Quelques moments gênants de la science-fiction 3.

Comics-movies : et si on nous prenait pour des cons ?

 

Superman, arme de destruction massive en puissance, et Batman en pseudo serial-killer dans « Batman v Superman : l’aube de la justice » de Zach Snyder :

694838supermanetbatmanpartagentuncafe

« Luthor, butor, il est temps de mettre un terme définitif à tes agissements car tu as fait du mal à la sainte patrie.
« Crrrraaaak.
« Ouah, Supinou, tu brises bien les nuques de tes ennemis, tout en douceur, mais regardes comment tu pourrais t’y prendre pour obtenir un meilleur craquement. Je te fais une démonstration avec mon Joker.
« Crrrrrraaaakkk.
« Ouah, c’est génial, Batminou, tu pourrais faire un soldat de la nation du feu de Dieu.
« Ouais, c’est agréable de briser des nuques en duo.
« Chut, tais toi car j’entend avec ma super ouïe que l’on joue l’hymne de notre grande nation dans le lointain. Mettons la main sur le cœur en pensant à tout les soldats morts pour l’Amérique.
« Ouais, et après on brise la nuque à ce bougnoule de Ra’s Al Ghul.

Curiosite_Et_si_ces_films_avaient_ete_tournes_des_decades_plus_tot_04_superman

John Wayne (1907-1979), célèbre acteur de western qui symbolisa une « certaine idée de l’Amérique ». Sa tombe bougerait de plusieurs centimètres tout les ans. Mais, bon, cela reste à vérifier.

Luc Besson présentant le film « Valérian et la Cité des milles planètes » au Comic-con :

356245

- Et là, Laureline met un bloutock dans la fente du transmuteur grognon de Bluxte afin de pouvoir acheter à des Shingouzs poilus un anneau à insérer sur l’appendice d’un schniarfeur et de se protéger de son cracha visqueux lors de sa prise en main.

- Ouah !!! Trop hard.

289425georgelucashasntwatchedthetrailerforstarwarstheforceawakens

« Je vous assure que je ne connais pas ce type !!! » (George L.)

Qui, de Star Wars ou Valérian, a copié sur l’autre :

Valerian-vs-star-wars

 

 

Conquête spatiale : et si on nous prenait pour des cons ?

 

Et, pendant ce temps là, une brave fille se remet difficilement d’une soirée alcoolisée :

Sana6

« Je suis complètement torchée. Je n’aurais pas dû boire cette seconde bouteille de whisky. Pourtant, je l’ai coupé avec de la vodka. Hic ! Je suis sûre que c’est l’eau ferrugineuse que j’ai mise dans mon pinard qui n’est pas passée. Le pinard : oui, l’eau ferrugineuse : non. Hic ! Pourtant, il fallait noyer mon chagrin. Hic ! En effet, vous avez entendu parler de cette théorie qui veut que les images d’exploration lunaire ont étés faites en studio, théorie au centre du célèbre documenteur « Opération Lune » que William Karel tourna pour dénoncer la théorie du faux atterrissage lunaire et qui n’a, paradoxalement, rien fait d’autre que de montrer que cela était théoriquement possible. Et bien, figurez vous que c’est toutes les images de la conquête spatiale qui pourraient être fausses, comme le démontre une rumeur circulant sur le net. Hic ! Ainsi, on trouve des photos de grossiers copiés-collés de nuages sur des photos de la Terre prises depuis l’espace. Hic ! De plus, les images de Mars seraient en fait prises depuis l’île Devon au Canada et le Rover n’aurait donc pas quitter le plancher des vaches. Hic ! De ce fait, les mystérieuses structures martiennes ressemblant à des monuments terrestres apparaissant sur les photos pixelisées de la NASA seraient donc bien des monuments terrestres qu’on fait passer pour des structures martiennes ! Hic ! Et les créatures martiennes mystérieuses ressemblant à des animaux terrestres que pensent voir les chercheurs d’Aliens sur ces mêmes photos ne seraient autres que des animaux ayant réussi à se faufiler devant l’objectif pendant la prise des photos. Hic ! Donc, le mystérieux martien ressemblant à un lapin blanc qui a fait couler beaucoup d’encre chez les chercheurs d’ovnis ne serait en fait… qu’un lapin bien terrestre. Hic ! Idem pour la créature ressemblant à un lemming qui ne serait en fait qu’un lemming. Hic ! L’île Devon étant l’habitat de ces bestioles. Hic ! On ne chercherait pas à dissimuler une vie extraterrestre mais, à contrario, à nous faire croire en sa présence. Hic ! De ce fait, on peut penser que la rumeur du programme secret d’exploration spatiale n’aurait été créée que pour masquer le fait que la conquête spatiale officielle n’a jamais eu lieu. Hic ! Un sacré enfumage de mouches. Hic ! Ainsi, la NASA chercherait à nous faire voir des structures extraterrestres pour nous détourner le regard. Hic ! Après tout, la série Star Trek n’est rien d’autre qu’une vision idéaliste du Nouvel Ordre Mondial, comme nous l’a démontré de manière pertinente J.J. Abrams dans « Star Trek : Into Darkness », au grand dam des fans de la franchise. Hic ! Moi qui suis une assidue des Repas Ufologiques, je me suis mise le doigt dans l’cul jusqu’au coude. Une sacrée déculottée. Du coup, pour me remonter le moral, je me suis bue une bouteille de porto cul-sec. Hic ! J’ai bobo tête. Hic ! Il faudrait peut être que j’arrête le pastis au petit déjeuner. »

Tu t’es vu quand t’as bu ? “L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération”.

Au même moment

imgprix.com

- « Regardes, Block, les humains sont persuadés qu’on existe, sont trop cons !!!

- « LOL, trop drôle ! Mais du coup qu’est ce qu’on fait ici ?

- « J’en sais rien.


Archives pour la catégorie Quelques moments gênants de la science-fiction

Quelques moments gênants de la science-fiction 2.

« Les envahisseurs : ces êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination : la Terre. Leur but : en faire leur univers. Margaret Field les a vu. Pour elle, tout a commencé par une nuit sombre, le long d’une route solitaire de campagne, alors qu’elle cherchait un urinoir que jamais elle ne trouva. Cela a commencé par une foret abandonnée et par une femme devenue trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l’atterrissage d’un vaisseau venu d’une autre galaxie. Maintenant, Margaret Field sait que les envahisseurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine et qu’il lui faut convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé.

« The Man from Planet X » d’ Edgar G. Ulmer (1951) :

tumblr_l321yb5Vah1qb7dheo1_1280

- « Papa, tu es sur que c’est prudent que je fasse pipi à coté de ce drôle d’engin phallique à la boule prédominante ? J’ai l’impression d’être observée.

- « Mais non, ma chérie, tu te fais des idées, c’est juste que le gentil monsieur veut de te rendre service en éclairant ta jolie plante afin que tu n’en renverses pas à coté.

- « Tu as raison, mon papounet, je vais en profiter pour faire ma petite crotte.

1950-the-man-from-planet-x-002-margaret-field

- « Putain, ça craint : l’autre gars a éteint sa lampe avant que j’ai fini de vidanger et je me suis uriné sur ma petite culotte qui a fini pleine de pisse. Pendant que papa va m’en chercher une autre à la voiture, je vais aller lui dire deux mots à cet hurluberlu. Mine de rien, il était temps que je vide ma vessie, j’ai réussi à remplir un trou complet de pipi. Marrant, ça forme comme un petit lac.

tumblr_nroocj5EjX1qf83cro1_1280

- « Chier, je viens de tomber dans ma mare de pisse. Monsieur, vous pouvez m’aider à me relever. Mon Dieu, vous avez une grosse paire… heu, tête.

- « N’ayez pas peur, très chère, malgré mon allure intello, je suis un roi de l’humour, tenez, je vais vous faire une démonstration. Dites : camion.

« Camion.

- « Pouet-pouet.

- « Hihihihi, vous êtes trop drôle, je me fait avoir a tous les coups.

Margaret Field in The Man From Planet X

- « Pour me faire pardonner de vous avoir mal éclairé, je vous invite à utiliser les lingettes hygiéniques qui se trouvent à bord de ma soucoupe volante.

- « Je vous vois venir mon bonhomme, vous allez en profiter pour regarder ma culotte pendant que je monte. Pas de chance pour vous, vu que je n’en porte plus vous allez être sacrement déçu.

manfromplanetxface

- « Dur, dur.

Lorena Velázquez en “La Nave de los Monstruos” de Rogelio A. González, filmada en 1959.

alg-peliculamexicana-jpg

- « Putain, la tronche du gars sur la dernière photo, trop drôle, trop la honte. Lorena, mon amour, Je suis déçu que tu n’ai pas accepté la sculpture que je t’ai offerte. Moi, qui suis raide dingue tombé amoureux de toi, au point de me faire faire les mêmes lèvres que Mike Jagger, je suis triste. Promets moi au moins une petite valse intime afin que ma soirée ne soit pas gâchée.

- « Va te faire foutre avec ta sculpture, offre la plutôt à la Space Patrol, ils sont assez cons pour tomber dans le panneau.

- « Dur, dur.

Et, pendant ce temps là, une intrépide super-héroïne japonaise accepte un travail bénévole à la SPA locale :

image_ZIZG003_4_2

- « ふん ! On aurait pu me dire que le boulot consistait à m’occuper de Vers Perforants, qui, en plus, sont encore dans le ventre de leur mère. J’ai de la chance d’être une humaine normale, avec du poil à la chatte, et non une reptilienne imberbe, sinon j’aurai fini dévorée par la maman et sa progéniture. Avec du bol, je ne servirai que d’esclave sexuelle pour une période de Mille ans. Heureusement, que je ne suis pas une de ces occidentales adeptes de la répugnante mode à connotation pédophile du rasage intégral, esclaves de l’industrie de l’épilation, et qui se mutilent hystériquement l’appareil génital au moindre début de poil apparent, ignorant que ces poils font partie intégrante de leur appareil génital, pensant rendre leur chatte désirable alors que les phéromones du désir sont justement transmis par les poils pubiens. C’est pas chinois à comprendre. Putain, le cauchemar, rien que d’y penser, j’me pisse dessus. Sur ce point, j’ai un cul pas possible.Y a pas de sushi. (Photo extraite du film « Taimanin Asagi »)

Cependant, dans la Space Patrol :

spacecraft_terra_ship

- « Je me demande si cet alien ne s’est pas foutu de ma gueule avec sa sculpture.

Quelques moments gênants de la science-fiction.

« Nous sommes transportés dans une autre dimension, une dimension faite non seulement de paysages et de sons, mais aussi d’esprits. Un voyage dans une contrée sans fin dont les frontières sont notre imagination : un voyage au bout de ténèbres où il n’y a qu’une destination : la Crétine Zone « .

Les Zarbi dans l’épisode « The Web Planet » de Doctor Who :

p00v1v1s

zarbi

Définition de Qwika : « Zarbi apparu dans 1965 histoire, La Planète De Web écrit près Facture Strutton et soyez (fourmi- comme) insectoid espèces, à certaines caractéristiques s’est associé à coléoptères, de la planète Vortis, ce qui ont été commandés par la puissance du  Animosité. Ils sont d’approximativement huit pieds de long, et Menoptra réclamation, peut-être peu durement, qu’ils sont « peu plus que des bétail ». Ils possèdent peu intelligence mais étaient pas du tout agressifs jusqu’à ce que l’animosité soit arrivée. Ils ont été asservis à l’étranger conscience et considéré papillon- comme Menoptra (avec ce qu’elles par le passé ont vécu paisiblement) leurs ennemis mortels. Seulement ils ont pu commander woodlouse- comme des vers de venin (également appelés des larves les pistolets). Ils sont revenus à leurs manières normales après que l’animosité ait été défaite par Premier Docteur, Ian Chesterton, Barbara Wright et Vicki. On le présume que les diverses espèces sur Vortis vivent maintenant paisiblement ensemble. »

Définition de linternaute : « En verlan, désigne toute chose un peu bizarre, un peu étrange. Exemple : Le gars avait la dégaine d’un étranger, il était vraiment zarbi, passant d’un coté à l’autre de la route et parlant dans une langue incompréhensible. »

Zarbiii !!! Zarbiii !!! (Cri de terreur à la vue des bestiaux)

Le capitaine Kirk affrontant un Gorn dans l’épisode « Arena » de Star Trek :

kirkandgorn

Gorn« Je suis déçu que tu n’ai pas accepté la sculpture que je t’ai offerte. Moi, qui suis raide dingue tombé amoureux de toi, au point de me faire faire les mêmes lèvres qu’ Emmanuelle Béart, je suis triste. Promets moi au moins une petite valse intime afin que ma soirée ne soit pas gâchée. »

Kirk« D’accord, j’accepte de prendre cette sculpture que tu m’offres avec amour et je suis d’accord, au nom des traités pacifiques de Starfleet, de prendre part à une petite valse intime avec toi. A condition, toute fois, que cela n’arrive pas aux oreilles de Spock. »

Le bébé reptilien de la série V (version 1984) :

tumblr_nj7wy5sTTJ1un0nz4o1_1280

« Ouin !!! Mais papa, puisque je te dit que je suis ton fils et que maman n’a pas couchée avec Casimir de « l’île aux enfants ». Ouin !!! Pour la peine, je réclame mon Gloubibron (Dans un grand saladier vous mélanger de la confiture de fraises, du chocolat râpé, de la banane écrasée, de la moutarde très forte et des saucisses crues mais tièdes, c’est très important. Vous pouvez ajouter quelques anchois, ou un peu de crème Chantilly). 

L’ homme-carotte de la série « Lost in space » d’Irwin Allen dans l’épisode « The Great Vegetable Rebellion »:

508

« Je vais vous donner une recette de mon ami Pierre Desproges : si vous voulez faire cuire des carottes sans casserole, par exemple, et sans eau. Alors c’est très simple, vous prenez neuf carottes, c’est très important. (…) Les carottes sont… neuf. D’accord. Je jette une carotte. Les carottes sont… qu’huit ! Voilà. »

L’homme-homard de la série « Voyage au fond des mers » également d’Irwin Allen :

VL Lobster Man Missile Room.png

L’homme-homard« Allez les gars, soyez sympas : vous n’allez pas m’ébouillanter. Je peux être utile. Tenez, un exemple, si vous voulez faire un bon feu de cheminée et que vous avez besoin de bois, je peux faire office de Homard Scie. Et si vous avez besoin de quelqu’un pour faire régner la loi dans votre ville, je peux faire office d’Homard Sheriff. Mieux, si vous avez deux jolies voisines américaines qui ont besoins de se sentir en sécurité chez elles, je peux servir comme Homard alarme aux ricaines. Homard alarme aux ricaines ! Humour.

Capitaine Crane« Ce homard m’a tuer. »

Et, pendant ce temps là, une astronaute intrépide vient d’atterrir sur une planète inconnue ou elle lie connaissance avec les autochtones :

nudes-space-helmets

« Pour gagner la confiance des habitants de cette planète, il a fallu prouver que j’étais bien une humaine, avec des poils à la chatte, et non une reptilienne imberbe, sous peine de me retrouver jetée en pâture à un Xinerlog affamé, ou, pire, livrée à un Ziguelien en rut, ou, pensée odieuse, torturée à l’aide de Vers Perforants. Heureusement, que je ne suis pas une de ces humaines des années 2010 adeptes de la répugnante mode du rasage intégral, esclaves de l’industrie de l’épilation, et qui se mutilent hystériquement l’appareil génital au moindre début de poil apparent, transformant leur chatte en un tas de cicatrices microscopiques ou se nichent les microbes. Adepte des cunni, bon appétit.  Alors qu’avec des poils, un simple gant de toilette suffit à rendre la zone propre ! Putain, le cauchemar, rien que d’y penser, j’me pisse dessus. Sur ce point, j’ai un cul pas possible. »

Quant à Kirk :

captain-kirk-star-trek-the-original-series-9684196-500-400

Kirk« Je me demande si ce Gorn ne s’est pas foutu de ma gueule avec sa sculpture. »

Aucun Gorn n’a été maltraité durant la rédaction de cet article.

unpas2plus |
Le bogoss |
momo1775 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les hommes
| cinéma gay et lesbien
| APHRODYSIA WORLD : Ephéa