Découverte d’une forme de vie extraterrestre… sur Terre.

Extraordinaire – Les chercheurs qui cherchent des preuves d’anti-matière dans l’univers croient fermement qu’ils ont rencontré une « forme de vie invisible » jusqu’alors inconnu sur la planète Terre.

Le groupe de chercheurs qui travaillent pour la société Thunder Energies a découvert des entités mystérieuses. Selon eux, ces entités mystérieuses habitent l’atmosphère de la Terre. La société est dirigée par le physicien nucléaire controversé de Harvard le Pr Ruggero Santilli.

Le Pr Santilli est considéré par beaucoup comme un expert en mathématiques et en physique et a déjà été nominé pour le prix Nobel de chimie et de physique. Le Pr Santilli a développé un télescope révolutionnaire qui a été conçu pour repérer la lumière de l’antimatière dans le cosmos. Contrairement aux télescopes conventionnels, qui sont fabriqués à partir de d’Objectifs convexes, le télescope Santilli est fabriqué à partir de lentilles concaves.

Selon le Pr Santilli:

En utilisant des télescopes avec des lentilles concaves, appelés télescopes Santilli (marque et brevet en instance aux États-Unis), nous passons en revue la preuve de l’existence apparente de galaxies d’antimatière, d’astéroïdes d’antimatière, et de rayons cosmiques d’antimatière. Indépendamment de ces détections astrophysiques, nous présentons pour la première fois la preuve de l’existence apparente d’entités dans notre environnement terrestre qui sont uniquement visibles par les télescopes avec des lentilles concaves, tout en étant invisibles à nos yeux et aux télescopes classiques avec des lentilles convexes comme Galileo.

Le nouveau rapport, qui a été publié dans l’American Journal of Modern Physics a révélé une conclusion controversée qui suggère, pour la première fois, l’existence d’entités dans notre environnement terrestre qui sont invisibles à nos yeux et pour nos télescopes conventionnels à base de lentilles convexes.

La découverte

La détection d’entités invisibles terrestres a été publié dans le journal : La Détection apparente par l’intermédiaire de nouveaux télescopes avec lentilles concaves d’ entités terrestres autrement invisibles (ITE en anglais).

Dans l’étude, Santilli déclare :

« A ma grande surprise, des entités clairement visibles encore non identifiés sont immédiatement apparu (en blanc, cf vidéo ndlr) sur l’écran de la caméra installé sur le télescope Santilli, sans élargissement, alors mêmes que les entités étant invisibles à l’œil nu, et sans aucune image correspondante existant sur l’écran de la caméra installé sur le télescope Galileo. Cette découverte inattendue a déclenché une utilisation systématique de la paire de télescopes Galileo et Santilli, cette fois, pour la recherche des entités, appelé ici entités terrestres invisibles, qui sont invisibles à nos yeux ainsi que pour nos instruments optiques avec des lentilles convexes, mais sont par ailleurs entièrement visible par le télescope Santilli avec des lentilles concaves, et sont situés dans notre environnement terrestre.  »

En post-observations, le Dr Santilli a identifié deux types d’entités ou d’ITE terrestres invisibles différentes, en reconnaissant que d’autres types d’entités pourront être identifiées dans un proche avenir.

Le Dr Santilli indique que l’existence des deux types d’ITE ont été vérifiées indépendamment par d’autres scientifiques et qu’elle a été confirmée dans une conférence au Club d’astronomie à Saint-Pétersbourg  le 25 Septembre 2015.

Source : resistanceauthentique.net (traduit du site thunder-energies.com)

ITE-2

Photo de la découverte de Santilli. L’entité fait étrangement penser à une créature reptilienne ou une méduse lumineuse, ce qui validerait les théories de Trevor James Constable, Eric Frank Russell ou Daniel Harran. Signalons également que les Chamans, lors de leurs transes, rapportent apercevoir des serpents lumineux, comme le montre le film « Blueberry » de Jan Kounen. Espérons qu’Amy Adams soit disponible pour établir le « Premier Contact ».

Une découverte datant de 2015 et qui pourtant, étonnement, se trouve peu relayée.


Archives pour la catégorie Reptiliens

Vingt mille lieux sous la Terre 3.

Commençons par de l’auto-citation, l’actualité venant donner de nouvelles pistes de réflexion. En mai 2014, j’écrivais ceci :

Maintenant, parlons de la trilogie Tekeli-li. Vous allez me dire : c’est quoi un Tekeli-li ? Tout commença par le roman « Les Aventures d’Arthur Gordon Pym » écrit par Edgar Allan Poe publié en 1858. Dans ce premier roman, Poe décrit les aventures d’un jeune marin en route pour le Pole Sud, aventures mi-réalistes, mi-fantastiques dignes de Jack Sparrow, et se termine par la découverte d’une étrange forme blanche en Antartique. Découverte qui laissera sans voix l’auteur car le roman s’achèvera brusquement. Cette découverte, liée à l’énigme des Pôles et au mythe de la Terre Creuse, s’accompagne de cris d’oiseaux blancs (pingouins ?) hurlants « Tekeli-li », reprenant les cris de terreur d’un peuple autochtone rencontré précédemment sur une ile voisine. Que vit Gordon Pym ? La réponse viendra en 1864 dans un récit imaginé par le Spielberg de l’époque : Jules Verne. Dans « Le Sphinx des Glaces », le bon Jules nous apprend que ce n’est pas Gordon Pym qui a vécu le récit mais Dirk Peter, ancien mutin et compagnon de voyage de Gordon Pym qui aurait raconté le récit à Poe sous pseudonyme donc. Peter aurait vu une montagne en forme de Sphinx, montagne étrange car ayant de forte propriétés d’aimantation. Montagne où serait enterrer Gordon Pym. Inutile de dire que devant cette découverte hallucinée, Peter poussa un cri qui n’avait point été reproduit depuis les temps antiques (« Quel nez !!! » s’exclama Cléopâtre la première fois qu’elle vit le Sphinx du plateau de Gizeh). Quel étrange mystère renferme cette montagne hallucinante ? Il faut attendre 1936 pour avoir la réponse. Dans « Les Montagne Hallucinées », Lovecraft, le Ridley Scott de l’époque, nous raconte la découverte d’une cité prométhesque conçue par une race extraterrestre, les Anciens, créatures en formes d’étoiles et qui créèrent des esclaves, les Shoggoth, « sortes d’amas gélatineux munis de multiples yeux et de gueules aux dents acérées pouvant changer de forme et prendre des proportions phénoménales. » La cité renferme également des pingouins albinos géants pratiquement dépourvus d’yeux ainsi qu’un amas organique, semblable à la créature du film de John Carpenter, The Thing, descendant des Shoggoth, dont la terreur justifie le départ précipité des héros de l’histoire. Une chose innommable hurlant « Tekeli-li, Tekeli-li » reproduisant un son émis par ses créateurs. Ainsi, on trouve une cité ou la forme pyramidale est omniprésente (entre autres formes cubiques et étoilées), générant une énergie, gardée par un Sphinx et recelant l’histoire d’une civilisation antédiluvienne ainsi que d’étranges animaux. Espérons qu’il n’existe pas de lieu similaire sur notre planète car nul ne sait ce que pourrait renfermer cet Arche de Noé.

Et si la trilogie Tikeli-li se poursuivait malgré tout ? Parlons un peu de la Grande Intelligence présente dans les épisodes de la série culte : Doctor Who. Voici un résumé de son histoire :

« Elle apparaît pour la première fois dans l’épisode « The Abominable Snowmen» (L’Abominable Homme des Neiges) en 1967. L’épisode se situe dans une lamasserie au Tibet dont le chef, Padmasambhava semble être sous la menace de Yog-Sothoth, une conscience éthérée existant depuis des millénaires et se présentant finalement sous le nom de « The Great Intelligence » (La Grande Intelligence.) Celle-ci contrôle des robots-Yétis commandés grâce à des sphères.

On entend parler du personnage plus tard dans la saison, en 1968 dans l’épisode « The Web of Fear » où la Grande Intelligence envahi Londres depuis le Métro de Londres. L’épisode voit la réapparition des robots-Yétis et introduit le personnage récurrent de Lethbridge-Stewart.

En 2012 dans l’épisode spécial de noël : « La Dame de glace » le Docteur enquête sur l’apparition d’étranges bonhommes de neiges au XIXe siècle et croise un homme, le Dr Siméon (joué par Richard E. Grant.) Celui-ci est possédé depuis l’enfance par une créature extra-terrestre contenue dans un flocon de Neige. Il finit par construitre une machine à son image (dont la voix est incarnée par Ian McKellen.) Celle-ci finira par le désincarner, le transformant en pur être d’esprit. Le Docteur s’aperçoit qu’il vient d’assister à la création de la Grande Intelligence telle qu’il l’a connu par deux fois par le passé.

Dans l’épisode suivant « Enfermés dans la toile » la Grande Intelligence est à l’origine de l’enfermement d’être humains par une corruption via le Wi-fi. L’épisode prend place au XXIesiècle et se situe chronologiquement après les épisodes de la premières série.

On revoit la Grande Intelligence une 3e fois dans l’épisode final de la Saison 7 : « Le Nom du Docteur » où celle-ci tente de connaître le véritable nom du Docteur afin d’ouvrir son tombeau sur Trenzalore. Il découvre alors la ligne temporelle du Docteur une sorte de flux temporel permettant d’accéder à l’intégralité des vies du Docteur (jusqu’à sa 13e incarnation.) La Grande Intelligence s’incarne alors à l’intérieur et commence à effacer l’existence du Docteur en le menaçant dans ses différentes vies. Clara Oswin Oswald se sacrifie en incorporant la ligne temporelle, se réincarnant des centaines de fois à différents moments de l’espace-temps afin de sauver le Docteur. » (Source : Wikipédia, le site qui permet de concevoir un article en allant à l’essentiel sans avoir à se coltiner le résumé des œuvres citées.)

Notons que les scénarios de « The Abominable Snowmen » et « The web of Fear » sont dus à Henry Lincoln, auteur de « L’Enigme Sacrée » consacré à l’énigme de Rennes-Le-Château et qui servit de base à Dan Brown pour son célèbre Da Vinci Code. Qui est donc Yog-Sothoth, cette fameuse Grande Intelligence ? La Providence veut que Lovecraft en a parlé dans son œuvre : « Yog-Sothoth, «le tout en un et un en tout», demeure dans les interstices séparant les plans de l’existence composant notre univers, où il apparait comme un conglomérat de globes iridescents toujours fluctuants, s’interpénétrant et se brisant. Son diamètre peut atteindre cent mètres. Il est le maître de l’espace-temps et il est surtout le dieu des magiciens et des sorciers. Il demande en échange de ses faveurs que la voie de notre planète lui soit ouverte afin de pouvoir la piller et la ravager. Yog-Sothoth est la clé et la porte vers d’autres dimensions. »

Hors, il vient de paraître en France la traduction d’un ouvrage de Rad Cinamar « Découverte au Bucegi : Base extraterrestre et Histoire de l’humanité » qui semble apporter de nouveaux éléments en racontant une histoire (Fiction ? Documentaire ? Mélange des deux ?) qui semble étrangement proche des œuvres citées précédemment, comme si toutes ces histoires avaient une base (extraterrestre ?) commune. Bien entendu, inutile de dire qu’il faut garder quelques distances avec toute la partie complotiste du récit. On voit mal, par exemple, ce que viennent faire les membres du Bilderberg (organisme bien réel comme le prouve cette interview de Manuel Valls qui circule sur le net) mais qui tient plus de la mafia économico-politique que du milieu archéologique. De même, le terme d’Illuminati est tellement mis à toutes les sauces qu’il finit par ne plus rien dire, toute personne ayant un minimum de réussite étant systématiquement, par définition, un Illuminati. Le problème des thèses complotistes étant qu’elles ont tendance à rajouter du complot sur le complot. Ainsi, un simple délit d’initié se termine sur Alpha du Centaure. Pendant que l’on regarde vers KIC 8462852, on ne s’étonne pas que Nicolas Sarkozy devienne membre du conseil d’administration d’ Accorhotels propriétaire du Sofitel de New-York. C’est DSK qui doit être content. De plus, gardons nos réserves sur ce mystérieux groupe secret, le Département Zéro, dont le nom fait penser à une série britannique de 1969 avec Peter Wyngarde, tellement secret que l’on soupçonne ses membres de ne pas être au courant qu’ils en font partis. On est un peu dans le cas de figure du blogueur publiant un document tellement secret que même le Président ignore son existence et qui ne s’étonne pas de ne pas prendre une bastos à chaque fois qu’il va acheter son pain le matin. Ce qui doit arriver à l’auteur du livre vu qu’il tient à rester cacher (comment touche t’il ses droits d’auteur ?).

Dans un autre ordre d’idée, il faut aussi rappeler que, durant la seconde guerre mondiale, le peuple juif était assimilé à des reptiliens. Ainsi, la plupart des théories complotistes « dénonçant » le complot reptilien sont en fait des théories anti-juifs. Vous ne trouvez pas étrange que la famille la plus associée au complot reptilien est la famille royale britannique alors que la reine Elisabeth II est connue pour son rôle actif durant la seconde guerre dans la résistance alliée, donc en faveur du peuple juif ? Les théories reptiliennes ciblent en fait un peuple qui fut opprimé plusieurs fois durant l’histoire. Ce qui ne veut pas dire qu’une forme de vie reptilienne n’exista pas sur la planète (après tout, les dinosaures précédèrent l’homme). Fin de la parenthèse.

Pourquoi, en matière d’archéologie alternative, se sent on obligé de noyer la découverte sous une cascade de théories complotistes discréditant l’ensemble comme si la découverte n’était déjà pas suffisamment spectaculaire ?

Citons donc le résumé du livre :

Le « département zéro » est un secteur de l’ombre des services secrets roumains, car il s’ occupe d affaires touchant au paranormal. Depuis qu’ un satellite US de reconnaissance a repéré en 2002 une mystérieuse cavité sous les monts Bucegi en Transylvanie, le Pentagone, de hauts responsables de la Franc-Maçonnerie et le Département Zéro sont en effervescence. Avec l’ aide d’ un spécialiste roumain doué des facultés paranormales nécessaires pour lever les barrières énergétiques protégeant le lieu, et de militaires américains dotés de technologies de pointe, ils ont pu accéder en 2003 à un hall d’archives secrètes doté de technologies très avancées, laissé par une civilisation inconnue, sous le milieu de la montagne non loin de l’emplacement du Sphinx roumain. De ce hall partent trois tunnels reliés à d’autres lieux mystérieux, sous d’autres continents ou à l’intérieur de la Terre.

Ce livre est le récit exact et détaillé de cette découverte et des intrigues qui l’ont entourée, et au-delà, il ouvre des perspectives sur l’ouverture d’une nouvelle ère pour l’Humanité. 3 autres livres compléteront cette découverte capitale. »

Ce récit semble faire écho à ce que j’ai appelé « trilogie Tekeli-li » comme si un message crypté se transmettait au travers de plusieurs œuvres littéraires. Voir cinématographique, vu que la trame de l’histoire racontée est proche de celle du film « Prometheus », film souvent critiqué pour son scénario paresseux mais qui s’avère moins simpliste que crypté, à l’instar de « 007 SPECTRE » ou « Le réveil de la Force », ce que, normalement, les fans de paranormal et de science-fiction ont compris depuis longtemps.

sphinx2

On trouve en Egypte une étrange gravure montrant une représentation d’un monde souterrain dont les entrées sont gardés par deux Sphinx (cf. la maison de Sokar). La gravure fait curieusement écho au récit de Rad Cinamar, en particulier son livre « Le mystére égyptien : Découverte au Bucegi » :

Le « Département Zéro » est un secteur de l’ombre des services secrets roumains, car il s’occupe d’affaires touchant au paranormal. Depuis qu’un satellite US de reconnaissance a repéré en 2002 une mystérieuse cavité sous les monts Bucegi en Transylvanie, le Pentagone, de hauts responsables de la Franc-Maçonnerie et le Département Zéro sont en effervescence. Avec l’aide d’un spécialiste roumain doué des facultés paranormales nécessaires pour lever les barrières énergétiques protégeant le lieu, et de militaires américains dotés de technologies de pointe, ils ont pu accéder en 2003 à un hall d’archives secrètes doté de technologies très avancées, laissé par une civilisation inconnue, sous le milieu de la montagne non loin de l’emplacement du Sphinx roumain. De ce hall partent trois tunnels reliés à d’autres lieux mystérieux, et l’un d’entre eux mène en Egypte. Ce livre est le récit de l’exploration de ce tunnel.

Autre oeuvre semblant faire écho au Bucegi : le livre d’ H.G. Wells : « La machine à explorer le temps » dont j’écrivais, autocitation bis, en 2014 ce décryptage :

Heureux sont les spectateurs ayant eu le privilège d’assister à la projection du chef d’œuvre de George Pal en 1960, « La machine à explorer le temps », car ils ont eu accès à une troublante partie de réponse à l’un des plus grand mystère existant. En effet, dans ce film, George (Pal ? Wells ?), un inventeur, se propulse du 31 décembre 1899 au 13 septembre 1917. Constatant que le monde est en guerre, il décide d’explorer le futur afin de voir si le monde peut vivre en paix, si cela est dans ses possibilités. Après une nouvelle escale le 19 juin 1940, nouvelle guerre mondiale, il arrive à ce jour maudit du 18 août 1966. Maudit car, année en 6 oblige, il assiste, impuissant à un bombardement nucléaire qui détruit la civilisation. Pour échapper au cataclysme (Big-Bang ?), il n’a d’autre choix que la fuite en avant, dans un futur lointain, d’autant que sa machine se retrouve piégé dans une montagne (période des dinosaures ?), l’obligeant à attendre que celle-ci ne disparaisse avec l’érosion. Le moment arrive et il se retrouve afin dans un monde paradisiaque (l’Eden ?) au pied d’un gigantesque Sphinx abritant, il le découvrira par la suite, l’entrée d’un monde souterrain (Agartha ? Duat ? Enfer ?) ou vivent des créatures cannibales ayant accès à la technologie : les Morlocks (Annunakis ? Dzorls ? Siluriens ? Démons ? Lémuriens ?). Ceux-ci dominent un peuple vivant en harmonie avec la nature, blonds et beaux, les Elois (Elohims ? Thals ? Anges ? Vénusiens ? Ummites ?). Tombé amoureux de Weena, une Eloi qu’il sauva de la noyade, il aidera le peuple opprimé à se libérer des Morlocks tels Moise. L’action se passe en 802 701 dans le futur mais pourrait se passer en 802 701 avant l’entité  Jésus que cela ne changerait rien à l’histoire.

Prenant le principe d’un temps cyclique, d’une boucle temporelle, George n’a t’il pas, dans sa fuite en avant, fait un tour complet du cadran, se retrouvant à l’époque suivant le déluge, la chute de l’Atlantide (notre monde dans le futur ?). Dans ce cas, vu que les Elois tiennent leur savoir d’anneaux leur racontant le passé (notre époque) comme on raconte des histoires aux enfants pour les endormir, expliquant pourquoi l’anglais est la langue de ces mêmes Elois, cela donnerait, ironiquement, crédit à l’Abbé Boudet. Dans cette logique de temps cyclique, ou l’on ne parle plus de précognition mais de chromosomes mémoires, ni de résurrection mais de renaissance, il faut imaginer le temps comme un immense cercle au centre duquel ces « Etres », ces Timekeepers, posséderaient les pleins pouvoirs, le contrôle absolue de l’anneau temporel ou les pauvres humains vivent emprisonnés. A noter, l’aspect circulaire de la mythique Atlantide, indice ?

De plus, dans le cas des multiverses, des mondes parallèles, en prenant le cas que ces mondes ont un temps circulaire, et tenant compte qu’ils se croisent, on obtient une forme, en les rassemblant de manière schématique, évoquant l’ADN. L’ADN temporel serait elle à la base de la vie ? Humour, on peut se demander à quoi aurait ressemblé l’homme si l’ADN temporel ressemblait à  Zeta Reticuli.

Imaginons nous à la place d’un voyageur temporel. H. G. Wells, en temps qu’inventeur, littérairement parlant, de la machine à explorer le temps, ne serait il pas une destination logique pour un voyage touristique ? On peut penser que des voyageurs temporels ont rencontrés, incognito ou non, le célèbre auteur et cela, paradoxalement, peut être avant qu’il n’écrive son célèbre récit. Peut être l’ont ils emmené faire un voyage ? Dans ce cas, on serait dans le cas de l’oeuf et de la poule, Wells devenant le chroniqueur des récits temporels. Au point de servir de base à un héros de la BBC ? Peut être n’est ce pas innocent de voir, dans l’épisode « Timelash », un mystérieux docteur rendre visite à Wells en une journée de 1885.

Soulignons que le concept de temps cyclique a été intégré à la saga de George Lucas où les personnages sont condamnés à revivre des situations identiques comme emprisonnés par le destin. Inutile de préciser que je n’apprends rien au vrai fan de Star Wars.

Rey sera t’elle l’Élue qui permettra de briser le Cycle ?

alien3

684190

Comme un air de famille entre le film Alien et ces pierres  étranges semblant sortir d’une oeuvre de Lovecraft et qui se trouvent pourtant sur le Mont Bucegi.

On peut de ce fait, s’interroger sur la présence de cette chose à l’intérieur de cette Montagne Hallucinée, cette chose innommable dépourvue de forme et semblant hors du temps, comme Yog-Sothoth ou Satanakhan dans la série Sharivan, que l’on pourrait rapprocher des créatures décrites par Eric Frank Russell dans son livre « Guerre aux invisibles » : les Vitons : « On sait depuis longtemps que l’énergie nerveuse produite par la pensée, de même que la réaction des émotions glandulaires, est de nature électrique ou para-électrique : c’est de cette énergie que se nourrissent nos mystérieux seigneurs. »

 

 Nous, qui n’appartenons pas aux castes supérieures, en mourant, nous devenons la proie-esclave de l’Entité Noire ; nous l’enrichissons en énergie et alimentons sa haine envers les habitants de cette planète que nous mêmes ne haïssons pas, puisqu’ils nous sont aussi indifférents que peuvent l’être leurs animaux familiers. Quand nous mourons, et pas avant, malheureusement, nous accédons à un autre niveau de compréhension. L’Entité Noire ne hait pas seulement les Terriens : imbriquée dans les structures cristallines de la matière de son univers local – elle en occupe simultanément plusieurs, dans la galaxie – elle souffre de son immobilité, de son confinement et distille sa rancœur, la projette vers tout ce qui est mouvement, déplacement, liberté, donc aux animaux, aux habitants de cette planète et, par contrecoup, à nous-mêmes, les Dzorls ! Une anomalie que, de notre vivant, nous ne pourrions comprendre ou admettre. (Jimmy Guieu, E.B.E. 2 L’entité noire d’Andamooka)

jg2-b10

A défaut d’authentifier le récit de Rad Cinamar sur le Mont Bucegi, endroit tellement secret que des milliers de touristes s’y rendent chaque semaine, cela démontre que l’auteur possède une certaine culture.

bucegisph1

Imaginez la même scène avec la Zone 51.

Histoires mystérieuses…

Nostradamus a-t’il prédit le 11 septembre ?

 

« A ce stade, il est important de préciser, face à l’accumulation actuelle de légendes « Urbaines » qui le visent, que ses textes n’ont jamais prédit une quelconque fin du monde pour l’an 2000, pas plus qu’en 1999 ni pour 2012. Rien de prédit non plus de la destruction des tours jumelles de New York. La liste néo contemporaine des prédictions qu’on lui attribue pour chaque année qui s’écoule, faussement et sans aucun intérêt serait ici bien trop longue à passer en revue. Cependant, il est un fait incontestable : Nostradamus s’est réellement prononcé sur le terrain glissant d’un cataclysme géologique à caractère planétaire futur. Des précisions suffisantes à ce décor apocalyptique prennent effectivement leur place dans la préface introduisant le corpus. » José Martin, auteur de « Nostradamus énigme du Midi et le mystère de Carcassonne » (Source : Top Secret 86)

aede86700bdbf839eed9e38be08720d4

Photo extraite du film « Nostradamus fin du monde an 2000″ de Toshio Masuda (1974) se déroulant lors d’un temps x. ATRAM !!!

Quand James Bond côtoyait les reptiliens :

 

« C’est également sous l’influence de Bacon et autres magiciens de l’ésotérisme, comme John Dee et Sir Francis Walsinghan, que les réseaux d’espionnage européens, connus désormais comme les services secrets britanniques, ont été créés. Les services secrets britanniques ont été formés par les lignées reptiliennes de la Fraternité Babylonienne, et ces services secrets ont par la suite créé l’équivalent aux Etats-Unis, ainsi que d’autres réseaux qui sont toujours actifs de nos jours. La CIA a été créé par des membres élites des services secrets britanniques au cours de la  présidence d’un Franc Maçon du 33me degré, Harry S. Truman, l’homme qui a officiellement ordonné que les bombes atomiques soient lâchées sur le Japon. Il a suivi les conseil de Bill Donovan, le dirigeant de l’organisme précédent la CIA, « The Office of Strategic Services » (OSS, le Bureau des Services Stratégiques) qui était entièrement composé de Chevaliers Templiers, selon William Cooper, un ancien agent des services secrets de la marine américaine (United State Naval Intelligence). Walsinghan avait le poste d’ambassadeur en France dans le but d’étendre les réseaux d’espionnage. Lorsqu’un agent secret français m’a dit que les services secrets britanniques et français étaient en fait la même organisation, je n’ai pas été étonné. Cela a probablement facilité la dissimulation du meurtre de la princesse Diana. Les différentes agences d’espionnage dans le monde sont dans les hautes sphères des sociétés secrètes ésotériques qui pratiquent la magie noire et qui œuvrent pour le même Plan, le contrôle mondial. John Dee était l’astrologue de la reine, un Grand Maître rosicrucien, un sorcier, et un agent secret pour le réseau d’espionnage. Il semble qu’il était en possession d’une copie du Livre d’ Enoch et, en compagnie d’Edward Kelley, il aurait développé, suite aux communications avec les anges (les reptiliens), un langage secret écrit qu’ils appelaient « langue d’ Enoch ». Dee signait ses rapports avec le signe « OO7″, le même que James Bond, des histoires écrites par un agent secret du XXe siècle, issu de ces mêmes services secrets britanniques, Ian Fleming, qui était un ami du sorcier noir Aleister Crowley.

John Dee a voyagé à travers l’Europe en manipulant et ramassant de l’information, ainsi qu’en soudoyant les réseaux. Une de ses tantes était bohémienne et il était en étroite relation avec l’empereur Rodolphe II de la dynastie reptilienne des Habsbourg, un autre occultiste. Dee faisait parti des gens influents qui orchestraient une politique expansionniste britannique laquelle est devenue ensuite l’Empire britannique. A Prague, Dee a offert à l’empereur Rodolphe II un manuscrit en langage codé en soutenant qu’il était l’oeuvre de Roger Bacon (Roger, et non Francis), ce moine franciscain du XIIIe siècle qui a scandalisé l’Eglise avec ses idées et ses opinions. Parmi celles-ci, il y avait des prophéties à propos du microscope, du télescope, de l’automobile, du sous-marin, de l’aéroplane ainsi que la croyance que la Terre était ronde et non plate. En 1912, ce même manuscrit a été acheté par le libraire américain Wilfred Voynich, et l’ouvrage est connu sous le nom de Manuscrit Voynich. » (Source : « Le plus grand secret Tome 1: Le livre qui transformera le monde », David Hicke)

2008-Quantum-of-So_1449035i

« Depuis que l’Anneau Unique lui a été arraché pendant la bataille d’Orodruin, il a perdu toute existence matérielle. De lui ne subsiste qu’un œil géant qui,  depuis la forteresse de Barad-Dûr, explore le monde à la recherche de l’Anneau qui lui redonnera tous ses pouvoirs. » (Tolkien à propos de l’œil de Sauron)

La Terre Plate est-elle l’Atlantide ?

 

« Deux chercheurs canadiens contemporains, Rand et Rose Flem-Ath situent l’Atlantide en Antarctique. En s’appuyant sur la carte de Piri Reis, ils ont constaté qu’en regardant le globe depuis le Pôle sud, tous les océans semblaient appartenir à un seul et même ensemble, soit « le véritable océan » évoqué par Platon.

Au milieu, centre du monde, se trouve l’Antarctique, ou possiblement l’Atlantide. Les Atlantes, qui auraient anticipé le cataclysme, se seraient réfugiés sur les terres en altitude, épargnées par le raz de marée : la Cordillère des Andes, les plateaux de Thaïlande et d’Ethiopie. » (Source : Leblogdemerlin)

arctic1595-full

Étrange : lorsque l’on regarde une carte de la Terre Plate (ici celle de Mercator, proche de John Dee) on peut trouver des similitudes avec la vision que l’on a de l’Atlantide. La carte de la Terre Plate permet elle de localiser l’Atlantide, la Terre du Milieu décrite par Tolkien, où Sauron, perché sur sa tour, nous observe ?

atlant2

Notez sur les deux cartes la présence d’une montagne centrale ayant des propriétés magnétiques.

La légende du man qu’aime pisse :

 

bel067

Mondialement connu, le plus célèbre des petits brusseleer fait partie intégrante du patrimoine belge et de son histoire. Pourtant lorsqu’il s’agit de trouver les origines de la statuette, c’est la soupe, un véritable melting-pot ! L’histoire de Manneken-Pis, la vraie, reste une énigme…

Après moult recherches et beaucoup de sueur, nous avons extrait de l’histoire belge pour vous les légendes probablement à l’origine de la création du ketje de Bruxelles.

Toute droite sortie du chapeau d’Harry Potter, la première raconte comment une vieille sorcière vivant rue de l’étuve condamna un petit garçon à un bien triste sort. Pour avoir soulagé un besoin naturel pressant sur la porte, il devra accomplir cet acte éternellement sous la forme d’une statue de pierre. Heureusement à cet instant précis le bon vieillard apparut portant une statuette comparable au gamin qu’il mit à la place du petit garçon.

La deuxième est aussi une histoire de pipi sauvage… Un gamin haut comme trois pommes, le Petit Julien, se soulagea contre la porte de la cellule d’un saint ermite. Le vieil homme alerté par ce bruit étrange sorti de chez lui et changea le petit garçon en statue de pierre et le condamna à poursuivre éternellement son geste impudique. Cependant la fin de la légende fût modifiée pour ne pas effrayer les enfants. Le père fit exécuter une statuette ressemblant à son bambin et lors de la présentation de celle-ci son petit garçon retrouva la vie.

La troisième légende relate de faits héroïques. Elle raconte l’histoire de Bruxelles assiégée et qui résista durant plusieurs jours. Les assiégeants allumèrent une mèche avant leur départ pour incendier Bruxelles. Heureusement un petit garçon passant rue de l’Étuve voyant la mèche qui brûlait. Comme il ne savait où trouver de l’eau pour éteindre la mèche, il n’hésita pas une seconde et se mit à arroser le feu qui s’éteignit aussitôt. Le fait fut vite rapporté et, en son honneur les bourgeois élevèrent une statuette reproduisant son acte héroïque.

La quatrième, espiègle, se situe au temps des Croisades. A Bruxelles, vivait le comte de Hove, son épouse et son fils Godefroid. Celui-ci offrant régulièrement l’hospitalité à ces glorieux combattants, envoya au-devant des troupes son fils âgé de 5 ans, un gamin très débrouillard, pour les accueillir. Mais ce dernier, espiègle dans l’âme, ne cessa d’arroser le cortège. Pour racheter l’affront infligé aux combattants, le comte et la comtesse firent élever une statuette expiatoire.

La cinquième relate l’histoire d’un enfant de bourgeois qui se perdit dans la foule. Tentant de le retrouver dans les rues de Bruxelles, le père le découvrit, après cinq jours de recherches, au coin de la rue de l’Etuve et de la rue du Chêne, en train de soulager un besoin pressant. Ravi d’avoir retrouvé son fils, le bourgeois aurait installé une statue immortalisant le moment.

La sixième, remonterait au VIIIème siècle. L’épouse d’un seigneur mit au monde un bébé dont la première manifestation fut de « pisser si haut » que la barbe de Vindicien, évêque d’Arras, en fut éclaboussée. Ce marmot fut appelé Manneken-Pis. Peu de temps après, Vindicien trépassa. Où organiser la cérémonie du baptême et qui officierait ? Une certaine Gudule accepta de bénir le bambin. Mais séduit par Gudule, le seigneur quitta son foyer, se rendit à la demeure de Gudule, qui l’accueillit sans se douter de ses intentions précises ! Gudule outrée, déclara pour le punir : « Votre fils unique ne grandira plus et n’arrêtera plus jamais de pisser ».

Et enfin la plus plausible de toutes les légendes, est basée sur des faits historiques. En 1142, Godefroid III, duc de Lotharingie, vit le jour. Malheureusement son père, Godefroid II mourut peu après. Le moment fut jugé propice par deux vassaux, Gauthier Berthout et son frère Gérard de Grimbergen, pour prendre les armes contre leur suzerain au berceau. Le sire de Gaasbeek demanda la présence du jeune duc sur le champ de bataille. Le berceau fut donc pendu à la branche d’un jeune chêne sur le lieu de la bataille à Ransbeek. Quatre fois repoussée, l’armée du bébé, pour qui la bataille semblait perdue, fut soudain galvanisée par la vue de l’enfant accomplissant tranquillement le geste resté célèbre. Pour commémorer la victoire, on éleva une fontaine, à Bruxelles, portant le nom de Manneken-Pis. En outre, le jeune chêne fut déraciné et replacé à l’emplacement de la rue du Chêne.

Source : Frederic Solvel sur le site BrusselsLife.be

image-16

Il n’y a pas que le man qu’aime pisse !

La pédophilie est rentrée dans les mœurs !

 « Le pire est, selon les femmes, la nudité, le rasage des poils pubiens et sous les aisselles, le tatouage du matricule, la tonte des cheveux. » (Ginette Kolinka, survivante du camp nazi de Birkenau)

 » – Oh, mon Dieu, c’est horrible : j’ai des poils qui poussent sur mon pubis, ça veut donc dire que je suis normale.

- C’est affreux ! Ça signifie qu’il va falloir t’épiler pour ne plus l’être ! (Pouffes des années 2000)

 » L’épilation étant un acte de soumission, est-il normal que les jeunes femmes se rasent la choune en vue de rapports intimes ? »

Nous vivons dans un monde ou la pédophilie est devenue une norme : amusez vous à visiter un site porno quelconque et vous verrez apparaître des détournements pornos de dessins animés avec des héroïnes dépourvues de poils pubiens. Et dire que des gars se paluchent devant sans comprendre la portée de leur « acte » et que des petites filles se mettent à rêver à ressembler à leur princesse préférée parce qu’elle ne possède pas de poils pubiens. Répugnant. Une dérive inquiétante si l’on se réfère à cet article : « La police espagnole a lancé un appel à témoins pour localiser des mineures «contraintes de réaliser des vidéos pornographiques», suite à l’arrestation fin avril du «roi du porno» espagnol sur internet, selon un communiqué publié samedi. La police a rappelé qu’«un célèbre réalisateur et producteur de cinéma porno espagnol» avait été arrêté le 25 avril. Selon la presse, il s’agit d’Ignacio Allende Fernández – alias Torbe – placé en détention provisoire dans le cadre d’une enquête pour abus sexuels sur mineures, diffusion de pornographie infantile et traite d’être humains. Selon le communiqué, l’enquête avait débuté après la plainte d’une mineure disant avoir été recrutée dans un célèbre bar de Madrid pour jouer comme actrice dans des vidéos porno. «Si elle avait accepté au départ, elle avait ensuite refusé mais avait été contrainte (…) d’enregistrer certaines scènes après consommation de stupéfiants», a assuré la police. » (Source : Morandini). Ainsi, de nombreux amateurs de porno ont dû se « faire plaisir » en visionnant des vidéos ou apparaissaient des filles mineures sans en avoir conscience. En effet, depuis la démocratisation de l’épilation intégrale, il est devenu impossible de différencier un pubis adulte d’un pubis d’enfant. Imaginons la réflexion d’un professionnel du sexe et reconnaissons qu’il est plus économique, plutôt que de payer des frais d’épilations pour les actrices, de plutôt faire appel à des filles qui n’ont pas encore « le problème de la pilosité pubienne ». Citons Axelle Red : « On peut épiler un petit peu, je trouve ça plus esthétique après c’est très personnel. Mais je pense effectivement, on dit toujours : ‘oui en fait ça vient de la pornographie, qu’on trouve ça jolie qu’on soit complètement épilée’. Mais c’est que les filles de nos jours, les adolescentes, elles ne savent plus si on a le droit d’avoir un poil. Et moi je trouve, très sincèrement, que c’est le résultat d’une société pédophile. Quand on voit souvent les signes de beauté dans une société, je trouve que c’est très souvent des signes d’enfance ». Rappelons que la nature a doté la femme de poils pubiens pour une raison esthétique (les poils pubiens différenciant l’humaine de la reptilienne) et hygiénique (l’épilation pubienne créant des micro-cicatrices transformant la zone intime en « nid à microbes »). Pensons qu’une génération entière n’a jamais vu de poils pubiens et a construit sa sexualité sur des bases pédophiles ! Une génération sacrifiée car elle aura le plus grand mal à associer la pilosité à une sexualité normale tant elle a intégré le concept de pubis dépoilu à sa sexualité. « Les adeptes de Moloch » ont donc gagner leur combat. N’hésitez a faire passer ce message car la dérive pédophile de notre société est un sujet aussi (plus ?) tabou que les ovnis.

Pensez y, sur la plage, durant la période estivale, et surtout, mesdemoiselles, n’oubliez pas : Sortez poilues !!!

 

tumblr_nvjyrlDjdz1ri9va9o1_500

« Ça va mieux : sans mes poils, je me sentais pubien. »

 

« Un pubis sans ses poils, c’est comme un pénis sans ses couilles. »

Quelques moments gênants de la science-fiction 2.

« Les envahisseurs : ces êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination : la Terre. Leur but : en faire leur univers. Margaret Field les a vu. Pour elle, tout a commencé par une nuit sombre, le long d’une route solitaire de campagne, alors qu’elle cherchait un urinoir que jamais elle ne trouva. Cela a commencé par une foret abandonnée et par une femme devenue trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l’atterrissage d’un vaisseau venu d’une autre galaxie. Maintenant, Margaret Field sait que les envahisseurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine et qu’il lui faut convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé.

« The Man from Planet X » d’ Edgar G. Ulmer (1951) :

tumblr_l321yb5Vah1qb7dheo1_1280

- « Papa, tu es sur que c’est prudent que je fasse pipi à coté de ce drôle d’engin phallique à la boule prédominante ? J’ai l’impression d’être observée.

- « Mais non, ma chérie, tu te fais des idées, c’est juste que le gentil monsieur veut de te rendre service en éclairant ta jolie plante afin que tu n’en renverses pas à coté.

- « Tu as raison, mon papounet, je vais en profiter pour faire ma petite crotte.

1950-the-man-from-planet-x-002-margaret-field

- « Putain, ça craint : l’autre gars a éteint sa lampe avant que j’ai fini de vidanger et je me suis uriné sur ma petite culotte qui a fini pleine de pisse. Pendant que papa va m’en chercher une autre à la voiture, je vais aller lui dire deux mots à cet hurluberlu. Mine de rien, il était temps que je vide ma vessie, j’ai réussi à remplir un trou complet de pipi. Marrant, ça forme comme un petit lac.

tumblr_nroocj5EjX1qf83cro1_1280

- « Chier, je viens de tomber dans ma mare de pisse. Monsieur, vous pouvez m’aider à me relever. Mon Dieu, vous avez une grosse paire… heu, tête.

- « N’ayez pas peur, très chère, malgré mon allure intello, je suis un roi de l’humour, tenez, je vais vous faire une démonstration. Dites : camion.

« Camion.

- « Pouet-pouet.

- « Hihihihi, vous êtes trop drôle, je me fait avoir a tous les coups.

Margaret Field in The Man From Planet X

- « Pour me faire pardonner de vous avoir mal éclairé, je vous invite à utiliser les lingettes hygiéniques qui se trouvent à bord de ma soucoupe volante.

- « Je vous vois venir mon bonhomme, vous allez en profiter pour regarder ma culotte pendant que je monte. Pas de chance pour vous, vu que je n’en porte plus vous allez être sacrement déçu.

manfromplanetxface

- « Dur, dur.

Lorena Velázquez en “La Nave de los Monstruos” de Rogelio A. González, filmada en 1959.

alg-peliculamexicana-jpg

- « Putain, la tronche du gars sur la dernière photo, trop drôle, trop la honte. Lorena, mon amour, Je suis déçu que tu n’ai pas accepté la sculpture que je t’ai offerte. Moi, qui suis raide dingue tombé amoureux de toi, au point de me faire faire les mêmes lèvres que Mike Jagger, je suis triste. Promets moi au moins une petite valse intime afin que ma soirée ne soit pas gâchée.

- « Va te faire foutre avec ta sculpture, offre la plutôt à la Space Patrol, ils sont assez cons pour tomber dans le panneau.

- « Dur, dur.

Et, pendant ce temps là, une intrépide super-héroïne japonaise accepte un travail bénévole à la SPA locale :

image_ZIZG003_4_2

- « ふん ! On aurait pu me dire que le boulot consistait à m’occuper de Vers Perforants, qui, en plus, sont encore dans le ventre de leur mère. J’ai de la chance d’être une humaine normale, avec du poil à la chatte, et non une reptilienne imberbe, sinon j’aurai fini dévorée par la maman et sa progéniture. Avec du bol, je ne servirai que d’esclave sexuelle pour une période de Mille ans. Heureusement, que je ne suis pas une de ces occidentales adeptes de la répugnante mode à connotation pédophile du rasage intégral, esclaves de l’industrie de l’épilation, et qui se mutilent hystériquement l’appareil génital au moindre début de poil apparent, ignorant que ces poils font partie intégrante de leur appareil génital, pensant rendre leur chatte désirable alors que les phéromones du désir sont justement transmis par les poils pubiens. C’est pas chinois à comprendre. Putain, le cauchemar, rien que d’y penser, j’me pisse dessus. Sur ce point, j’ai un cul pas possible.Y a pas de sushi. (Photo extraite du film « Taimanin Asagi »)

Cependant, dans la Space Patrol :

spacecraft_terra_ship

- « Je me demande si cet alien ne s’est pas foutu de ma gueule avec sa sculpture.

Chroniques reptiliennes 2.

« Je n’aime pas les filles avec rien en bas non plus. Ça me fait flipper. Vous devez avoir quelque chose, sinon c’est putain de flippant » (Daniel Radcliffe, ex-apprenti sorcier)

sorciere1

Les poils en magie :

« Selon Henri Heir, un écrivain du XVIème siècle, les poils du pubis et des aisselles étaient utilisés à son époque à des fins médicales et pharmaceutiques.

Des poils du pubis et des aisselles étaient cousus dans des petits sachets de soie et donnés par de jeunes femmes à leur soupirant en gage d’amour. On disait que ce cadeau était une méthode infaillible pour garder un amant fidèle et prévenant. Cette pratique persiste toujours aujourd’hui en de nombreuses régions d’Europe.

J’ai retrouvé un témoignage de cela par le biais d’une femme qui vivait en Espagne avant la seconde guerre mondiale. Cette femme avait découvert que son époux avait une aventure. On lui conseilla de consulter une vieille femme qui avait la réputation d’être une sorcière. Elle est donc allée voir la vieille femme et lui a parlé de son problème. Après avoir écouté toute l’histoire, la « sorcière » dit à mon informatrice qu’il lui fallait un charme d’amour spécial pour faire revenir son mari. La vieille femme a pris un petit sachet en tissu et y a mis plusieurs plantes puis elle a demandé à sa cliente de couper des poils de ses aisselles. La cliente dit à la sorcière que ce n’était pas possible car elle se rasait sous les bras.

La sorcière fut horrifiée et dit à mon amie qu’elle ne devait jamais faire ça car elle perdait ainsi une grande partie de son pouvoir. Mon amie a ri, puis elle a réalisé que la sorcière était tout à fait sérieuse lorsqu’elle a dit : « Il n’y a là nulle raison de rire, je ne peux rien faire de plus pour vous. Revenez me voir lorsque vos poils auront repoussé. Votre conduite stupide vous a très certainement fait perdre votre mari. »

Cette discussion inquiéta réellement mon informatrice si bien qu’elle laissa repousser les poils de ses aisselles. Dans le même temps elle s’intéressa un peu au sujet des poils. Elle a remarqué que les paysannes ne se rasaient pas et elle s’est souvenue que sa propre mère ne se rasait pas non plus. Elle en a déduit que de se raser sous les bras était une idée relativement récente qui n’a émergé qu’avec l’apparition des rasoirs de sécurité. Elle a pensé qu’essayer de se raser sous les bras avec un « coupe choux » était non seulement difficile mais aussi dangereux. Le commerce s’est emparé de cette nouvelle folie et de nombreuses crèmes dépilatoires sont apparues sur le marché. Elle a pensé ensuite que le risque de se couper avait incité les femmes d’autrefois à conserver les poils de leurs aisselles mais elle a découvert ensuite que ce n’était pas là la vraie raison. Les poils des aisselles étaient considérés comme une des parties les plus érotiques du corps de la femme. En fait, ces poils étaient considérés comme sexuellement bien plus attractifs que les seins d’une femme, seins qu’on voyait souvent en partie et même parfois dans leur intégralité. Lorsque j’étais enfant, les femmes ne se gênaient pour donner le sein à leur bébé en public. Voir une poitrine nue n’excitait pas l’homme moyen, les poils des aisselles si. C’était un peu comme un avant goût de ce qu’on pourrait trouver plus bas chez une femme.

Charles Dickens dans « The Pickwick Papers » décrit le voyage en diligence de M. Pickwick et raconte comment le pauvre homme était dérangé par le bébé, sur les genoux de sa mère derrière lui, qui hurlait sans cesse. Pickwick s’est alors retourné et a crié : « donnez-lui le sein madame ! »

Robert Burns, le barde écossais a écrit plusieurs poèmes paillards célébrant un « c… poilu » mais il ignora totalement les seins des femmes.

Les robes à manches courtes d’autrefois dissimulaient les poils des aisselles, mais la fille qui souhaitait attirer un compagnon levait les bras et montrait ses poils, sachant bien l’effet sexuel que cela aurait sur ses admirateurs. Après deux mois mon amie est retournée chez la sorcière qui put compléter le charme d’amour. Selon mon informatrice cela a marché, son mari est revenu et ne l’a plus jamais délaissée. Elle a aussi dit que de se laisser pousser les poils sous les bras a fait qu’il était sexuellement plus attiré par elle.

6601mortensonWOW

Dans la sorcellerie moderne on dit que le triangle pointé vers le bas symbolise les deux seins et le triangle du pubis, mais autrefois, pour la sorcellerie il symbolisait les trois endroits du corps ou la femme était poilue, sous chaque bras et dans la région du pubis.

Dans les anciens grimoires, pour retirer ses pouvoirs à une sorcière on conseillait de l’attraper et de lui raser les aisselles. On disait que cela faisait cesser son emprise sur les mauvais esprits car aussi longtemps qu’elle conservait ces poils elle ne craignait pas les esprits.

Dans de nombreuses régions, les poils sont une protection contre les mauvais esprits. Dans les îles Aru (ndt : en Indonésie) par exemple, hommes, femmes et enfants portent des charmes et des amulettes pour chasser les maladies et les mauvais esprits. Ces amulettes sont des petits sachets contenant des objets tabous comme des cailloux phalliques, des perles, de l’ambre gris et des poils d’aisselles de femme. Pourquoi pas des poils pubiens ? La femme doit fournir volontairement les poils et l’on peut facilement couper des poils pubiens d’une femme pendant son sommeil ce qui n’est pas possible dans le cas des poils des aisselles. De nombreuses sociétés pensent que de montrer ses organes génitaux exorcisera les démons. C’est une coutume très tenace et très archaïque dont même Martin Luther se servait lorsqu’il était tourmenté par des tentations nocturnes et des visions sataniques. Luther ne connaissait pas d’autre moyen de se défendre que de montrer ses organes génitaux et ses fesses. On pratique cela en diverses parties du monde lorsque la mort arrive car on pense que les fantômes craignent les corps nus. On pense que c’est de là que vient la nudité rituelle. Si les sorcières pratiquent nues dans le cercle c’est en partie parce ce que cela éloigne les entités néfastes. On constate d’ailleurs que dans les rituels pratiqués nus il y a moins de perturbations liées aux élémentaux que dans les rituels pratiqués vêtus.

shiels-coven1

Dans certaines parties du monde les sorcières se teignent la toison pubienne en rouge vif car c’est censé augmenter considérablement leur pouvoir d’effrayer les esprits malfaisants. Dans certaines région d’Allemagne on dit qu’on reconnaît une sorcière à la trop grande quantité de poils qu’elle a sous les bras. En les laissant pousser et en les montrant elle peut exorciser les mauvais esprits, effrayer les fantômes et ensorceler les gens. On dit aussi qu’avec de tels poils on peut faire des charmes contre les mauvais esprits. On m’a dit que parmi ces sorcières, certaines font des charmes avec leurs propres poils et les vendent. En Allemagne, pendant la guerre on m’a montré un bracelet fabriqué par une sorcière avec les poils de ses propres aisselles. C’était vraiment un travail artistique qui avait demandé beaucoup de temps et de patience. J’ai proposé d’acheter ce bracelet, mais son propriétaire à refusé mon offre car c’était un charme trop puissant pour qu’il s’en sépare.

Celui qui trouvait une sorcière commençait par raser le corps de sa victime pour y trouver soi-disant des « marques diaboliques » ou un téton caché avec lequel elle nourrirait son familier, mais en réalité, les chasseurs de sorcières croyaient réellement que les pouvoirs de la sorcière résidaient dans ses poils.

Millaeus (ndt : il en est question dans le rameau d’or) a assisté, à Toulouse, à la torture de plusieurs femmes qui n’ont rien avoué avant d’être entièrement rasées. Ensuite elles reconnaissaient la réalité de ce qu’on leur reprochait. Une femme qui avait apparemment vécu une vie pieuse fut torturée car on la suspectait de sorcellerie. Elle a supporté les souffrances avec une constance incroyable jusqu’à ce qu’elle fut entièrement rasée et qu’elle avoue sa culpabilité.

Sprenger et Cumanus, les célèbres inquisiteurs, ont rasé tout le corps de 47 femmes avant de les faire brûler. Les chasseurs de sorcières anglais avaient le droit de se livrer à cet examen rigoureux depuis que Satan lui-même dans un sermon, alors qu’il prêchait dans une église de Northberwich rassura ses fidèles en leur assurant qu’il ne pouvait rien leur arriver aussi longtemps qu’ils conservaient leurs poils. Satan était ici le leader d’un coven et ceux qui ne le savaient pas pensaient qu’il était réellement le Diable. Ainsi il est confirmé que même les sorcières croyaient que leur pouvoir était lié aux poils. Les sorciers et les magiciens de tous les pays cherchaient à se procurer les poils, les ongles, la salive de sa victime ou des fils de ses vêtements afin de s’en servir contre lui dans sa magie. Après s’être procuré ces objets, les sorciers fredonnaient leur sort et jetaient leur malédiction sur leur victime puis ils enterraient le tout sous terre. Au fur et à mesure que tout cela pourrissait, la victime dépérissait doucement.

Lorsqu’un Aborigène australien souhaite se débarrasser de sa femme, il lui coupe des poils pubiens pendant son sommeil et les noue à sa lance Il se rend ensuite dans une tribu voisine et donne la lance à un ami qui la plante dans le sol chaque soir devant le feu de camp. Lorsque la lance tombe au sol, c’est le signe que la femme est morte.

Certaines personnes s’intéressant à l’occulte ont vu dans l’histoire de Samson et Dalila une allégorie liant la perte des poils à la perte de ses pouvoirs. De telles histoires, croient-ils étaient transmises pour que le secret de la magie utilisant les poils ne se perde pas entièrement et que les futurs étudiants de l’art magique puissent retrouver la signification réelle se cachant derrière la fable.

On a dit que de nombreuses sociétés orientales demandent à leurs femmes de s’épiler intégralement pour éviter qu’elles n’aient du pouvoir sur les hommes. C’est peut être vrai car là où la coutume est très rependue les femmes sont en général traitées comme des objets.

Aristophane nous raconte qu’à Hellas l’épilation était surtout pratiquée par les prostituées dans les bordels, mais que les femmes de la haute société ont ensuite adopté cette mode. A Rome, des femmes s’épilaient pour sembler plus jeunes qu’elles ne l’étaient en réalité mais la majorité des matrones romaines refusaient de se prêter à cette pratique.

Le Coran affirme que les gens sont impurs s’ils ne se rasent pas le corps et raconte comment le Roi Salomon refusa de coucher avec Bilkese, la Reine de Saba jusqu’à ce qu’elle se soit entièrement épilée. La légende veut que la toison pubienne de la reine pendait jusqu’aux genoux. Cela peut sembler quelque peu exagéré mais cela peut exister car au Soudan les femmes ayant une toison pubienne descendant jusqu’aux genoux sont traitées avec le plus grand respect. Salomon étant lui-même un grand magicien il connaissait bien sûr le pouvoir magique lié aux poils et demanda sans doute que la reine s’épile plus pour limiter ses pouvoirs que pour faciliter leur union.

En Angleterre une des plus anciennes manières de se défendre contre la sorcellerie est d’utiliser une « bouteille sorcière. » Lorsqu’un homme pensait être ensorcelé, il prenait une bouteille, il y mettait de ses poils, de ses rognures d’ongles et de son urine et plaçait le tout dans un feu. Lorsque la bouteille explosait on pensait que la sorcière était morte ou au moins que le sort était brisé. Parfois ces bouteilles étaient accrochées dans la cheminée dans les vieilles maisons à la campagne pour protéger ses habitants contre la sorcellerie. On retrouve parfois de telles bouteilles chez les antiquaires mais elles sont rapidement achetées par les collectionneurs.

Les poils de femmes ont toujours été considérés comme de puissants outils magiques. On en retrouve un exemple dans la cordelette de poils nouée à l’os de mort des Aborigènes australiens. Le pouvoir de provoquer la mort réside, pense-t-on, dans le poil et l’os n’est là que pour diriger la puissance. L’os de mort le plus puissant est celui qui est fait à partir des poils de l’avant bras d’une femme morte. Du côté émoussé de l’os on attache une corde de poils humains finement tressés, des poils de femme. La corde fait environ 90cm et est fixée à l’os par une substance résineuse ressemblant à de la poix. Elle provient du spinifex du bush et on l’obtient en brûlant du spinifex séché. Lorsque le feu s’est éteint on souffle sur les cendres et les résidus sont pétris en une petite boule noire. Les poils sont attachés à l’os lorsque la substance est encore chaude et elle durcit en refroidissant. Ces os sont, dit-on, extrêmement mortels dans les mains d’un magicien habile.

Lorsque l’os est terminé, l’assassin se rend dans le bush où il s’assied dans une position rituelle et pointe l’os en direction de sa future victime. En faisant cela il balance l’os d’avant en arrière en psalmodiant un chant. Un tel chant a été traduit ainsi :

Que ton cœur se brise en morceaux

Que ta colonne vertébrale se fende en deux

Et tes côtes se brisent en morceaux

Que ta tête et ta gorge se fendent en deux.

On pense que cela envoie une sorte d’os « fantôme » dans le corps de la victime. L’os est ensuite brûlé et le chant est chanté une fois encore. Le cœur de la victime sera alors transpercé par l’os fantôme et elle mourra peu après.

Tout le monde sait que si on brosse des cheveux cela produit une certaine quantité d’électricité statique mais une forme d’électricité (appelez cela comme vous voulez) bien plus puissante peut être produite en brossant des poils pubiens ou des aisselles. En les caressant doucement cela produira aussi cette puissance. Ce fut une des techniques qu’utilisaient les anciens pour faire de la magie.

Au début du XXème siècle les poils étaient considérés comme laids et pas très agréables ce qui a poussé de nombreuses femmes à s’épiler. Les hommes n’ont jamais apprécié cela et ne furent jamais embarrassés à la vue de poils sous les aisselles. Est-ce qu’il s’agit là d’une méthode subtile de priver les femmes de leurs pouvoirs ?

Les femmes se sont mises à faire du sport, des clubs naturistes sont apparus, il y a eu le MLF, les femmes ont commencé à ignorer ce que les femmes corsetées pensaient des poils et ont recommencé à laisser pousser leurs poils. Les poils des aisselles sont une partie du corps humain aussi normale que les sourcils. Les femmes sont plus libérées, cela peut provenir de la magie des poils. » (Arnold Crowther, magicien, 1909 -1974)

da0435e8ae4b5721fe22631c7b7c1d53

- « Allez, mes jolies, on s’active si l’on ne veut pas être en retard pour la croupe du monde de Quidditch.

- « Doucement mamie, y a pas le feu aux fesses.

tumblr_ml3oiybZcZ1rrabouo2_1280

- « Laissez moi vérifier une chose, jeunes filles. Oui, c’est bien ce que je craignais : vous avez vraiment un balai dans l’cul.

- « Mais mamie, ou veux tu qu’on le range d’autre ?

czarownice_z_salem_15

- « Pour la peine, vous allez me nettoyer le parquet avec la langue. Allez, hop, et qu’ça brille.

- « Putain, ça s’rait jamais arrivé à Hermione Granger.

Quelques moments gênants de la science-fiction.

« Nous sommes transportés dans une autre dimension, une dimension faite non seulement de paysages et de sons, mais aussi d’esprits. Un voyage dans une contrée sans fin dont les frontières sont notre imagination : un voyage au bout de ténèbres où il n’y a qu’une destination : la Crétine Zone « .

Les Zarbi dans l’épisode « The Web Planet » de Doctor Who :

p00v1v1s

zarbi

Définition de Qwika : « Zarbi apparu dans 1965 histoire, La Planète De Web écrit près Facture Strutton et soyez (fourmi- comme) insectoid espèces, à certaines caractéristiques s’est associé à coléoptères, de la planète Vortis, ce qui ont été commandés par la puissance du  Animosité. Ils sont d’approximativement huit pieds de long, et Menoptra réclamation, peut-être peu durement, qu’ils sont « peu plus que des bétail ». Ils possèdent peu intelligence mais étaient pas du tout agressifs jusqu’à ce que l’animosité soit arrivée. Ils ont été asservis à l’étranger conscience et considéré papillon- comme Menoptra (avec ce qu’elles par le passé ont vécu paisiblement) leurs ennemis mortels. Seulement ils ont pu commander woodlouse- comme des vers de venin (également appelés des larves les pistolets). Ils sont revenus à leurs manières normales après que l’animosité ait été défaite par Premier Docteur, Ian Chesterton, Barbara Wright et Vicki. On le présume que les diverses espèces sur Vortis vivent maintenant paisiblement ensemble. »

Définition de linternaute : « En verlan, désigne toute chose un peu bizarre, un peu étrange. Exemple : Le gars avait la dégaine d’un étranger, il était vraiment zarbi, passant d’un coté à l’autre de la route et parlant dans une langue incompréhensible. »

Zarbiii !!! Zarbiii !!! (Cri de terreur à la vue des bestiaux)

Le capitaine Kirk affrontant un Gorn dans l’épisode « Arena » de Star Trek :

kirkandgorn

Gorn« Je suis déçu que tu n’ai pas accepté la sculpture que je t’ai offerte. Moi, qui suis raide dingue tombé amoureux de toi, au point de me faire faire les mêmes lèvres qu’ Emmanuelle Béart, je suis triste. Promets moi au moins une petite valse intime afin que ma soirée ne soit pas gâchée. »

Kirk« D’accord, j’accepte de prendre cette sculpture que tu m’offres avec amour et je suis d’accord, au nom des traités pacifiques de Starfleet, de prendre part à une petite valse intime avec toi. A condition, toute fois, que cela n’arrive pas aux oreilles de Spock. »

Le bébé reptilien de la série V (version 1984) :

tumblr_nj7wy5sTTJ1un0nz4o1_1280

« Ouin !!! Mais papa, puisque je te dit que je suis ton fils et que maman n’a pas couchée avec Casimir de « l’île aux enfants ». Ouin !!! Pour la peine, je réclame mon Gloubibron (Dans un grand saladier vous mélanger de la confiture de fraises, du chocolat râpé, de la banane écrasée, de la moutarde très forte et des saucisses crues mais tièdes, c’est très important. Vous pouvez ajouter quelques anchois, ou un peu de crème Chantilly). 

L’ homme-carotte de la série « Lost in space » d’Irwin Allen dans l’épisode « The Great Vegetable Rebellion »:

508

« Je vais vous donner une recette de mon ami Pierre Desproges : si vous voulez faire cuire des carottes sans casserole, par exemple, et sans eau. Alors c’est très simple, vous prenez neuf carottes, c’est très important. (…) Les carottes sont… neuf. D’accord. Je jette une carotte. Les carottes sont… qu’huit ! Voilà. »

L’homme-homard de la série « Voyage au fond des mers » également d’Irwin Allen :

VL Lobster Man Missile Room.png

L’homme-homard« Allez les gars, soyez sympas : vous n’allez pas m’ébouillanter. Je peux être utile. Tenez, un exemple, si vous voulez faire un bon feu de cheminée et que vous avez besoin de bois, je peux faire office de Homard Scie. Et si vous avez besoin de quelqu’un pour faire régner la loi dans votre ville, je peux faire office d’Homard Sheriff. Mieux, si vous avez deux jolies voisines américaines qui ont besoins de se sentir en sécurité chez elles, je peux servir comme Homard alarme aux ricaines. Homard alarme aux ricaines ! Humour.

Capitaine Crane« Ce homard m’a tuer. »

Et, pendant ce temps là, une astronaute intrépide vient d’atterrir sur une planète inconnue ou elle lie connaissance avec les autochtones :

nudes-space-helmets

« Pour gagner la confiance des habitants de cette planète, il a fallu prouver que j’étais bien une humaine, avec des poils à la chatte, et non une reptilienne imberbe, sous peine de me retrouver jetée en pâture à un Xinerlog affamé, ou, pire, livrée à un Ziguelien en rut, ou, pensée odieuse, torturée à l’aide de Vers Perforants. Heureusement, que je ne suis pas une de ces humaines des années 2010 adeptes de la répugnante mode du rasage intégral, esclaves de l’industrie de l’épilation, et qui se mutilent hystériquement l’appareil génital au moindre début de poil apparent, transformant leur chatte en un tas de cicatrices microscopiques ou se nichent les microbes. Adepte des cunni, bon appétit.  Alors qu’avec des poils, un simple gant de toilette suffit à rendre la zone propre ! Putain, le cauchemar, rien que d’y penser, j’me pisse dessus. Sur ce point, j’ai un cul pas possible. »

Quant à Kirk :

captain-kirk-star-trek-the-original-series-9684196-500-400

Kirk« Je me demande si ce Gorn ne s’est pas foutu de ma gueule avec sa sculpture. »

Aucun Gorn n’a été maltraité durant la rédaction de cet article.

Des filles un peu télépathes.

Petite idée de soirée thématique pour les cinéphiles qui désirent voir autre chose qu’Avenger 2 ou « La Vache » avec Jamel De Bouse (un film qui é-meuh) avec trois des mes films favoris qui partagent une thématique commune et que l’on pourrait résumer sous le terme suivant : « Jeunes femmes traquées et télépathie ».

- L’ombre d’un doute (1943) d’Alfred Hitchcock :

Traqué, Charlie Oakley se réfugie chez sa sœur à Santa Rosa en Californie, où il retrouve sa nièce, qui porte le même prénom que lui, et qui lui voue une profonde admiration. Deux hommes le surveillent de près, semant le doute dans l’esprit de la jeune fille, qui finit par le suspecter d’être un tueur de riches veuves.

- Twin Peaks : Fire Walk With Me (1992) de David Lynch :

Le film, qui comme son titre français l’indique (Twin Peaks : Les Sept Derniers Jours de Laura Palmer), revient sur la semaine précédant la mort de Laura Palmer, développe donc le thème de la double vie de Laura Palmer et des persécutions qu’elle subit par une entité démoniaque nommée BOB qui tente de s’infiltrer dans son esprit dans le but de la posséder (ce qu’elle fait déjà partiellement, d’où les péchés et passions secrètes entreprises par Laura), elle subit également des viols répétés du démon qui utilise son père Leland comme réceptacle.

- Phenomena (1985) de Dario Argento :

Jennifer Corvino est la jeune fille d’une star du cinéma. Envoyée par son père dans une pension en Suisse, elle se sent seule et abandonnée, d’autant qu’elle souffre de somnambulisme. Des crises qui une nuit vont la mettre en contact avec le dangereux tueur en série déjà responsable du meurtre de plusieurs jeunes filles dans les environs. Parallèlement, elle se découvre un pouvoir extrasensoriel lui permettant d’entrer en communication avec les insectes. Traquée par le tueur et en proie à l’hostilité de son environnement, elle trouve refuge chez un entomologiste, John McGregor.

Mais laissons ces résumés wiki pour laisser les héroïnes de ces chefs d’oeuvres s’exprimer (attention : langage châtié de jeunes filles).

 

Les aventures de Charlie, Laura et Jennifer :

 

0469

Young Charlie : « Grrr !!! Voila que j’apprend que mon oncle, avec qui je partage un lien télépathique, est en fait un tueur en série spécialisé dans l’assassinat de veuves fortunées. Et en plus, voila t’y pas qu’il veut me faire taire, par des moyens peu recommandables, moi, sa petite nièce adorée. Et en plus, voila t’y pas que, par ce même lien télépathique, je n’arrête pas d’entendre l’air « Heure exquise » issue de l’opérette de Franz Lehàr : « La veuve joyeuse ». Enfin, ça pourrait être pire : je pourrais entendre en boucle « Jour 1″ de Louane Emera. Merde, mais qu’elle apprenne à compter jusqu’à deux. Putain, le cauchemar, rien que d’y penser, j’me pisse dessus. Heureusement que le film se passe en 1943. Sur ce point, j’ai un cul pas possible. »

twin_peaks_fire_walk_with_me_1992_720x371_684931

Laura Palmer : « Grrr !!! Putain, t’as trop d’bol, Charlie, moi c’est une entité qui prend possession de mon papa et qui en profite pour s’insinuer en moi, dans tous les sens du terme. Sans parler du fait que je vois des nains parlant à l’envers qui vivent dans un tableau de ma chambre. Chui pas Blanche Neige. Les neuneus qui chantaient : « Le plastique c’est fantastique, le caoutchouc super doux » ne devaient pas savoir ce que cela fait de finir morte dans un sac en plastique au fond d’une rivière. Et dire que le feu marche avec moi. Je préférerais vivre dans une région venteuse, même si ce vent rend fou, comme Jennifer dans « Phenomena ». Bon, je vais m’en inhaler un petit coup dans les chiottes avant d’aller en classe, quitte à tirer un mec pour avoir ma beuh. »

tumblr_msh1d8SjWq1sd0v3do1_500

Jennifer Corvino : « Grrr !!! Non seulement je suis traquée par un tueur psychopathe mais je possède en plus le pouvoir de communiquer télépathiquement avec les insectes. Putain, pourquoi tout cela m’arrive t’il ? Alors que je ne suis qu’une fille normale, avec des poils à la chatte, et non une de ces pseudo-reptiliennes imberbes… En plus, je finis par me retrouver dans une cuve remplie de cadavres en putréfaction remplie d’asticots qui me rentrent par tous les orifices !!! (*) Je ne suis qu’amour. » 

(*) A cette pensée, nous voici tout chamboulés. Trop de bol, les asticots.

Rappelons que Dario Argento est connu pour avoir filmé avec complaisance des scènes ou sa fille, Asia, se fait violer dans le film « Le syndrome de Stendhal ».

 

Et pendant ce temps là, en coulisse :

 

Screen shot 2013-07-30 at 8.26.28 AM

Young Charlie : « C’est le jour 1, Celui qu’on retient, Celui qui s’efface quand tu me remplaces, Quand tu me retiens, C’est celui qui revient, C’est le jour 1, Celui qu’on retient, Celui qui s’efface quand tu me remplaces, Quand tu me retiens, C’est celui qui revient !!! Youpi !!! Oh, chier, je viens de marcher dans une défection canine. Ça m’apprendra à chanter de la merde. »

Letter 1

Laura Palmer :  « J’ai mal dormi cette nuit : je n’ai pas cessée de me poser la question que se posent toutes les filles de mon âge : « Si, dans l’algorithme de Shor, nous notons (a r / 2 – 1) et (a r / 2 + 1) par u et v respectivement. N | uv, donc kN = uv pour certain entier k et que nous supposons que PGCD(uN) = 1; alors munN = 1 pour certains entiers m et n (ceci est une propriété du PGCD.) En multipliant les deux côtés par v, nous trouvons que mkN + nvN = v, donc N | v. Par contradiction, PGCD(uN) ≠ 1. Par un argument similaire, PGCD(vN) ≠ 1. Ceci nous fournit une factorisation de N. Si N est le produit de deux nombres premiers, ceci est la seule factorisation possible. Pourquoi ?? J’ai pas une vie facile. »

phenomena2

Jennifer Corvino : « Ouf, ça fait fait du bien de profiter d’un  bon bain chaud dans la baignoire Sovra’bain que mon papa y m’a installé afin que je redécouvre mon anatomie. Allez, un petit pipi et une bonne sieste. Ahaha, ça fait du bien par où qu’ça sort. »

Chroniques reptiliennes.

« Le comble du Complot serait de nous faire croire en son existence. »

Attention : l’article qui suit contient des photographies pouvant choquer les plus sensibles.

 

26509147caption

Photos issues du parc Komuroyama Park situé à Ito (japon).

Michel de Nostredame jouait-il aux cartes ?

En matière de prédictions divinatoires, il existe plusieurs façons de procéder. L’une d’elles est de faire comme Nostradamus et de procéder sous la forme de centuries. Oui, on parle bien ici de Nostradamus, l’homme qui annonça la fin du monde tant espéré par les théoriciens du Complot (vous allez voir qu’à force ils vont finir par la déclencher). L’une de ses prophéties raconte l’assassinat de Kennedy : « Œuvre ancienne se parachevera, Du toict chera sur le grand mal ruyne: Innocent faict mort on accusera, Nocent caché, taillis à la bruyne. » Une autre se réfère au 11 septembre : « Celeste feu du costé d’Occident, Et du Midy, courir iusques au Levant,Vers demy morts sans point trouver racine Troisiesme aage, à Mars le Belliqueux, Des Escarboucles on verra briller feux, Aage Escarboucle, & la fin famine. » Ce qui, vous l’avouerez saute aux yeux à la première lecture. Sans parlez de celle-ci : « Le lyon ieune le vieux surmonteraEn champ bellique par singulier duelleDans cage d’or les yeux luy creueraDeux classes vne, puis mourir, mort cruelle. » que je ne vous ferez pas l’affront de traduire tant elle est évidente.

Le gros problème de la méthode Nostradamus étant que les prédictions ne peuvent être comprises qu’après que les événements se soient déroulés , ce qui, avouons-le, n’est pas des plus pratique, une autre méthode de prédiction divinatoire consiste à dessiner les événements annoncés par le moyen de dessins comme pour le jeu « Illuminati : New World Order » résumé ainsi par Wikipédia : « Bien que ce jeu soit sorti en 1995, soit 6 ans avant les attentats du 11 septembre 2001, deux cartes sont étrangement similaires à ces attentats, une représentant l’attentat sur les Twin Towers, et une autre représentant un attentat terroriste sur le Pentagone. Plusieurs autres événements ont coïncidé avec certaines tragédies, dont la carte « Combined Disasters » où l’on peut remarquer des similitudes entre le dessin et la « Tour Wako » au Japon, pouvant correspondre aux multiples désastres survenus en 2011 au Japon, dont l’Accident nucléaire de Fukushima. Soit 16 ans après la sortie du jeu. Deux autres cartes relativement troublantes sont celles qui pourraient correspondre au Printemps arabe. Dans les cartes « Dictatorship » et « Révolution! », nous pouvons voir un dictateur, ressemblant à Mouammar Kadhafi, faire de la propagande sur son peuple avant que son peuple fasse un soulèvement. Plusieurs autres cartes ont des similitudes avec des tragédies survenues par la suite, malgré leur absence de cette page. » Si c’est Wiki qui le dit, c’est forcément vrai. Le problème étant, avec ce procédé, que l’on est jamais sur que les événements soient des prédictions ou, au contraire, par un procédé occulte similaire au principe de la planche Ouija, la résultante des personnes qui jouent (et consultent) ces cartes créant un karma propice à ce que ces dessins prennent forme dans notre réalité. Les cartes ne raconteraient pas des événements annoncés mais c’est le désir des joueurs (et des personnes qui les consultent) qui permettrait que les événements se produisent (avis aux théoriciens du Complot : à force de le vouloir, vous allez finir par la déclencher votre fin du monde, une joie de courte durée, je le crains).

Voici quelques exemples de cartes que l’on trouve dans le jeu :

dont-forget-to-smash-state-150x150pentagon-2-150x150 princess-di-150x150 terrorist-nuke-2-150x150

021-atomic-monsterthefroggod

Et là, Madame Pinson, qui n’en perd pas une pour se faire remarquer va s’écrier : « Mais que viendre faire ces dinosaures et ces grenouilles là dedans ??? ». Sacrée Madame Pinson.

Godzilla : responsable de Fukushima ?

Je suis surpris qu’elle n’ait pas fait le lien entre la carte « Atomic Monster » et le célèbre monstre japonais Godzilla, dinosaure géant issu d’essais nucléaires américains au large du Japon. On pourrait faire le rapprochement entre cette carte et le drame de Fukushima. En effet, dans les films le mettant en scène, Godzilla surgit de l’océan en déclenchant l’équivalent d’un tsunami avant, de part ses pas lourds, de déclencher des séismes dans les villes qu’il traverse et d’aller se nourrir dans les centrales nucléaires qu’il saccage. D’ailleurs, pour rester dans le reptilien, la carte Frog God évoque le fameux Satanakhan de la série Sharivan avec sa tête de batracien et ses sais dans les mains. Sachant que Satanakhan symbolise Moloch, on peut penser que des adeptes du culte de Moloch ont déclenchés le fameux séisme de 2011 par le biais d’une technologie (Haarp ?). Ainsi, dans la série Sharivan, les adeptes de Satanakhan entreprennent de déclencher des séismes à partir de la région d’Ito en s’infiltrant dans… un parc d’attraction (pour rappel, l’un des concepts inutilisés pour le château central du parc Disney de Paris représentait le fameux Wardenclyffe Tower conçu par Tesla, à l’origine du projet HAARP, lequel pourrait influencer le climat et le comportement humain) et la ville de Fukushima est clairement cité par le biais d’un panneau routier. Pourquoi avoir créé un drame qui créa une méfiance du nucléaire dans la population ? Peut être pour permettre la mise en place de centrales nouvelle génération comme le montre une autre oeuvre des années 80, décennie décidément riche en mises en garde (comme si c’était le dernier moment pour prévenir la population avant mise en place d’un programme occulte) : le film Holocauste 2000 avec Kirk Douglas (photos ci-dessous). En effet, dans ce film, le héros, riche industriel, découvre qu’il est le père de l’Antéchrist et que celui-ci va détruire une centrale nouvelle génération ,symbolisant la Bête de l’Apocalypse, et déclencher la fin du monde. On peut s’interroger sur le fait que cette centrale soit disant nucléaire ressemble à un ensemble de Tours Tesla, évoquant le fameux projet HAARP. Le Robot Sea Monster cité dans la carte Atomic Monster pouvant désigner aussi bien le Mechagodzilla, double technologique conçu à l’image du célèbre monstre et que celui-ci combat dans certaines aventures que le fameux projet HAARP, double technologique conçu à l’image de la Bête (et que celle-ci combat ?). La frontière entre résistants et « collabos » devenant de plus en plus ambiguë. En effet, est-ce le projet HAARP qui est dangereux… ou sa destruction ?

1454317566_1656357434_01454317566_1656357434_1

 

Comment reconnaître une reptilienne et éviter de coucher avec ? (également valable pour les Gris, tout les goûts étant dans la nature)

10-1024x6608_401186

Comparatif entre une reptilienne et une humaine : la reptilienne est dépourvue de poils pubiens alors qu’une humaine en porte sur les parties intimes. Ainsi, lorsque vous croisez une fille dépourvue de poils pubiens, méfiez-vous, il y a de grandes chances que ce soit une reptilienne. Méthode imparable !!! (Photos tirées de « Extra Terrestrian: Die Ausserirdische », 1996) 

Deux documents confirment les faits :

1379553067-jrod+genitals

Véracité du document non confirmé.

salmissra_femme_serpent-hd

« Imaginez le corps d’une femme humaine normale, et vous pouvez assez bien vous représenter mon corps. Comme vous, j’ai une tête, deux bras, deux mains, deux jambes et deux pieds, et les proportions de mon corps sont identiques aux vôtres. Comme je suis femelle, j’ai deux seins – en dépit de notre origine reptilienne, nous avons commencé à allaiter nos bébés au cours de notre processus évolutionnaire, il y a environ trente millions d’années, car c’est la meilleure chose qui soit pour garder en vie les jeunes. L’évolution l’avait déjà fait pour votre espèce au cours de l’époque des dinosaures, et l’a fait un peu plus tard pour nous. Cela ne veut pas dire que nous soyons de réels mammifères. Mais nos seins sont aussi grands que ceux de la femme humaine, et d’une taille identique pour toutes les femelles de mon espèce. Les organes de reproduction sont les mêmes que ceux des humains, dans les deux sexes, mais un peu plus petits. Ils sont visibles et ont la même fonction que les vôtres (un autre cadeau de l’évolution)… Une seule couleur de cheveux – brun verdâtre – mais tradition de teinture selon l’âge. Cheveux plus épais et plus forts. Pas d’autre pilosité sur le corps de couleur vert-beige, avec des structures en écaille sur les cuisses et le haut des bras. » (Source : entretien controversé avec la reptilienne Lacerta)

La grande illusion 2.

« Et il se tint sur le sable de la mer. Puis je vis monter de la mer une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème. La bête que je vis était semblable à un léopard; ses pieds étaient comme ceux d’un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité. Et je vis l’une de ses têtes comme blessée à mort; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l’admiration derrière la bête. Et ils adorèrent le dragon, parce qu’il avait donné l’autorité à la bête; ils adorèrent la bête, en disant: Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle?  Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes; et il lui fut donné le pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois. Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel. Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation. Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé. Si quelqu’un a des oreilles, qu’il entende! Si quelqu’un mène en captivité, il ira en captivité; si quelqu’un tue par l’épée, il faut qu’il soit tué par l’épée. C’est ici la persévérance et la foi des saints. Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. Elle exerçait toute l’autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. Elle opérait de grands prodiges, même jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l’épée et qui vivait. Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât, et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués. Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. » (Apocalypse 13)

ScreenShot1032

Photo extraite de « Prince des Ténèbres » de John Carpenter (1987) dans lequel le « fils de Satan » est représenté sous la forme d’une huile noire. Huile noire que l’on retrouve également dans des œuvres comme X-files, Prometheus, Sheider, Spiderman 3, la saga Terminator, Under The Sky, Lucy, Sos Fantômes 2… L’huile noire est elle une  »soupe primordiale » issue de l’Anti-monde ? Pensée inquiétante : et si ce que nous pensons être notre monde était en fait l’Anti-monde et que l’huile noire était en fait un système immunitaire de défense contre un virus étranger ??

Il existe plusieurs méthodes pour manipuler l’opinion. L’une d’elles s’appelle la télécommande télé, ou zappette, qui permet de changer de chaîne. En effet, dés qu’apparaît une page publicitaire, le téléspectateur est tenté de regarder sur d’autres chaines ce qui passe en ce moment, et, espérant échapper à la publicité, va emmagasiner plus de pubs, par son zapping, que s’il était resté sur la chaîne d’origine. Une règle du satanisme est qu’il faut obtenir l’accord de sa victime pour exercer son emprise sur elle. Un peu comme un vampire ne peut entrer dans la demeure d’une personne sans être invité. Sans tomber dans la théorie du complot, il faut admettre que cette idée est reprise dans la société de consommation actuelle : du moment qu’on achète un produit comportant un code barre ou une bouteille de champagne ou se cache des 666 sur une tête de bouc (animal associé au Diable), et le tout en disant clairement qu’on considère l’acheteur comme un mouton (pas de doute, les propriétaires de ces entreprises doivent jouir à l’idée d’exercer une emprise sur les acheteurs, « Satan m’habite ! ») et l’on donne son accord implicite au démon libéral. Reste plus qu’à marquer le mouton de consommateur comme on marque un animal à l’aide d’une puce (RFID). Cette logique se retrouve dans les programmes télé, ciné et autres ou l’on conditionne le spectateur à l’idée de torture, de pédophilie ou de lavage de cerveau (des programmes comme « Game of Thrones » ou « The Voice Kid » sont loin d’être innocents et l’on peut s’interroger sur l’aspect de plus en plus juvénile des mannequins apparaissant dans les publicités). On peut aussi citer le fait de se faire tatouer, de porter des implants sur le corps ou d’avoir des piercings (initiation à la RFID ?) ou l’épilation pubienne intégrale (le fait de supprimer la pilosité des pubis gommant la seule chose qui différencie l’humaine de la reptilienne, pour les adeptes du Complot), qui sont des signes d’acceptation de domination par la Bête, et que les jeunes s’empressent de se faire faire, dés leur majorité, et avec le plus grand sourire (les inconscients, s’ils savaient !!!).

Games of Thrones, Tripodes et RFID :

Ce qui m’a emmené à cette réflexion : si « Battlestar Galactica » (version 2004), sous couvert de série futuriste, raconte notre lointain passé (les survivants du vaisseau Galactica se révélant être nos ancêtres) et que « Game of Thrones », sous couvert de série médiévale, raconte notre lointain futur, existe t’il une série pouvant faire le lien entre les deux en nous racontant notre présent ? Cette série pourrait être « Les Tripodes » dont l’unique diffusion en France remonte en 1984 dans l’émission « Croque Vacances », présenté par l’animateur Claude Pierrard et, ça ne s’invente pas, le lapin Isidore. Voici comment est résumé la série dans le livre « Alien Television » de l’ufologue Richard D. Nolane : « A la fin du XXIe siècle, la Terre se trouve sous la domination d’une race extraterrestre surnommée « Les Tripodes » car se déplaçant dans de grandes machines à trois jambes rappelant évidemment celles des Martiens de H.G. Wells. Le monde a régressé jusqu’à ressembler à celui du XVIIIe siècle et est devenu ce que les occupants extraterrestres , les Maîtres, qualifient de « paradis tranquille ». Cette paix a été obtenue par la mise en esclavage de l’Humanité dont chaque représentant est contrôlé par l’imposition de la calotte, le « capping », un triangle au sommet du crane destiné à relayer directement vers le cerveau les ordres des nouveaux maîtres de la Terre. Les Tripodes vivent dans une cité protégée par un dôme transparent et ne se déplacent à l’extérieur de celle-ci que dans leurs machines supérieurement armées. Ils sont aidés par les Black Guards, des soldats humains vêtus de noir dont la mission est de surveiller les esclaves et d’imposer la volonté des Maîtres. Mais un jour, alors qu’il doit se voir imposer la calotte, un jeune garçon, Will Parker, se révolte et entreprend avec des amis un long périple au travers de l’Angleterre puis de la France vers les Montagnes Blanches ou survit une communauté en rébellion… »

Comme le dit le slogan de la série Torchwood : « Le 21e siècle est celui de tout les changements et il faut s’y préparer. »

5.16219

Satanakahn et sacrifices humains :

Suite à la lecture d’un article sur les « statues oraculaires et sacrifices humains » et en voyant la photo du Dieu Moloch du Musée du cinéma de Turin, je me suis demandé s’il n’existait pas une série transposant le mythe de Moloch à l’époque actuelle. A l’instar de la série « Les Tripodes » et de la RFID, il faut se tourner vers les séries « pour la jeunesse » pour avoir la réponse. En effet, la série japonaise « Sharivan » datant de 1983 semble correspondre au mythe de Moloch et à une certaine notion de sacrifices humains. Sharivan est la série faisant suite au populaire X-or et précédant la série Shaider, le tout formant la trilogie dite des Space-Sheriffs. Il est de coutume d’associer à cette trilogie le « lovecraftien » Jaspion et le spatio temporel Spielvan. L’ensemble étant fortement influencée par la théorie de l’anti-monde. Dans Sharivan, le héros affronte une idole du nom de Satanakahn (Psycho en Vo), décrit ainsi par le site Toku-onna : « Psycho est le leader de Madô. Colosse doré au cou démesuré, tenant un sai dans chaque main, il ne quitte jamais son trône autour duquel flottent des sphères qui sont autant de cerveaux artificiels augmentant ses pouvoirs psychiques. Ces sphères peuvent également se fixer sur le corps de ses adversaires pour leur infliger des décharges électriques mortelles. Ses autres armes sont les rayons émis par ses yeux et ses sais. Il peut créer sur Terre une Psychozone à l’intérieur de laquelle il peut projeter des illusions et exercer ses pouvoirs télékinétiques. Il possède en réalité deux corps, le sien et celui d’Umibôzu/Psychorror, un secret qu’il cache même à ses plus fidèles sujets et qui le rend invincible. En effet, tant qu’un de ses deux corps est vivant, il peut ressusciter l’autre. Le seul moyen de le tuer est donc de détruire ses deux corps simultanément. Il est finalement tué par Sharivan tandis que X-or tue Psychorror après que le Cristal Iga ait neutralisé leurs pouvoirs en absorbant l’énergie de ses cerveaux artificiels. » Ce personnage ressemble étrangement au Dieu Moloch. Pour rappel, voici la description de Moloch issue de Wikipédia : « Dans la littérature rabbinique du Moyen Âge, on peut lire que Moloch, dieu des Ammonites, recevait les sacrifices d’enfants dans un lieu nommé Tophet dans la vallée de Hinnom proche de Jérusalem. Le Tophet est décrit par Rachi comme une statue de bronze avec les bras tendus pour recevoir ses victimes dont des tambours couvraient les cris.  » Hors, il se trouve que Satanakahn (à l’image des autres faux-dieux de la saga) utilise fréquemment les médias, ciblant particulièrement les jeunes enfants, pour les influencer par le biais de leurs idoles (actrices lolitas, chanteurs de pop-music…) et les soumettre à sa volonté dans un objectif de reproduction de son espèce. Ainsi, le jeune téléspectateur était mis en garde, indirectement, contre un pouvoir occulte voulant abuser de lui et qu’il devait combattre comme le faisait les Space-Sheriffs à l’aide de leurs épées de lumières. La série fut victime d’une cabale anti-séries japonaises (entre autre menée par Ségolène Royal) de parents réclamant sa suppression. Ainsi, ironiquement, les parents acceptèrent symboliquement d’offrir leur progéniture à la Bête. Bref, la saga des Space-Sheriffs mérite d’être redécouverte car, sous son aspect kitch et infantile, se cache une saga aussi riche que « Les Envahisseurs » ou « X-files ».

Ci-dessous : photos de Moloch et de Satanakahn, la ressemblance est frappante.

Figure 3 Molochsharivan3_psycho

Note : dans le texte de l’Apocalypse, le passage suivant : « Puis je vis monter de la mer une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème. La bête que je vis était semblable à un léopard; ses pieds étaient comme ceux d’un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. » signifie t’il que l’huile noire n’est autre que la mer d’où est issu Moloch, le « Rain Man » auquel on sacrifie les enfants au son des tambours, de l’orchestre, du bruit de tonnerre annonçant la pluie (d’huile noire ?) ?

La problématique du Ood : Selon Wikipédia : « Les Oods sont une race d’extraterrestres réduite en esclavage par les humains. Ils sont d’apparence humanoïde avec des tentacules partant de la partie basse de leur visage. L’un de ces tentacules, plus long que les autres, les relie à un « second cerveau » externe qu’ils tiennent à la main. Les Oods sont reliés entre eux par un champs télépathique généré par un gigantesque cerveau principal, raison pour laquelle ils ne portent pas de noms (ils déclarent « ne faire qu’un ») bien que les humains leur donnent des identifiants comme « Ood 1 alpha 1″ ou « Ood Sigma ». À l’état « domestique », le cerveau externe des Ood est amputé et remplacé par un module électronique de traduction qui leur permet de communiquer verbalement avec les humains. » Difficile de ne pas faire un rapprochement entre cette race issue de Doctor Who et les représentants de la race humaine, reliés à un « second cerveau », le portable, qu’ils tiennent à la main, reliés entre eux par un champs « télépathique » généré par un gigantesque cerveau principal, internet. 

Ood_Sigma_&_Co Francois-Hollande-candidat-a-la-presidentielle-quitte-son-QG-de-campagne-le-31-janvier-2012_exact1024x768_l

Disneyland : siège de la résistance ?

Peut être avez-vous vu le magnifique « A la poursuite de demain » qui passa un peu inaperçu à cause de la concurrence du dernier Mad Max (les spectateurs étant, visiblement, plus sensibles à une vision négative du futur qu’à une vision positive). Ce film, inspiré par le célèbre land futuriste de Disneyland, montre un groupe de scientifiques ayant décidé de construire, dans un monde parallèle, un monde futuriste utopique, Tomorrowland, à l’écart des possibles récupérations par l’industrie militaire et autres groupes pétroliers. On y accède par plusieurs portes temporelles, dont l’une est située dans l’attraction « It’s a small world » (la maison des poupées) conçue à l’origine pour l’Expo universelle de New-York en 1964. A l’image de la Tour Eiffel, créé pour l’Expo universelle de 1889, qui dissimule un clin d’œil spatial à Jules Verne (héros de l’attraction Visionarium ou l’écrivain voyage dans le futur lors d’une visite de… l’Expo universelle de 1900). Lequel, nous apprend le film, serait le fondateur  à l’origine du groupe Plus Ultra, initiateur de Tomorrowland, en compagnie d’Eiffel, Edison et Tesla, le créateur de l’énergie libre. Tesla a servi de modèle pour le film « Captain America Fist Avenger » ou il est représenté en la personne d’Howard Stark. Stark père, par ailleurs créateur du réacteur ARC, participa à une foire de la science intitulée « Le monde de demain » en 1943 ou il présenta le prototype d’une voiture volante. Son fils, le célèbre Tony Stark, dans « Iron Man 2″ fabriquera un parc d’attraction inspiré de celui de son père (et qui ressemble curieusement à l’EPCOT de Disney, sorte d’Expo Universelle permanente) avant de découvrir que le parc dissimule une clé pour fabriquer… de l’énergie libre (le fameux ARC). Rappelons que Marvel appartient au groupe Disney. Dans « A la poursuite de demain », les scientifiques exilés mirent en place un système permettant de mettre dans la tête de la population des images d’un futur apocalyptiques afin de la sensibiliser et la pousser à l’optimisme pour l’empêcher. Hors, l’expérience fonctionne de travers et les habitants de la planète se mettent inconsciemment à tout mettre en oeuvre pour avoir un futur négatif, vu qu’ils ont ces images à l’esprit. Pour info, l’un des concepts inutilisés pour le château central du parc Disney de Paris représentait le fameux Wardenclyffe Tower conçu par Tesla, à l’origine du projet HAARP, lequel pourrait influencer le climat et le comportement humain. Curieux que le temps semble toujours tourner au beau lors d’une parade Disney comme si le château produisait (ou se nourrissait) d’ondes positives. De quoi s’interroger sur la fonction réelle des Eglises. Pour finir, signalons que dans « Les Tripodes », série basée sur les manipulations mentales, trône une peluche Mickey au milieu de vestiges de l’ancien monde, comme un clin d’œil au parc français qui n’existait pas lors du tournage, et qu’à Disneyland Californie se trouve caché un restaurant uniquement réservé aux visiteurs initiés et dont la porte d’entrée ne peut se faire que par un accès situé sous une plaque numéroté 33, comme le plus haut degré d’initiation de la Franc-Maçonnerie. Décidément, la résistance se trouve ou on l’attend la moins.

Tour Tesla et concept-art abandonné du château de Disneyland Paris :

Tesla_Broadcast_Tower_1904e6c8e3c92c3ab871a497e558654e62a7

Disneyland et conquête spatiale : « Los Angeles est une fantaisie dans le désert, comme Las Vegas. Ce n’est pas une remarque hostile, c’est un constat. J’ai toujours pensé que dans plusieurs siècles, on ne se souviendra pas de Walt Disney comme d’un amuseur, mais comme de l’architecte et designer le plus significatif des années 1900. Il a en effet découvert, ou créé, la possibilité d’aller vivre dans l’espace, ce qui est la solution à la surpopulation, à la pollution, etc. Pourquoi garder cette usine ici ? Mettez-la là haut ! Le seul problème est de concevoir des lieux où les humains pourraient se sentir chez eux, et il a justement appris à faire cela. Car Walt Disney, c’est avant tout Disneyland, où il y a le fleuve Mississippi et des bateaux à vapeur, la jungle et châteaux scandinaves de contes de fées. Le tout au milieu du désert ! Ce qu’il a vu, c’est qu’on pouvait dissocier les constructions du monde réel. Et ceci est le secret du sud de la Californie, où dés les années 1960, vous trouviez des endroits ressemblant à s’y méprendre à un village de pécheurs de la Nouvelle-Angleterre, mis à part les requins. Maintenant, on construit même des palazzi italiens et des choses comme ça. Je pense que c’est la grande différence avec New-York, qui reste ancré à la réalité du fleuve et de la pierre, au monde naturel et à l’histoire, là où le sud de la Californie ne l’est pas. » John McTiernan, réalisateur de Predator (Source : Mad Movies 278)

Imagineering-Disney_Space-Colony-22

Et, surtout, n’oubliez pas : CONSOMMEZ !!!

 

barcode2006-mouton-cadet-rothschild-01

Note : revenons sur le texte de l’Apocalypse, et, dans la perspective que le texte ne soit pas une prophétie de notre avenir mais bien un récit de notre lointain passé, interrogeons nous sur ce passage : « Et toute la terre était dans l’admiration derrière la bête. Et ils adorèrent le dragon, parce qu’il avait donné l’autorité à la bête; ils adorèrent la bête, en disant: Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ? Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes; et il lui fut donné le pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois. Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel. Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. » Cette phrase semble suggérer que la Bête est originaire de notre planète et que ses semblables (donc similaires à des reptiliens) lui donnent le pouvoir de lutter contre des envahisseurs de l’espace, semblable à des Anges (lesquels sont à notre image). Curieux !!!

Teou-lunettes-connectees-arrivent-chez-Atol-F

Note : si vous avez vu l’effrayante pub Atol vantant les bienfaits des puces intégrées permettant de retrouver ses lunettes (à part permettre de pucer les personnes par le biais d’un objet que celles-ci portent en permanence, on ne voit pas bien l’intérêt de la chose, les lunettes perdues se retrouvant rarement au fin fond d’un meuble, à fortiori si elles sont nécessaires à la vision) vous serez exaspérés par l’article suivant : « As-tu seulement déjà imaginé possible de retrouver tes lunettes égarées grâce à ton smartphone ou localiser ton téléphone par le biais de tes lunettes ? Atol l’a fait. En effet, cette enseigne vient de lancer son premier modèle de lunettes reliées à une application de géolocalisation disponible sur ton smartphone ! C’est une révolution du marché de l’optique, une première mondiale qui est entièrement développée et fabriquée en France. Mais.. quel est le concept ? C’est assez simple, en fonction de la distance à laquelle les lunettes sont situées, l’application affiche trois couleurs différentes : rouge pour une distance supérieure à 15 mètres, orange inférieure à 10 mètres et verte, si inférieure à 5 mètres. Une fois détectées par l’application, les lunettes sont automatiquement repérables par des vibrations ou des signaux lumineux émis par le téléphone. Des lunettes connectées..mais à quel risque ? Aucun ! Lorsque l’utilisateur porte cette monture, aucune onde n’est émise grâce à des capteurs qui empêchent leurs émissions. Fantastique non ? Mais concrètement, elles permettent aussi de localiser son téléphone ? Il suffit de presser un bouton visible sur la branche de la monture pour qu’un signal soit adressé au smartphone qui automatiquement le fera sonner ou vibrer. Cette monture connectée est-elle commercialisée ? Elles sont déjà en vente à un prix inférieur à 200 euros avec des verres optiques et solaires. Une campagne bien lancée ? Le 26 août Atol a fait découvrir au grand public sa toute nouvelle collection sur les écrans de télévisions mais aussi dans la presse (Femme Actuelle, Paris match..). Comme l’expose Fabrice Obtenans le directeur marketing de l’enseigne « La télévision permet de faire découvrir le produit, la presse d’en savoir plus ». On compte deux spots télévisés. Dans le premier, Adriana Karembeu fait une démonstration du produit et met en avant la simplicité d’utilisation. Dans le deuxième l’innovation française dans les laboratoires de recherches et le développement d’Atol est souligné. Maintenant si vous égarez vos lunettes évitez d’en faire de même avec votre téléphone, Atol n’a rien prévu de plus..mais c’est déjà pas mal ! » (Source : blogs.ionis-group.com)

Le plus effrayant étant qu’Adriana Karembeu est habillée de rouge (la femme en rouge symbolisant la tentatrice au service du Diable, dans la langue Complotiste, tout comme le Lapin blanc signifie qu’un message important se cache dans une oeuvre) pour vanter un produit d’initiation au puçage de masse associé au symbole de l’œil (symbole illuminati), par l’intermédiaire des lunettes.

Autre chose : avez vous remarquez que le film « Le réveil de la Force », racontant la lutte de la Résistance contre le Premier Ordre est sorti en France le 16 décembre, jour de la Saint Alice ? Peut-on en déduire qu’il existe deux factions du « monde occulte », l’une, négative, utilisant le symbole de la Femme en rouge pour faire passer ses messages de domination du monde, l’autre, positive, utilisant le symbole du Lapin blanc pour, au contraire, le mettre en garde ?

« Dans l’identité française à laquelle je crois, il y a quelque chose que je suis très attaché (sic), c’est que la France, de toute éternité, a toujours été du côté des opprimés et toujours été du côté des dictateurs, toujours été du côté de celui qui était jeté en prison car il croyait dans ses idées ». (Nicolas Sarkozy, Parti Républicain version Fr)

4838110_6_54db_le-president-des-republicains-nicolas_9649b74c6164da81267ac94b369089ea

« Allez, hop, que je nous fait un petit signe Illuminati pendant que je souhaite la Noel 2015 aux français. » Quel brutalite !!! Ce qu’on appelle des Illuminati de Noel.

12

unpas2plus |
Le bogoss |
momo1775 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les hommes
| cinéma gay et lesbien
| APHRODYSIA WORLD : Ephéa