale à travers le monde. Au Moyen-Orient, la jeunesse s’est révoltée contre les institutions et l’extrémisme religieux, sonnant l’avènement d’un nouveau Printemps arabe. Mais en Chine ou en Russie, des mouvements similaires sont loin d’avoir escompté les mêmes succès. Ces changements se sont opérés finalement plus facilement au sein des démocraties occidentales comme aux Etats-Unis ou au Canada, où il y avait déjà «une forte tradition d’implication des collectivités locales et du secteur privé».

Source : liberation.fr

Photo : Metropolis de Fritz Lang.

Contrôle du climat : et si Trump n’avait pas si tort ?

« Le concept du réchauffement climatique a été créé par et pour les Chinois dans le but de rendre l’industrie américaine non compétitive. » (Donald Trump)

Le doute n’étant plus permis, à défaut d’appeler cela « Chemtrails », la géo-ingénierie est utilisée afin de lutter contre le réchauffement climatique en envoyant dans l’atmosphère toutes sortes de produits soit disant inoffensifs pour l’homme et son environnement.

Préambule de la vidéo :

« Notre ciel soumis à une évolution contrôlée, vers un climat artificiel ? »

Journaliste et photographe professionnelle, j’ai beaucoup d’années de repérage du ciel dans mon travail sur l’image. Mon but au départ était juste de comprendre comment un tel phénomène pouvait-il se produire  sans aucun débat citoyen et sans nous alarmer. Dutout ! Un état de fait, une lumière qui s’amenuise, des trainées persistantes qui grossissent, de nouvelles technologies de modifications climatiques, une politique mondiale sur le changement du climat…

Je constate que la luminosité a diminué de façon extraordinaire, moins trois diafs en quelques années.

Plusieurs scientifiques répartis dans divers points de la planète, avec des démarches et des méthodes différentes arrivent tous à la même conclusion : On perd de la lumière.

La géo-ingénierie serait-elle partie prenante de notre passé, de notre présent et de notre futur ?

Il y a des militaires et des industries qui font des expériences volontaires sur l’adjonction de composés chimiques au carburant afin de créer ces effets « Albédo » car le carburant normal comporte déjà les molécules qui créent l’effet chemtrails.

focus_cop21_apres

Les accords de la Cop21, bien que louables, ciblent-ils les vrais responsables du réchauffement climatique ?

Le nouvel observateur du 18 juillet 2013 publie :

  • Le projet de la CIA pour contrôler le climat.

Les Échos du 2 octobre 2013 publie :

  • Monsanto s’offre un leader des données climatiques. Le numéro un mondial des semences de maïs, de soja et d’autres cultures génétiquement modifiées a annoncé qu’il achetait « The climate corporation » pour quelques 930 millions de dollars. Puis, le 24 novembre 2013, Monsanto sort un nouveau gène résistant à l’aluminium.
  • Le 22 décembre 2013, Monsanto investi dans les prévisions météorologiques et le 2 janvier 2014, Météo France disparaît des chaînes publiques nationales au profit d’une société britannique. Dès ce mois de janvier, les prévisions météo nationales sur les chaînes télé du service publique ne seront plus assurées par l’indétrônable Météo France, mais par la filiale française du groupe anglais, « Météo Groupe«

Voici l’extrait d’un reportage qui va nous éclairer sur ce procédé de géo-ingénierie qui n’a rien d’anodin.

Source : http://www.finalscape.com/

Les tentatives de contrôle du climat ne sont définitivement pas de l’ordre du Complot mais bel et bien de l’ordre (financier ?) de la connerie humaine (le pire étant que cela part peut être d’un bon sentiment). Comme le disait un sage (que vous avez le droit de traiter de climato-sceptique) :

Pulvériser du soufre dans l’atmosphère, modifier la chimie des océans ou déplacer l’orbite de la Terre pour l’éloigner du Soleil sont autant d’idées inquiétantes mais sérieusement envisagées par les tenants de la géo-ingénierie. Ceux qui croient possible la manipulation du climat pour le refroidir mettent en avant un argument redoutable : éviter les efforts indispensables pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pourquoi ne pas extraire pétrole, charbon et gaz si nous sommes capables de contrôler l’effet de leur combustion sur le climat ?

Les nouveaux chantres de la géo-ingénierie sont principalement les think tanks américains, plutôt conservateurs, qui s’employaient jusque-là à discréditer les sciences du climat et la réalité du réchauffement. Ils ont fini par accepter le diagnostic scientifique dès lors qu’ils y ont vu un débouché idéologique pour la croissance économique et le progrès des technosciences. Des investisseurs semblent aussi y trouver un intérêt : Bill Gates, N. Murray Edwards ou encore Richard Branson parient sur ces technologies.

Promouvoir la géo-ingénierie permet de justifier l’inaction et le maintien de l’exploitation des énergies fossiles. Maintenir l’illusion de maîtriser le climat ne fait que dissimuler l’urgence d’une prise de décisions collectives pour basculer vers l’économie de demain et rétablir les écosystèmes qui captent le carbone (forêts, océans et zones humides).

Osons affirmer que la géo-ingénierie serait l’ultime et fatale vanité de quelques-uns qui se prennent pour des dieux et non pour des hommes ! (Nicolas Hulot et Floran Augagneur, source : lesechos.fr)

 dsc05702

Le plus effrayant dans l’histoire, c’est que les aliens n’ont rien à voir avec le réchauffement climatique qui est bien une connerie humaine, bien que l’on utilise le CO2, à la toxicité bien réelle, comme bouc émissaire.

Les chemtrails seront pris au sérieux à partir du moment où l’on arrêtera de les englober dans des théories complotistes (rassurantes car dédouanant toute responsabilité individuel).

Tabou : l’arnaque du tri sélectif.

« La France ne recycle encore que 23 % de ses déchets contre 60% qui partent en incinération ou en décharge, souligne l’UFC Que Choisir dans une présentation de son étude. Dans ces conditions, on ne voit pas comment atteindre l’objectif de 50% de recyclage fixé par l’Europe pour 2020 ». Pour mémoire, par nature de déchets, la France recycle 67% des emballages ménagers et devait atteindre 75% en 2016 (et de 50 % à 80% pour les déchets électriques et électroniques).

Conflit d’intérêt

A qui la faute ? Tout d’abord, l’organisation générale du secteur. Il ne manque pas de moyens financiers, puisque les « pollueurs « , c’est-à-dire les industriels et distributeurs mettant les produits sur le marché, paient des éco-contributions (répercutées dans le prix de vente des produits) selon le principe du « pollueur-payeur  » adopté en 1992. Mais ces pollueurs délèguent leur obligation de gestion des déchets à des éco-organismes, qui perçoivent les éco-contributions. Ils en sont à la fois les actionnaires et les financeurs. Il y a donc conflit d’intérêt au niveau des éco-organismes, qui n’ont pas intérêt à diminuer leur volume d’activité en faisant de la prévention pour diminuer le volume de déchets à traiter, juge l’UFC Que Choisir.

L’Etat, qui a fixé le fonctionnement du système, est aussi en cause. Le contrôle des éco-organismes est inefficace, car il est partagé entre cinq organismes publics, dont les rôles respectifs ne sont pas clairs, tandis que les amendes sont ridicules : seulement 30.000 euros en cas de non atteinte de l’objectif de taux de recyclage fixé par leur cahier des charges, par exemple… Les pollueurs ne sont par ailleurs pas assez contrôlés non plus : « De 5% à 10% des tonnages mis sur le marché ne font l’objet d’aucune éco-contribution », estime l’association, pour qui il faut un organe de contrôle et de régulation unique des éco-organismes.

Recycler la politique des déchets

Par ailleurs, force est de constater que l’Etat n’a rien fait pour minimiser le volume de déchets générés, avant même de parler de leur recyclage. « Seulement 1 euro par an et par habitant est consacré à la prévention », note l’UFC Que Choisir. Il n’a pas non plus encouragé à développer les matières recyclables et à pénaliser celles qui ne le sont pas. Plutôt qu’un logo clair et unique apposé sur tous les produits pour indiquer aux consommateurs si l’emballage est recyclable ou pas, une myriade de logos coexistent actuellement, au sens parfois obscur.

Résultat : le sondage de l’UFC Que Choisir en atteste, les consommateurs ne s’y retrouvent pas : 59 % des sondés pensent par exemple que le logo rond vert contenant une flèche circulaire (référence à l’économie circulaire) appelé le « point vert  » signifie que l’emballage est recyclable. Faux. Il signifie seulement que ce produit a fait l’objet du paiement d’une éco-contribution à un éco-organisme… Quant aux « bennes jaunes » à déchets recyclables, 30% ne sont pas jaunes. Tout aussi grave, les logos ne sont pas apposés sur 100% des emballages ou des produits. Selon l’enquête menée dans 64 départements, « seulement 6% des 80 produits analysés par l’association indiquent la part recyclable de l’emballage, s’indigne t-elle. Ce qui n’aide pas le consommateur à faire un choix raisonné au moment de l’achat « . Bref, la conclusion est claire : il est urgent de recycler la politique de prévention des déchets.

Source : .lesechos.fr

4503

« Putain, fait chier ! Je me suis dit que je pouvais prendre deux petites minutes vite fait, bien fait, pour descendre mes ordures avant de prendre ma douche et v’lé-t’y pas que cela fait au moins vingt bonnes minutes que j’me casse le cul à chercher dans quelles poubelles j’dois foutre mes ordures : la verte, la jaune, la rouge ou la bleu ? Crotte, j’ai laissé tomber et j’ai tout déposé en vrac et je vais me défiler en douce en essayant de ne pas me faire voir de cette couillon de Madame Pinson, cette pimbêche à l’œil inquisiteur qui me reproche mon absence de tenue. Franchement, vous vous maquillez, vous, avant de descendre vos poubelles ? Pouffiasse ! »

Tabou : nous mangeons des produits irradiés.

Irradiation des aliments : définition

L’irradiation des aliments, officiellement appelée « ionisation » consiste à soumettre un aliment à un rayonnement ionisant : rayons gamma (issus de substances radioactives, le Cobalt 60 ou le Césium 137), rayons x ou faisceaux d’électrons à très haute énergie.

Ce procédé, inventé au milieu des années 1940 par des scientifiques français, pour les besoins des échanges internationaux, permet de décontaminer les denrées, supprimer certains micro-organismes et insectes, ralentir le mûrissement, inhiber la germination et mieux conserver les aliments. Elle permet ainsi le transport sur de longues distances et le stockage de longue durée.

Avantages de l’irradiation des aliments

L’irradiation des aliments ne rend pas l’aliment radioactif . Elle ne doit pas être confondue avec la contamination radioactive (incorporation par la plante ou l’animal d’éléments ou composés radioactifs polluants qui se retrouvent dans les aliments).

Souvent présentée comme moins nocive que d’autres modes de conservation industriels, cette technologie permet surtout de contourner – au moins en partie – l’usage de produits chimiques (pesticides, conservateurs) ; elle est plus souple d’utilisation que la surgélation (contraignante par le maintien de la chaîne du froid) et peut être appliquée à quasiment tous types de produits, y compris les produits frais, à l’inverse des traitements par la chaleur.

Les partisans de l’irradiation des aliments la présente comme une solution-miracle contre les maladies d’origine alimentaire (salmonellose, infections à E. coli 0157 :H7). Malheureusement, de nombreuses études scientifiques montrent également les limites et les risques de l’irradiation sur la santé.

atomic-dining-room

Le restaurant préféré de l’Incroyable Hulk : cent pour cent rayons Gamma.

L’irradiation des aliments : les risques

Des associations de défense des consommateurs et de l’environnement soulignent l’appauvrissement de la valeur nutritive et des vitamines contenus dans les aliments. « Bien que l’irridiation soit suffisante pour tuer des organismes supérieurs, elle n’inactive pas les toxines / mycotoxines libérées par les bactéries et les champignons. En revanche, elles peuvent détruire des vitamines et entraîner la formation de substances néoformées ou de radicaux libres préjudiciables à la salubrité des aliments ou à leurs propriétés organoleptiques. » précise le CNRS.

Certaines bactéries sont très utiles puisqu’elles agissent sur l’apparence des aliments (pourrissement, odeur) et permettent ainsi aux consommateurs de repérer les aliments douteux. Les aliments irradiés paraissent sains, mais ne le sont pas toujours… C’est pourquoi, l’irradiation peut être utilisée pour masquer au consommateur des produits trop vieux et qui ne devraient plus être consommés et peut donc se substituer à de bonnes pratiques sanitaires ou pour « recycler » des produits atteignant leur date de péremption.

Les aliments ionisés pourraient contenir de nouveaux éléments soupçonnés d’être cancérigènes et mutagènes. A ce titre, des animaux de laboratoire nourris d’aliments irradiés sur de longues périodes souffrent de nombreuses maladies génétiques, de problèmes de reproduction, de déformations et de mortalité précoce, selon une étude menée par des scientifiques allemands et français. En effet, une substance particulière créée par l’irradiation dans les aliments, l’alkylcyclobutanone, pourrait être facteur de cancer.

Les risques sur l’environnement

Sur le plan environnemental, on peut citer les risques liés au fonctionnement des installations (nucléaires) et au transport de matières nucléaires.

De plus, cette technique favorise des modes de production et de distribution industriels délocalisés où le transport, source de pollution, n’est plus un problème pour la conservation des aliments. Cela n’est pas sans conséquences, car l’irradiation, en allongeant la durée de conservation des aliments, risque d’accentuer la délocalisation des productions agricoles où les normes environnementales et sociales peuvent être déplorables pour des cultures qui peuvent être produites localement.

Législation européenne

En Europe, les aliments qui ont subi cette irradiation doivent obligatoirement présenter la mention « Traité par ionisation » ou « Traité par rayonnement ionisant » sur leur étiquetage, ce qui n’est pas le cas d’autres pays qui exportent leurs produits ionisés dans la plus grande opacité pour le consommateur.

Au niveau européen, environ 40 000 tonnes d’aliments ont été irradiés en 2003, soit une multiplication par deux (20 000 tonnes environ pour 2002). Actuellement, l’ionisation est autorisée pour une seule catégorie d’aliments en Europe, il s’agit des herbes aromatiques séchées, des épices et des condiments végétaux.

Et en France ?

Cependant, des dérogations ont été mises en place comme en France où un certain nombre de produits alimentaires peuvent être irradiés : épices, aromates, herbes aromatiques séchées ou surgelées, oignons, ail, échalotes, fraises, farine de riz, légumes déshydratés, fruits secs (abricots, figues, raisins, dattes) légumes et fruits secs, corn flakes et muesli, camembert au lait cru, viande de volaille, cuisses de grenouilles congelées, crevettes congelées, blanc d’oeuf liquide déshydraté ou congelé…

Pour ces opérations, plusieurs centrales d’irradiation des aliments existent en France : à Sablé sur Sarthe (près du Mans), à Pouzauges (près de Nantes), Dagneux (près de Lyon), à Marseille, à Orsay (région parisienne), à Chaumesnil (près de Troyes), à Berric (Morbihan)… La plupart sont exploitées par la société IONISOS.

Soulignons que les traitements ionisants sont interdits en agriculture biologique.

Source : www.notre-planete.info

card.33

Pour votre santé, mangez au moins cinq  fruits et légumes par jour (certifiés radioactifs).

Tabou : la vérité sur les Illuminati.

Ou comment un groupe maçonnique bavarois éphémère a été recyclé pour incarner la légende très populaire d’une organisation clandestine infiltrant et manipulant le monde.

Au hit-parade des théories complotistes, on trouve en bonne place celles affirmant l’existence de reptiles humanoïdes parmi les grands de ce monde (de Barack Obama à la reine d’Angleterre). Le groupe Bilderberg, qui existe bel et bien mais qui est décrit comme un gouvernement mondial et occulte du capitalisme financier, est aussi la cible de nombreux fantasmes. Il n’est pas rare qu’il soit lié à un autre classique conspirationniste tendance antisémite : le complot judéo-maçonnique ou sa variante américano-sioniste. Mais les Illuminati restent, notamment chez les jeunes, le refrain le plus largement répandu.

Esotérisme

Selon un sondage Ipsos MediaCT pour Fleuve Editions (publié en juin 2014 à l’occasion de la parution du livre le Règne des Illuminati, d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne), un Français sur deux déclare connaître leur existence (1). Et pour 20 % d’entre eux, les Illuminati «tirent les ficelles de l’économie mondiale», tandis que 25 % sont convaincus qu’il s’agit d’une «organisation secrète qui cherche à manipuler la population».

Oui, les Illuminati ont bien existé. Mais il y a presque 250 ans. Et leur «vraie» histoire n’a duré qu’à peine neuf ans, entre 1776 et 1785. Les Illuminati – mot latin qui signifie «illuminés» mais que l’on pourrait traduire par «ceux qui savent» – ont été créés en Bavière par Adam Weishaupt, lui-même mort en 1830. C’est une sorte de groupe paramaçonnique comme il en a fleuri beaucoup au XVIIIe siècle. A l’époque des Lumières, des sociétés et des confréries plus ou moins secrètes, versant parfois dans l’ésotérisme, se multiplient. Les philosophes et les scientifiques voient là le moyen de contrer l’influence de l’Eglise catholique et de propager leurs idées rationalistes. Le combat culturel et politique fait rage. En 1784, Charles-Théodore, le prince-électeur de Bavière, interdit les sociétés secrètes. Fin du premier acte pour les Illuminati, alors que leur groupe rassemblait déjà plusieurs centaines de membres.

Grande matrice

L’histoire fait ensuite place au mythe. Un abbé français, Augustin Barruel, l’une des figures du mouvement contre-révolutionnaire catholique, va le créer. La Révolution française, grande matrice des interprétations complotistes (comme aujourd’hui les attentats du 11 Septembre) a été l’œuvre, selon le prêtre, de membres appartenant à la secte bavaroise. «Les frontières sont souvent indiscernables entre la réalité historique et les mythologisations qui la prennent pour matière première», explique Pierre-André Taguieff dans la Foire aux illuminés (Mille et Une Nuits, 2005). A partir de là, la légende des Illuminatis voyage, s’amplifie. Née en France, elle se propage dans les pays anglo-saxons. Au cours des années 60, elle ressurgit dans la sous-culture américaine. Dans un long article, très documenté, «Le pseudo-complot illuminati», publié dans la revue le Crieur, Yves Pagès retrace minutieusement ses filiations, parfois très surprenantes. Les thématiques conspirationnistes issues de la légende des Illuminati inspirent ainsi des dissidences du nationalisme noir aux Etats-Unis autour de Louis Farrakhan, le leader de l’organisation Nation of Islam. Elle imprègne aussi la culture hip-hop, comme l’historique groupe des Last Poets.

Aujourd’hui, des stars comme Beyoncé continuent à la relayer. Mais c’est surtout dans Da Vinci Code, best-seller mondial adapté au cinéma, qu’ils ont eu le premier rôle ces dernières années.

(1) Sondage réalisé auprès de 1 500 Français âgés de 18 à 65 ans.

Source : liberation.fr

Abigail Good naked Eyes Wide Shut (11)

Les illuminati étant un mythe : qui a intérêt à entretenir le mythe ? (Photo : Eyes wide shut, Stanley Kubrick, 1999). 

PS : les Illuminati apparaissent, en fait, dans le roman « Anges et Démons » de Dan Brown, bien que certaines allusions peuvent apparaître dans ses autres œuvres.

« Le comble du Complot serait de faire croire en son existence. »

La France et le Bilderberg.

« Dire que nous cherchions à mettre en place un gouvernement mondial unique est très exagéré, mais pas totalement absurde. Nous autres à Bilderberg pensions qu’on ne pouvait pas continuer à se faire la guerre éternellement et à tuer des millions de gens pour rien. Nous nous disions qu’une communauté unique pouvait être une bonne chose. (Denis Healey, 2001)

Macron a lancé son mouvement « en marche » avec déjà 50 000 adhérents selon ses propos; 12 000 marcheurs arpentent les rues pour rencontrer les français…dans quel but véritable? Pourquoi cette hâte à lancer son mouvement, alors qu’il est encore ministre ? Et pourquoi Hollande semble-t-il si magnanime envers les envolées politiques de Macron ?

Mais parce qu’ils travaillent tous les deux pour le même objectif : préserver le pouvoir de l’élite économique mondiale, qui prétend gouverner le monde en dehors des circuits démocratiques.

Devant le cafouillage avéré de la gauche succédant à une droite moribonde, il leur faut emprunter d’urgence « le petit chemin du milieu », pour rallier les peuples mécontents.

Macron, substitut de soupe populaire, servira éventuellement de remonte-pente à Hollande, le moment venu, et en tout état de cause, sera premier ministre, qu’il y ait un président de gauche ou de droite. Et certainement président de la France un jour.

Car le plus grand danger qui guette l’élite économique est que les extrêmes prennent le pouvoir en France ; cette hypothèse est leur cauchemar, car ils perdraient l’accès aux manettes de la France puis de l’Europe.

Une élite qui s’est organisée depuis longtemps :

Toute organisation dispose d’instance de gouvernance et organise des réunions.

Le groupe Bilderberg réunit chaque année pendant deux jours les principaux dirigeants économiques et politiques – ainsi que quelques journalistes – pour discuter des « affaires du monde ». Et ce, dans le mutisme habituel des médias français.

De nombreux articles existent sur le « groupe Bilderberg » mais il en faudra encore beaucoup plus sans doute, pour sauver ce qui reste de la souveraineté des peuples. Cela s’avère même crucial, lorsque l’on lit ou relit ces propos de David Rockefeller, co-fondateur du Bilderberg  (Newsweek International, 1er février 1999) :

« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire »

Le Bilderberg a été fondé en 1954 par ce dernier et le prince Bernhard des Pays-Bas, né allemand, ancien nazi et David Rockefeller. A l’origine, c’est une sorte de club privé, afin de discuter des grands enjeux économiques et stratégiques, et visant à terme une gouvernance mondiale avec l’OTAN comme commandement. Il réunit chaque année entre 100 et 150 participants, membres ou invités, qui débattent à huis clos d’un ordre du jour hautement stratégique.

Coulisses des G8 et G20 : « Ou comment sont grillés les circuits démocratiques ».

Coulisses et instances de « débrief » des G8 et G20 ?

Aux réunions annuelles du Bilderberg, qui durent trois ou quatre jours, on retrouve le gratin politique national et international occidental des multinationales, et des journalistes de tendance libérale (jamais des reporters, uniquement les dirigeants)

Pas de conférence de presse, pas de journalistes (sauf des Patrons de medias..), et les invités ne peuvent pas prendre de notes.

Une à deux semaines après leurs réunions, c’est le G8 ou le G20 qui s’ouvrent un peu plus loin, attirant cette fois la plupart des médias de la planète. Exemples :

En 2003, la réunion du groupe Bilderberg s’est tenue à Versailles (le château a par ailleurs été fermé au public pendant une semaine) en même temps que le G8 qui se déroulait à Paris. C’est au G8 que sont concrétisées une partie des décisions prises par les Bilderbergers, dont certains sont présents également au G8.

« Le lieu où seraient choisis les futurs présidents, premiers ministres »

Ce que confirmerait la participation à la conférence de Bill Clinton en 1991 et celle de Tony Blair en 1993. En 2004, le magazine Time a révélé que John Kerry a choisi John Edwards pour être son colistier juste après que ce dernier avait fait une forte impression sur les participants de la session Bilderberg en Italie. »

Bilderberg : silence médias sur les réunions de l’élite mondiale.

Dans un article de Slate publié en 2008, Jack Shafer évoque le silence des medias sur le Bilderberg. Et pour cause, la plupart des patrons de presse en sont membres..Mais c’est surtout en Europe que les medias sont silencieux. Aux états-unis, le New York Times a mentionné Bilderberg une vingtaine de fois depuis 1981, dont un article de 2004 intitulé «une conférence secrète pour dominer le monde ». D’autres articles dans le Washington Post, le Chicago Tribune et le Boston Globe mentionnent le groupe.

Ri7macronmarionnette-

Macron est membre du Bilderberg.

Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie a participé à la réunion du groupe Bilderberg, qui a eu lieu à Copenhague les 31 mai et 1 juin  2014. M. Macron y assistait en tant que conseiller de François Hollande à la présidence de la République.

Les medias, à coup de sondages favorables finiront pas l’installer dans la conscience collective comme un bon politique, qui oeuvrera pour leurs intérêts. On a assisté au même phénomène avec DSK: de sondages en sondages, on a fabriqué un présidentiable. De là à affirmer que le Bilderberg contrôle les instituts de sondage, en plus de certains medias français , il n’y a plus qu’un petit pas. Car DSK aussi avait été convié au Bilderberg en son temps.

Manuel Valls avait lui aussi participé à une réunion du groupe Bilderberg.

Ce qui expliquerait, que bien qu’il n’ait recueilli que 5,63% des voix à la primaire socialiste de 2011, il pilote la politique de la France. Illustration du déni voire de l’usurpation de démocratie.

Source : Médiapart (le Blog de Hakima, article « Emmanuel Macron, le pion du futur » datant du 29 mai 2016)

Tout est en place pour qu’un dictateur en puissance (qu’il soit de droite comme de gauche) ne prenne le pouvoir en France, utilisant les outils que sont la défense de la laïcité, de la morale, de la liberté d’expression et des valeurs de la République, profitant que le système électoral est conçu de façon à ne laisser que trois choix possibles à l’électeur lors d’une Présidentielle (en gros : une gauche appliquant une politique de droite, une droite qui penche à l’extrême-droite et une extrême-droite défendant des idées de gauche, extrême-droite permettant aux candidats qui l’affrontent de remporter la victoire. Présidentielles qui n’ont jamais atteints un tel potentiel de « déclencheur de guerre civile »), et cela en se présentant comme dernier recours pour empêcher un candidat d’un parti extrême (qu’il soit de droite comme de gauche) d’accéder au pouvoir. Un dictateur en puissance ne viendra pas de l’endroit ou l’on s’attend à le trouver de manière évidente.

Trois grandes idéologies se partagent le monde occidental : le capitalisme, le communisme et le fascisme. Le fascisme a eu un dictateur emblématique en la personne d’Adolf Hitler. Le communisme a eu un dictateur emblématique en la personne de Staline. Maintenant, la porte est ouverte pour que ce soit le tour du capitalisme (que ce soit en France ou ailleurs).

 

  »En politique, rien n’arrive par accident. Si quelque chose se produit, vous pouvez parier que cela a été planifié de cette façon. » (Franklin Delano Roosevelt (1882-1945), 32e président américain)

OVNI : les gouvernements cachent-ils la vérité ?

Daniel Harran a suivi une formation scientifique qui l’a conduit à un doctorat en thermodynamique ; puis il a été, durant sa vie professionnelle, maître de conférences à l’université, en physique. L’exercice de sa profession l’a conduit peu à peu à ressentir les limites de cette science trop matérialiste, qui ne permet pas de comprendre certains phénomènes qualifiés de mystérieux, ou relégués dans la catégorie du paranormal ou du surnaturel.

Intrigué et attiré par ces phénomènes réels mais rejetés en dehors du domaine d’intérêt de la science, il s’est d’abord consacré à l’étude des agroglyphes (crop circles), qui est la manière la plus spectaculaire par laquelle le monde invisible s’adresse aux hommes. Il a pu en proposer une interprétation jusqu’alors inédite, qui passe par la réappropriation de connaissances anciennes et oubliées sur les entités qui vivent dans des plans parallèles, en particulier les êtres de la nature (ou élémentaux).

Très attaché à la rigueur du raisonnement, il s’est appliqué à suivre une démarche rationnelle, sans se laisser influencer par la vision matérialiste du monde qui est omniprésente dans la société d’aujourd’hui.

Il a ensuite élargi son domaine d’étude aux OVNIs, puis à d’autres phénomènes matériels inexpliqués par la science. Sur la base de ces connaissances, l’interprétation s’est imposée que ces phénomènes sont, le plus souvent, des manifestations des êtres de la nature. Ceux-ci représentent un monde parallèle très diversifié et, comme les hommes, habitent la Terre. Ces phénomènes sont donc des Manifestations Inter-Dimensionnelles, et peuvent être rassemblés sous l’appellation de MIDIM.

Ceci est une question qui revient souvent dans les milieux ufologiques, avec en sous-entendu, l’idée que cette rétention d’informations par les gouvernements nous empêcherait de réunir enfin toutes les pièces nécessaires à la compréhension du phénomène ovni.

 

Les gouvernements gardent-ils des informations secrètes au sujet des OVNIs ?

 

  • L’état des lieux : 70 ans après, les ovnis ne sont toujours pas identifiés :

La situation d’aujourd’hui est en effet que, 70 ans après que les hommes aient commencé à étudier sérieusement le dossier ovni (depuis 1947, aux Etats-Unis en particulier), la compréhension du sujet n’a quasiment pas progressé dans les milieux ufologiques. L’hypothèse extraterrestre reste une hypothèse et n’explique en rien le comportement des ovnis, qui transgressent les lois de la science actuelle, si bien que l’origine et la nature des ovnis sont encore complètement mystérieuses. Cet état des lieux peut être considéré comme incompréhensible, compte-tenu des moyens colossaux (financiers et humains) qui ont été investis pour étudier le sujet, en particulier aux Etats-Unis. C’est pourquoi certains pensent que les gouvernements en savent plus qu’ils ne le disent.

  • Les gouvernements muets au sujet des ovnis :

Les gouvernements gardent-ils réellement des informations secrètes ? La réponse est assurément oui. Ne serait-ce que parce qu’ils ne s’expriment jamais au sujet des ovnis dans aucun pays, alors qu’ils sont concernés en première ligne, en tant que responsables de la sécurité dans les pays. Car la réalité est bien que des objets volants d’origine inconnue sillonnent de temps à autre le ciel de tous les pays, sans respecter la réglementation aérienne et donc sans respecter les règles de sécurité.

Le simple fait que les gouvernements ne s’expriment jamais au sujet des ovnis malgré leur responsabilité, est révélateur d’une situation anormale. Mais de deux choses l’une :  soit ils savent ce qui se passe même s’ils ne s’expriment pas ; soit ils ne savent pas ce qui se passe.  En réalité, tout montre qu’ils « ne savent pas ».

  • Les lettres ouvertes restées sans réponse en France :      

En France, le rapport COMETA envoyé en 1999 au Président de la République et au Premier Ministre n’a jamais reçu de réponse, pas plus que la lettre ouverte adressée au Président de la République en 2008, alors que parmi les signataires figuraient de très haut-gradés de l’armée, concernés par les problèmes de défense nationale et de sécurité. Cette absence de réponse montre pour le moins une gêne des pouvoirs publics sur le sujet.

  • L’affaire des « drones » en France :

Autre situation très significative : le survol de quasiment toutes les centrales nucléaires en France à de multiples reprises entre fin 2014 et début 2015 par des soi-disant « drones ». Aucune arrestation n’a été faite malgré les plaintes déposées, aucune photo de ces « drones » n’a été diffusée, il est évident pour les observateurs objectifs qu’il s’agissait bien d’ovnis qui narguaient ainsi les autorités civiles et militaires. Ces survols montrent de façon spectaculaire que les autorités sont dépassées par ces évènements sur lesquels elles n’ont aucun contrôle. C’est pourquoi elles évitent de s’exprimer sur le sujet. Les centrales comme tous les autres sites sensibles sont et restent absolument vulnérables à ces intrusions mystérieuses , sans qu’aucune protection ne puisse même exister.

  • Le GEIPAN et le colloque CAIPAN :

Le GEIPAN (Groupe d’Etude et d’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés) n’a jamais réalisé d’étude du phénomène, digne de ce nom. Le colloque CAIPAN (Collecte et Analyse des Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés), qui s’est tenu en 2014, près de 40 ans après la création du GEIPAN, et était chapeauté par le CNES, n’a débouché sur aucune analyse constructive, aucune conclusion ni aucune perspective concrète. L’image de marque de ces organismes de recherche s’en trouve très altérée et cela a nécessairement un retentissement sur les pouvoirs publics. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce colloque s’est tenu très discrètement. On a là une autre preuve que les autorités n’ont à ce jour aucune compréhension de la nature et de l’origine du phénomène ovni.

  • Rien ne montre que les gouvernements possèdent des réponses secrètes :

Parmi ceux qui reprochent aux gouvernements de cacher des informations, certains pensent que, justement grâce aux informations secrètes qu’ils détiendraient, ils auraient pu parvenir à comprendre la nature réelle des ovnis et leur origine, tout en gardant leurs conclusions secrètes.

Cette pensée ne repose sur aucune preuve. Il suffit de se rappeler l’affaire des « drones » sur les centrales nucléaires, comme le survol de l’Elysée en janvier 2015 par encore un prétendu « drone », pour lequel l’enquête n’a jamais abouti … Ceci montre que les autorités n’ont aucune maitrise sur ce phénomène, et leur ignorance apparait là au grand jour.

  • Le mutisme des gouvernements est-il dommageable à la compréhension du phénomène ovni ?

En réalité, et même si cela est encore peu connu à ce jour, une interprétation cohérente du phénomène ovni a été proposée, qui démontre l’origine terrestre de ce phénomène, et sa nature interdimensionnelle. Cela signifie que, contrairement aux croyances dominantes, les informations accumulées ces dernières décennies, qui sont disponibles publiquement, sont parfaitement suffisantes pour comprendre la nature réelle et l’origine des ovnis, malgré les entraves des gouvernements par absence de soutien public. Cette étude, publiée par Daniel Harran sous le titre « OVNIs, Crop circles & MIDIM », est en réalité un prolongement d’études antérieures qui n’avaient pas reçu la reconnaissance qu’elles méritaient.

  • Une seule difficulté … :

La difficulté, la seule mais elle est de taille, est que cette étude exige de remettre en cause notre vision du monde, qui est devenue trop exclusivement matérialiste. A partir des multiples observations d’ovnis, un raisonnement logique et rationnel impose l’idée que si des phénomènes intelligents existent mais n’obéissent pas aux lois connues de la science, cela signifie que ces intelligences sont présentes dans un plan parallèle, pour lequel les lois sont différentes. Ce raisonnement simple impose le caractère interdimensionnel de ces phénomènes, et impose que, en conséquence, une vie intelligente existe dans d’autres dimensions, sans qu’il soit besoin d’évoquer une origine extraterrestre. Cela signifie un changement de paradigme qu’il n’est pas aisé d’accepter, mais qui s’imposera peu à peu à tout chercheur objectif.

  • En conclusion, chacun est responsable :

Cela signifie qu’il est inutile de rejeter la responsabilité sur les gouvernements qui sont eux-mêmes prisonniers de la vision matérialiste du monde, car les gouvernants sont bien trop préoccupés par les problèmes de pouvoir et de stabilité, et ne sont pas préparés à s’ouvrir à l’interprétation interdimensionnelle du phénomène. A partir de l’étude rappelée ci-dessus, chacun de nous a désormais les moyens de prendre conscience du caractère interdimensionnel des ovnis, et de trouver les réponses aux questions posées par ce phénomène.

La question initiale de savoir si les gouvernements nous cachent quelque chose est en réalité une façon d’éviter de regarder la situation en face ; c’est vouloir rejeter sur les autres la responsabilité de notre propre ignorance. Or chacun a, aujourd’hui, la possibilité et la responsabilité d’accéder à une compréhension plus juste du phénomène ovni. Cette compréhension exige de se libérer de l’enfermement dans la vision trop matérialiste du monde, afin de s’ouvrir à une vision plus globale et spirituelle.

286BA19C00000578-3072510-image-a-30_1431024339474

Mine de rien, on sait enfin d’où vient l’affreuse mode de l’épilation intégrale pubienne : seul un extraterrestre pouvait avoir une idée aussi stupide.

Les incohérences de l’hypothèse extraterrestre

 

Il est largement admis que les OVNIs, comme les crop circles (authentiques), sont animés ou réalisés par des êtres intelligents non-humains. Qui sont-ils ? Les inconditionnels de la science, sous l’emprise de la vision matérialiste du monde, sont persuadés que l’être humain est le seul être intelligent sur Terre. Selon eux, ces intelligences non-humaines viennent donc nécessairement de l’espace : c’est l’hypothèse extraterrestre bien connue, qui domine aujourd’hui encore parmi tous les chercheurs et passionnés de ces phénomènes.

Insuffisance de l’hypothèse extraterrestre :

Or cette hypothèse extraterrestre n’a apporté aucune réponse capable d’expliquer le comportement jugé « aberrant » des OVNIs au regard de la science. Elle n’explique pas davantage comment des crop circles peuvent être réalisés … en quelques secondes sans cause visible. Elle n’a pas permis que de nouvelles théories scientifiques soient proposées, qui puissent rendre compte de ces phénomènes, lesquels restent inexpliqués.

C’est pourquoi l’hypothèse est parfois prolongée par l’idée que les auteurs de ces phénomènes seraient présents dans une autre dimension, un autre espace-temps dans lequel les lois physiques seraient différentes. Mais bizarrement cette idée reste toujours associée à l’hypothèse extraterrestre : les êtres qui pilotent les OVNIs seraient des êtres d’origine extraterrestre présents dans une autre dimension. Il n’a pas été envisagé (en dehors du présent travail proposé par « Ecoute la Terre » …), que les auteurs puissent être présents dans une autre dimension et en même temps d’origine terrestre.

Pour qui s’efforce d’observer objectivement cela, cette idée d’une autre dimension est envisagée de façon très restrictive. On peut voir là l’influence (ou le conditionnement) imposée par la vision matérialiste de la science. Car cela signifierait implicitement que la réalité d’une vie dans une autre dimension pourrait exister ailleurs, dans d’autres systèmes stellaires, et non pas chez nous sur Terre ! Cette limitation n’est pas logique.

Incohérences de l’hypothèse extraterrestre :

De plus, l’incohérence de l’hypothèse extraterrestre vis-à-vis de certaines caractéristiques du phénomène a été relevée par un certain nombre de chercheurs. En effet parmi les caractéristiques du phénomène OVNI on peut noter :

  • le nombre très élevé de manifestations observées, qui se chiffre par millions,
  • l’ancienneté avérée du phénomène, qui remonte au moins à l’Antiquité, alors que les formes de manifestations semblent avoir peu évolué depuis cette époque,
  • le comportement souvent ostensible de ces objets, qui cherchent à attirer notre attention, mais restent toujours insaisissables et équivoques,
  • le caractère apparemment absurde de certaines manifestations (selon les critères habituels de la raison), qui a été souvent rapporté.

Quant au phénomène des crop circles, il intrigue aussi par le fait que leurs réalisations se chiffrent par milliers (tous différents) depuis trois décennies.

Ces caractéristiques ne sont pas cohérentes avec l’idée de visiteurs extraterrestres. Il est raisonnable de penser en effet que, si des êtres en provenance d’une autre planète ou d’un autre système stellaire étaient capables de venir sur Terre, (et on peut penser que c’est très probablement le cas), ils seraient nécessairement beaucoup plus évolués que les êtres humains et auraient atteint des niveaux de savoir, de savoir-faire et de savoir-être bien au-delà du niveau actuel des hommes. En conséquence :

– soit ils resteraient parfaitement discrets pour observer la Terre et les hommes, sans les perturber et sans interférer dans leur évolution, ce qui est incompatible avec le nombre très élevé et l’ancienneté des observations, incompatible également avec le caractère très souvent ostentatoire des OVNIs,

– soit ils se manifesteraient comme des « tuteurs », attentifs à l’évolution des hommes pour les aider discrètement sans interférer, ce qui n’est pas cohérent avec le comportement ostentatoire et parfois absurde des OVNIs,

– soit ils se manifesteraient ouvertement aux yeux de tous et interviendraient, de façon bienveillante ou pas, pour influencer leur évolution, ce qui n’est manifestement pas le cas.

Cette hypothèse extraterrestre, bien que parfaitement logique compte tenu des connaissances de la science d’aujourd’hui, n’est donc pas cohérente et n’a d’ailleurs jamais été validée à ce jour. Pourtant, beaucoup de personnes, considérant que c’est la seule hypothèse qui puisse être sérieusement envisagée, pensent que cela suffit pour la valider et la prennent pour une vérité, au point que le phénomène OVNI est devenu pour la plupart des gens synonyme d’origine extraterrestre.

Par contre, l’étude développée par « Ecoute la Terre » a montré que l’hypothèse d’êtres intelligents présents sur Terre dans une autre dimension, basée sur la réappropriation de connaissances anciennes et oubliées, est parfaitement cohérente avec les caractéristiques des phénomènes.

L’hypothèse extraterrestre adaptée à quelques cas exceptionnels :

Un petit nombre de rapports d’observations d’OVNIs, à l’exemple de la rencontre de Valensole en France (1965), se distinguent par le fait que des êtres d’apparence humanoïde ont été surpris en train d’observer ou de prélever des échantillons de végétaux au sol. Mais aussitôt ces êtres se sont retirés dans leur vaisseau stationné tout près et ont rapidement disparu, sans chercher à contacter les témoins.

Ces cas-là restent rares, mais il est vrai que ces récits frappent très fortement l’esprit de ceux qui les connaissent. Ils se différencient par le fait qu’il n’y a dans ces cas-là aucun comportement ostensible de la part de ces êtres, mais au  contraire une attitude d’évitement par rapport aux hommes, avec une volonté de ne pas interférer dans leurs activités. Ces comportements étant totalement opposés à ceux observés dans tous les autres cas, il semble logique de penser que l’origine de ces OVNIs et de ces êtres serait différente, et que l’origine extraterrestre serait ici justifiée. Mais ces cas restent très exceptionnels.

Source : ecoutelaterre.fr (auteur : Daniel Harran)

651nazca_yann

Les anciennes civilisations ont elles représenté des extraterrestres ou est-ce les civilisations actuelles qui se représentent des extraterrestres ?

Incroyable : la Terre plate est en fait carrée.

Certaines personnes peuvent lire Guerre et Paix et penser que c’est une simple histoire d’aventures. D’autres peuvent lire les ingrédients sur un papier de chewing-gum et découvrir les secrets de l’univers. (Lex Luthor)

Les extraterrestres restent étonnamment optimistes dans leur prévision de recherche. Ainsi, ils ont maintenu leur objectif de trouver une preuve d’une potentielle intelligence humaine sur Terre d’ici vingt ans.

« Nos schémas de calculs nous montrent que notre faisceau de recherche se réduit, on va forcément toucher au but » estiment les chercheurs extraterrestres, pas découragés par la possibilité de se heurter à un possible mur. « On y pense, bien sûr. Qu’au fond, nous ne soyons qu’en fait terriblement seul dans l’Univers. Mais on pense que la Terre possède les caractéristiques nécessaires pour l’apparition de la vie et donc, pourquoi pas, d’une intelligence ».

Découvrir une trace d’intelligence sur Terre remettrait en question de nombreuses théories et ouvrirait aussi la porte à un nouveau champ de possibilités. « C’est un peu notre obsession, savoir si nous sommes seuls dans l’Univers capables de raisonnement et d’empathie »  explique un chercheur,  même si pour bon nombre la possibilité que l’humain puisse posséder une telle faculté d’empathie reste clairement du domaine de la science fiction.

Les chercheurs arpentent ainsi la planète depuis des années, équipés de dispositifs et d’appareils, destinés à calculer et relever les traces de vies. « Nous avons décelé des traces de vies, très résiduelles, mais pas forcément des traces d’intelligence » contre-balance un autre chercheur, moins optimiste que ses confrères. À l’issue de la conférence de presse, les chercheurs ont annoncé  leur intention de focaliser leur recherche sur une région non analysée dans l’immédiat et dans laquelle ils ont placé de grands espoirs de découvertes, le Moyen-Orient.

album-cover-large-18224

Paris – Après de nombreuses hésitations, le gouvernement a finalement fait marche arrière et cédé aux tenants de la théorie de la Terre Plate. Cette théorie sera donc enseignée dès la rentrée prochaine dans les écoles. Les associations pro Terre Plate qui ont manifesté deux dimanches de suite crient victoire. Le gouvernement, lui, tempère. Reportage.

Le recul de trop ? Doit-on y voir le signe d’un gouvernement qui pourrait plier sous la contestation ? Les questions sont nombreuses après cette reculade du gouvernement sur la Terre Plate, qui sera désormais enseignée comme n’importe quelle autre théorie scientifique. « C’est une grande victoire pour nous, nous avons été écoutés par ce gouvernement aux abois » a exprimé Adeline de la Cherelode, représentante pour la France de la société de la Terre Plate. Le gouvernement a pris de court ses supporters avec ce recul, qui revient sur la promesse de campagne de ne pas faire figurer cette théorie de la Terre Plate.

Mais c’était sans compter le fort vent de contestation de ces derniers mois. Une contestation à laquelle s’est greffée une galaxie de mécontents, d’horizons divers et variés. La société de la Terre Plate a dominé les débats, menant les manifestations et demandant que les manuels scolaires soient profondément repensés et révisés. « Acceptons que le soleil soit vraiment au centre de l’Univers. Les mentalités évoluent, nous ouvrons enfin les yeux » commente Adeline. « Les enfants ont le droit de savoir. Nous ne nous battons uniquement pour l’avenir de l’enfant » répétait-elle hier.

Le gouvernement, lui, maintient qu’il faudra une loi globale et préfère se donner le temps d’y réfléchir, une attente destinée à “apaiser les esprits”. Mais pour la Terre Plate et Adeline de la Cherelode  c’est une victoire. La jeune femme s’est fait connaître en incarnant le combat mené par les partisans de la Terre Plate. Un combat qui pourrait être récupéré à des fins politiques, de nombreux membres de l’UMP ont clairement dit qu’ils « comprenaient le mécontentement ». De son côté, la jeune femme a annoncé mettre fin à sa grève de la faim qu’elle menait depuis une semaine devant l’Institut du Globe à Paris.

d35db10f084c34c46522ada7e0dcd

Un visionnage intensif de BFMtv permet de constater que la planète ne tourne pas bien rond.

C’est avec un mélange de joie et de soulagement que les habitants de Châteauroux ont accueilli la nouvelle ce matin. Reportage.

Ce sont les caméras placées par la mairie qui ont permis d’identifier cette forme étrange qui hantait les rues de Châteauroux depuis quelques jours. Le verdict est tombé, loin des craintes des Castelroussins : un banal fantôme. Si la joie était palpable, beaucoup avouaient également ressentir une certaine gêne. « On a un peu honte d’avoir eu peur pour rien mais en même temps on respire » confie Cédric, 31 ans. Il est vrai que les hypothèses les plus terrifiantes allaient bon train ces derniers temps, de la présence extraterrestre à l’invasion des raëliens en passant par la réincarnation de Mike Brant. « J’ai même pensé pendant un instant que c’était un drap que quelqu’un avait laissé traîner dans la rue» avoue, confus, Claude S. 54 ans.

Une explication satisfaisante ?

Malgré tout, certains n’en démordent pas et n’hésitent pas à parler de complot : « Un simple fantôme ? Je n’y crois pas du tout ! » s’exclame Ginette, 76 ans. « C’est trop facile » complète Alain S. essayiste. Puis ce dernier d’ajouter : « Comme par hasard au moment de la victoire de Djokovic à l’US Open et une semaine à peine après la conférence de presse du président. On nous cache quelque chose c’est évident. La vérité est ailleurs ».

VIDEO-Vous-pourrez-dire-J-etais-la-Emmanuel-Macron-a-la-foule-bloquee-hors-de-son-meeting

Photos de l’apparition en marche : pas de doute, son coté transparent confirme que l’on est face à un fantôme, bien que certains subodorent mordicus qu’il s’agisse en fait d’un chaînon manquant entre le Hollande de Neandertal et le Sarko Magnon.

Source : LeGorafi.fr (donc infos à peu prés fiables)

image002

Étrange pyramide mexicaine. Le fait que l’on retrouve ces étranges bâtisses dans le monde entier laisse peu de doute : les rampes se trouvant sur chaque face nous indiquent clairement que l’on est face à des attractions communément appelées « rivières canadiennes » où les visiteurs descendaient les rampes à l’intérieur d’un rondin de bois. Ce qui est la preuve indiscutable et indéniable que, dans des temps anciens, la culture canadienne dominait le monde.

Des informations très importantes à connaitre à une période où les hommes se rasent les poils pubiens, car, oui, c’est un scoop : les hommes actuels possèdent un pubis. Lorsque l’on vous dit que ce sont maintenant les femmes qui ont des couilles. Surement que ces messieurs se sentent plus à l’aise lorsque viennent leurs ragnagnas.

1878213

« Moi, je me rase régulièrement les poils pubiens afin de me sentir plus à l’aise pendant mes règles menstruelles.

Texte exclusif de Mademoiselle Teschmacher.

123

unpas2plus |
Le bogoss |
momo1775 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les hommes
| cinéma gay et lesbien
| APHRODYSIA WORLD : Ephéa